Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les putschistes annoncent une «transition politique»
Condamnation de l'ONU et de l'UA et scènes de liesse en Guinée
Publié dans L'Expression le 07 - 09 - 2021

Les putschistes guinéens qui ont capturé dimanche le président Alpha Condé et annoncé la dissolution des institutions devaient en dire plus sur leur plan de marche après un coup d'Etat, largement condamné par la communauté internationale mais salué par des scènes de liesse à Conakry. Le chef des putschistes en Guinée, important producteur de bauxite et de minerai, a tenté de rassurer les partenaires et investisseurs étrangers en déclarant, hier, que les nouveaux maîtres de Conakry tiendraient leurs engagements, et a demandé aux compagnies minières de poursuivre leurs activités.
Le comité mis en place par les putschistes assure «les partenaires économiques et financiers de la poursuite normale des activités dans le pays», a déclaré le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya dans un discours. «Le comité assure les partenaires qu'il respectera toutes ses obligations», a-t-il dit tout en promettant qu'il «n'y aura pas de chasse aux sorcières». Le chef des putschistes en Guinée a promis hier la mise en place d'un «gouvernement d'union nationale» chargé de conduire une période de «transition» politique, et assuré qu'il n'y aurait pas de «chasse aux sorcières» contre l'ancien pouvoir. «Une concertation sera ouverte pour décrire les grandes lignes de la transition, ensuite un gouvernement d'union nationale sera mis en place pour conduire la transition», a dit le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya dans un discours, sans toutefois préciser la durée de la concertation ni de la transition. Les militaires ont dressé à l'entrée du centre ville des barrages contrôlés par des soldats des forces spéciales, assistés de quelques hommes du Bataillon autonome des troupes aéroportées. Les putschistes avaient convoqué les ministres sortants et les présidents des institutions à une réunion au Palais du peuple, siège du Parlement, dans un format qu'ils n'ont pas précisé. Un collectif qui avait mobilisé pendant des mois contre un troisième mandat du président Condé a indiqué que ses membres emprisonnés seraient libérés vers 11h30. Les forces spéciales guinéennes conduites par leur commandant, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, disent mettre fin à «la gabegie financière, la pauvreté et la corruption endémique» ou encore «l'instrumentalisation de la justice (et) le piétinement des droits des citoyens». Les militaires affirment vouloir rendre «la politique au peuple». Ils ont proclamé dissoudre le gouvernement, les institutions et la Constitution qu'avait fait adopter M. Condé en 2020 et dont il s'était servi pour se présenter la même année à un troisième mandat, malgré des mois de contestation meurtrière. Ils ont promis une période de transition, à la manière du voisin malien, théâtre d'un putsch récemment. Un message lu sur la télévision guinéenne a fait état de la réouverture des frontières aériennes.
Le coup de force parachève des mois de grave crise politique et économique, aggravée par la pandémie de Covid-19. Aucun décès n'avait cependant été rapporté officiellement après le putsch, malgré le crépitement intense des armes automatiques dans le centre de Conakry dimanche matin. Aucun incident majeur n'a été signalé dans la nuit de dimanche à lundi. C'est un nouveau coup de force en Afrique subsaharienne en un an, après le Mali en 2020 ou le Tchad en 2021. L'apparent épilogue de plus de dix années de régime Condé a donné lieu à des scènes de joie dans différents quartiers de la capitale, notamment dans les banlieues réputées favorables à l'opposition. Il a en revanche suscité une large réprobation internationale, du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, à l'Union africaine en passant par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et l'Union européenne. La France a dit se joindre à la condamnation de la Cédéao et à l'appel à «la libération immédiate et sans condition du président Condé». Les Etats-Unis ont également condamné le coup d'Etat qui, ont-ils prévenu, pourrait «limiter» la capacité américaine à soutenir la Guinée.
Les principaux dirigeants de l'opposition guinéenne ne se sont pas encore prononcés sur les évènements. Mais le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), coalition de mouvements politiques et de la société civile qui a mené la contestation contre le troisième mandat, a appelé la population de Conakry à aller accueillir ses membres «qui seront libérés à partir de 11h30». La presse guinéenne a cité une note du lieutenant-colonel Doumbouya ordonnant la libération de tous les prisonniers politiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.