Real Madrid: Benzema savoure sa bonne forme    Un membre du PNC appréhendé par les services de sécurité de l'aéroport de Paris Orly    Niger - Algérie décalé au 12 octobre    Le grand gaspillage    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Libération de 10 élèves enlevés en juillet dernier    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Un hommage a minima    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    L'aventure africaine débutera au Maroc    Trois morts et trois blessés sur la route    Mise en échec d'une tentative d'émigration clandestine    La saignée continue    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Reprise aujourd'hui avec Aït Djoudi    Delort et Boudaoui buteurs    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    11 500 quintaux de lentilles et pois chiches pour lutter contre la spéculation    L'ANIE ignore les réserves des partis    Prise en charge psychologique des élèves    Vers une augmentation des tarifs    Prime de scolarité pour 61 000 élèves    Noureddine Bedoui inculpé    «L'économie nationale est dans une situation de précarité»    Trois joueurs de l'effectif de la saison écoulée retenus    Deux nouveautés chez Barzakh    Les dates officiellement fixées    Dos au mur    Des revendications en suspens: Les paramédicaux n'écartent pas le recours à la grève    Bouteflika et compassion religieuse    Mémoire indissociable    Benabderrahmane chez les sénateurs    Le remède miracle    Dites-le droit!    Le FFS est un rempart pour la patrie    «Une figure majeure de l'Algérie contemporaine»    L'épineux problème de Béjaïa    La campagne des locales sera virtuelle    L'hommage de Ramtane Lamamra    Nouvelles manifestations contre le pass sanitaire    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    «Se battre pour défendre le film qu'on aime!»    Un concours de l'UE ouvert aux journalistes et aux artistes    Un écrivain pluriel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le diktat des solariums a la peau dure
El Taref
Publié dans L'Expression le 28 - 07 - 2021

L'insécurité et la provocation sont le menu des estivants en quête de vacances sur les plages de la wilaya d'El Tarf. Dès l'ouverture de la saison estivale 2021, les «parkingueurs» et les solariums ont pris leurs marques autour des plages de la wilaya. À El Kala, cette ville côtière au nord-est de la wilaya d'El Tarf où les choses ne se passent pas aussi bien que cela est supposé être. Depuis l'ouverture officielle de la saison estivale, la situation sur cette plage et toutes les plages de la région, ne cesse de faire polémique et de susciter le mécontentement des baigneurs. Dès leur arrivée, ces derniers sont taxés au parking, alors qu'il y a une circulaire qui l'interdit formellement. Mais si par malheur ils refusent de payer, ce sont leurs voitures qui subissent les représailles. Arrivés sur le sable, on leur impose la location du parasol, la table et les chaises. Même cas de figure sur toutes les plages de la wilaya, où le spectre du diktat des loueurs de parasols, continue de tarauder l'esprit des estivants en quête de repos. La location des parasols, qui demeure un véritable casse-tête, nécessite une plus grande rigueur dans sa gestion, sachant que la désignation des administrateurs des plages n'a pas donné le résultat escompté, car inefficace, selon les témoignages de nombreux estivants. Ces vacanciers dont la grande majorité s'est détournée des côtes d'El Tarf, vers les plages de la wilaya d'Annaba. D'autres ont préféré mettre le cap sur les plages rocheuses pour échapper à cette extorsion de fonds et surtout à l'insécurité qu'ils encourent.
En effet, ces solariums et autres gardiens de parkings, pour la plupart des repris de justice, imposent, souvent par la force, leur volonté, obligeant ainsi, les familles à louer les parasols, les tables et les chaises, pour 500 et 1 000 DA. Même si les familles ont leur propre matériel de plage, elles ne peuvent pas l'installer, car les plagistes installent leur matériel payant près de l'eau, contraignant les estivants équipés à étaler leurs serviettes derrière eux. Une transgression de la loi souvent constatée à travers toutes les plages de la wilaya et qui, parfois, conduit à de violentes altercations entre plagistes et estivants, qui refusent ce diktat.
Pour y remédier, les autorités locales de la wilaya d'El Tarf, le wali en l'occurrence, ont donné instruction pour éliminer le phénomène du squattage des plages et assurer la gratuité d'accès. Selon une source relevant de la wilaya d'El Tarf, Harfouche Benaraâr, chef de l'exécutif, a instruit les services administratifs et sécuritaires de la wilaya, de procéder à des descentes pour débarrasser les plages, des délinquants et des voyous, qui imposent leur diktat, exploiter illégalement les plages. Notre source a indiqué que le wali d'El Tarf veille minutieusement à l'application rigoureuse de la loi relative à la gratuité d'accès aux plages. En ce sens, tout dépassement est passible de poursuites judiciaires. À cet effet, le commis de l'Etat a donné l'ordre de réprimer tout contrevenant en le livrant aux instances juridiques. Sont concernés par cette instruction, tous les secteurs, dont les communes côtières, pour lutter contre cet agissement pouvant compromettre la saison estivale. Pour le premier responsable de la wilaya d'El Tarf, procurer les meilleures conditions de détente et de sérénité aux estivants se place au sommet des facteurs de la promotion du tourisme. C'est pourquoi le concours des efforts des différents secteurs et le déploiement des services de sécurité tout le long des plages autorisées à la baignade, relève d'une politique visant à donner un nouvel élan au tourisme à El Tarf, sauf qu'il est à craindre que ces recommandations ne butent sur une réalité maîtrisée par les propriétaires des solariums.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.