PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Corniche oranaise: Les plages squattées par des plagistes informels
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 07 - 2017


Un peu partout, à travers plusieurs plages, de la commune d'Aïn El Turck, des espaces entiers de sable sont squattés, au vu et au su de tout le monde et illicitement gérés, en toute impunité par des indus exploitants, se proclamant maîtres indétrônables des lieux. En effet, des parcelles entières de plages relevant, notamment, de la commune d'Aïn El-Turck, à l'instar de Trouville, Bouisseville, Paradis-Plage, Saint-Germain et Claire Fontaine, sont squattés, en toute impunité par des « plagistes illicites » qui déploient leurs tables, chaises et parasols sur les meilleurs endroits. Même constat sur les plages des commune de Bousfer et El Ançor , comme la grande plage, Bomo, l'Etoile, les Andalouses, aucune plage n'a été épargnée. Ces plagistes qui habitent, généralement, aux petites bourgades, relevant d'Aïn El-Turck, imposent leur loi là où ils se sentent, comme les véritables maîtres des lieux. Durant le mois de Ramadhan une réunion à la wilaya d'Oran regroupant, notamment, les maires des villes côtières, a été une occasion de rappeler l'impérative nécessité de faire respecter cette instruction de libérer les plages oranaises du diktat des plagistes. Mais même si depuis deux années, déjà, la direction du Tourisme a annulé la concession des plages, des indus exploitants sont présents sur les plages de la Corniche oranaise, semant le désordre et dicter leurs lois aux estivants, contraints de mettre la main à la poche pour s'acquitter des droits d'entrée à des espaces, sans commodités et livrés à l'anarchie... Fini le bon vieux temps où les sables dorés de la Corniche oranaise étaient à la fois, aisément et gratuitement, accessibles. Ce n'est plus le cas, ces dernières années, étant donné que l'accès à certaines plages, particulièrement celles de la côte ouest est devenu... payant!. En dépit de l'interdiction formelle de la concession des plages et de l'exploitation des solariums, à l'occasion de la saison estivale en cours, par le ministère de l'Intérieur, plusieurs plages de la côte oranaise continuent de subir le diktat de plagistes autoproclamés. Le beau principe de la gratuité des plages évoqué par les pouvoirs publics, les concessionnaires, non contents de fonctionner comme si les plages relevaient de leurs propriétés exclusives, pratiquent en plus des « tarifs très libres ». Un constat qui se traduit par le squat des espaces balnéaires, empêchant le citoyen de s'y installer, sans d'abord débourser, entre 800 et 1.500 DA, pour un parasol et quelques chaises. S'ils arrivent à trouver un espace sur le sable, les estivants qui ont leurs propres parasols doivent s'installer sur des endroits reculés et sales et n'arrivent même pas à voir la mer ou à surveiller leurs enfants. Chaque année, les saisons passent et se ressemblent, le tableau est beau, mais le bilan est désastreux et les problèmes deviennent récurrents. Le même constat est fait chaque année, mais aucune solution concrète n'est proposée » dira un estivant. Les communes côtières souffrent du manque flagrant de moyens et d'infrastructures pour pouvoir gérer au mieux une telle période. Le constat est saisissant entre le flux des estivants et les conditions d'accueil.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.