7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La demi-vérité de Macron
Il a abordé le dossier des essais nucléaires en Polynésie sans faire allusion à l'Algérie
Publié dans L'Expression le 29 - 07 - 2021

Le dossier des essais nucléaires français réapparaît à la surface des débats et polémiques politiques.
La dernière sortie du président français, Emmanuel Macron en l'occurrence, a suscité un intérêt quant à l'importance de la déclaration inhérente aux essais nucléaires dans le Pacifique et plus précisément en Polynésie.
À ce propos, Macron a déclaré que «la France avait une dette envers la Polynésie française pour les essais nucléaires réalisés de 1966 à 1996 dans le Pacifique. J'assume et je veux la vérité et la transparence avec vous», c'est avec ces propos qu'il s'est adressé aux populations et responsables politiques de la Polynésie.
Le dossier des essais nucléaires taraude les pays qui ont connu la domination coloniale française. L'Algérie en fait partie, surtout que les premiers essais se sont déroulés dans ses territoires. Il reste beaucoup de zones d'ombre à mettre au clair avec l'ancienne puissance coloniale, quant à la responsabilité politique et juridique des conséquences de cette tragédie, qui a causé des dégâts humains et écologiques. Ces retombées sont toujours actuelles de par l'effet continuel des radiations nucléaires.
Depuis la première opération de « la Gerboise bleue» en 1960, qui a été réalisée à Reggane par les Français, dans le but de se doter d'une force de dissuasion nucléaire, aucun président de la France n'a fait allusion à ces essais nucléaires en abordant les dégâts qui en ont découlé,dans les territoires objet de ces essais. La reconnaissance de ces crimes est restée lettre morte pendant plusieurs décennies. La question des indemnisations a été aussi traitée d'une manière vicieuse et sans effets ni résultats à la hauteur des dégâts causés aux populations des zones et des régions affectées par la radiation nucléaire.
Emmanuel Macron a touché à ce dossier épineux qui écorne l'image de la France en s'adressant aux populations de la Polynésie et les responsables de ce pays en soulignant que «la nation a une dette à l'égard de la Polynésie française. Cette dette est le fait d'avoir abrité ces essais, en particulier ceux entre 1966 et 1974, dont on ne peut absolument pas dire qu'ils étaient propres», a-t-il avoué.
Cette déclaration n'a pas été corroborée par un geste fort, consistant à reconnaître ces crimes contre l'humanité en demandant le pardon tant attendu.
L'Algérie est concernée mordicus par ces essais plus que les populations de l'archipel polynésien. Le président français, Emmanuel Macron, est-il prêt à engager un nouveau processus dans la perspective de reconnaître ces crimes français en Algérie? Il faut savoir que l'Algérie a été le théâtre de 17 essais nucléaires, dont la majorité était constituée d'essais atmosphériques, qui renseignent sur les grands dégâts et l'étendue de la propagation de la radiation.
La réconciliation, que certains cercles au niveau de la France officielle, veulent répandre, est une réconciliation fondée sur le seul droit de la France à dicter sa lecture quant à sa responsabilité coloniale dans les crimes et massacres contre l'humanité, sans pour autant reconnaître lesdits crimes, son système colonial et ses conséquences néfastes.
Les essais nucléaires ont été initiés par l'Etat français, cela veut dire que la France d'hier ou d'aujourd'hui est la même. Sauf que les enjeux et les intérêts entre Etats pourraient renverser la donne et imposer un autre processus en mesure de rectifier le tir et revoir les rapports et les relations politiques sur la base d'une démarche souveraine. La France est interpellée sur ses crimes dans le grand Sahara algérien. Les effets des essais nucléaires français sont toujours intacts et les populations de Reggane souffrent encore des effets de la radiation, provoquant ainsi des maladies du cancer et des déformations congénitales graves. La reconnaissance de ce crime est le début d'une relation ménagée d'arrière-pensées et de rapports mitigés.
L'indemnisation et l'octroi des cartes reste un véritable imbroglio qui taraude la relation entre l'Algérie et la France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.