PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le nouveau cap de l'exécutif
Agriculture
Publié dans L'Expression le 02 - 08 - 2021

Le Premier ministre, ministre des Finances semble avoir une toute autre vision de ce que devra être l'action gouvernementale sur le terrain. Il semblerait aussi qu'Aïmene Benabderrahmane n'est pas du tout convaincu des données, jusque-là fournies par certains départements ministériels, au sujet de la situation réelle des activités de ces secteurs. À travers les nouvelles directives du chef de l'Exécutif, on peut aisément percevoir une nouvelle vision du travail gouvernemental, qui sera esquissée tout au long des prochains mois. En tout cas, espérons-le, faut-il le signaler, pris de court par les écarts de la gestion de la crise sanitaire et les défaillances des ministres en charge de la question, Aïmene Benabderrahmane a vu, ainsi, ses plans de travail contrariés. Mais l'heure n'est plus aux tergiversations ni aux atermoiements des uns et des autres. Le ton est donné, à travers les recommandations et les directives strictes et urgentes, à l'issue du récent Conseil du gouvernement, données à certains ministres, dont ceux de l'Agriculture, de la Santé et de l'Industrie. À l'issue de ce conclave gouvernemental, le Premier ministre vient d'enjoindre au ministre de l'Agriculture de prendre, dans l'urgence, un certain nombre de mesures pratiques. Il s'agit, en fait, de celles dont l'urgence est signalée, en vue de la relance de l'activité agricole, le répertoriage» des structures du secteur, le lancement d'un audit général et le parachèvement de la promulgation des textes réglementaires encadrant différentes activités du secteur, aux fins d'«assurer l'exploitation optimale du foncier agricole et des capacités de production nationale», et «promouvoir l'investissement dans le secteur agricole», le Premier ministre recommande «la finalisation et la promulgation de textes réglementaires encadrant les procédures d'accès et de récupération du foncier agricole...». Les maîtres-mots dans cette stratégie étant «la sécurité alimentaire du pays, à travers l'amélioration de la production céréalière et laitière et la réduction de la facture d'importation des produits de large consommation», Benabderrahmane a appelé au «développement des cultures industrielles et l'optimisation des dispositifs de soutien aux céréales et au lait». Faisant face aux caprices du temps, il appellera également à «la concrétisation d'un programme d'irrigation d'appoint, qui concerne une superficie globale de 158 000 ha, imposé par les conditions climatiques difficiles et les irrégularités pluviométriques». Reste à signaler, par ailleurs, cet audit commandé par le Premier ministre à son ministre de l'Agriculture, au sujet de «l'ensemble des organismes en charge de la régulation de la production agricole, pour qu'ils assument convenablement leur mission principale qui est la régulation». Le grand argentier du pays a également recommandé à son ministre «l'importance de disposer de statistiques fiables sur la production des produits essentiels, à l'effet de mieux maîtriser les importations de ces produits et partant, les données relatives aux dispositifs liés au soutien des prix de ces produits».
Autant dire que Benabderrahmane, en fin connaisseur des failles de l'Exécutif et du travail de ses collègues, a mis le doigt sur la plaie. Sale temps pour les ministres, diront certaines mauvaises langues. Le successeur de Djerad aura-t-il les coudées franches pour mener le bal des ministres, suivant sa vision et sa stratégie de travail?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.