Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un précédent d'une extrême gravité
Le détournement d'un camion d'oxygène à Sidi Bel Abbès
Publié dans L'Expression le 02 - 08 - 2021

La pandémie de Covid-19 a montré le visage hideux de certaines personnes, mais aussi des groupes de pression qui excellent avec leurs comportements, le moins que l'on puisse dire, criminels et exécrables.
L'affaire du camion chargé de transporter l'oxygène médical de Sidi Bel Abbès vers Tlemcen est un cas et un précédent gravissime qui renseigne sur l'état des choses qui règne dans le pays en général.
C'est dire que la jacquerie est devenue un mode opératoire, voire une pratique manifeste qui ne se cache plus et ne craint aucune riposte de la part des institutions de l'Etat.
L'affaire du manque d'oxygène s'affirme comme une situation dont la problématique prend une dimension tentaculaire. Il s'agit, en fait, d'une situation criminelle dont les réseaux et les groupes de pression font et défont cette réalité caractérisée par une pandémie des plus ravageuses en faisant leur «bonheur» sur le dos des laissés-pour-compte et de leur malheur. Plusieurs exemples se recoupent quant à une pratique spéculative accrue qui profite de la détresse des citoyens lambda en manque de prise en charge en matière de soins ou de l'assistance médicale en cas de détresse respiratoire causée par la contamination par la
Covid-19. Les nations développées ont connu et elles connaissent des situations graves dans la gestion de la pandémie de Covid-19, c'est une réalité incontournable de par l'effet dévastateur de ce maudit virus invisible. Mais le phénomène de la spéculation qui touche y compris les concentrateurs d'oxygène dont l'utilisation est réservée à l'urgence domestique en cas de détresse respiratoire, cela n'a pas été le cas dans les pays où la loi n'hésite pas à frapper fort et sans scrupule.
L'autorité de l'Etat s'exprime à travers cette rigueur qui fait que la violation de la loi est considérée comme une attitude non seulement condamnable, mais surtout et avant tout punie par ladite loi dont les garde-fous sont balisés pour qu'ils puissent régenter la société et la protéger de ce genre de phénomènes et de pratiques qui menacent la cohésion de la société et son harmonie sociale. Les bouteilles d'oxygène et le matériel y afférent sont devenus une source de spéculation et de richesse éhontées. Mais le plus grave, c'est l'absence des responsables des secteurs censés réprimer et lutter contre cette spéculation effrénée qui s'abat sur les démunis qui sont livrés à ce jeu scabreux des spéculateurs et des criminels qui n'hésitent pas à marchander dans le drame et le malheur des citoyens qui vivent une situation de dénuement indescriptible au plan médical et social. Le plus grave, c'est que l'absence de l'Etat à travers ses forces de sécurité pour assurer le bon fonctionnement et approvisionnement de la matière très sollicitée ces derniers jours, à savoir l'oxygène, risque de provoquer une situation d'anarchie et de désordre source d'une crise qui pourrait déraper et enclencher des scènes désolantes dans les villes et les régions dont la situation médicale s'aggrave à cause du vol et de détournement des camions transportant l'oxygène.
L'Etat est interpellé pour intervenir avec rigueur et fermeté pour mettre un terme à cette situation kafkaïenne et dangereuse sur l'unité et la sécurité nationales du pays.
L'Etat est responsable de la vie et de la quiétude du citoyen, il est même le garant de la sécurité des pans entiers de la société qui souffrent de cette véritable crise qui est en train de prendre une tournure qui risque d'affecter l'harmonie sociale et la cohésion nationale de l'Algérie. L'intervention rapide et sans attendre de l'Etat et de ses institutions est devenue une obligation et une exigence nationales pour sauver la patrie de ces pratiques qui vont à contresens de la solidarité de ce peuple connu pour sa générosité et son abnégation quand il s'agit d'un sursaut national salvateur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.