Goudjil se réunit avec la délégation parlementaire devant participer aux travaux de la 145e Assemblée de l'UIP    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Un cas psychiatrique!    Défis africains de la COP 27    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Est-ce le déclic?    Deux Palestiniens tués par les sionistes près de Ramallah    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Belatoui espère un véritable départ    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La pierre angulaire du chaâbi
El Ankis nous a quittés en septembre 2015
Publié dans L'Expression le 08 - 09 - 2021

Avec le départ d'artistes de la trempe d'El Hachemi Guerouabi, de Boudjemaâ El Ankis et d'Amar Ezzahi, le chaâbi est devenu orphelin. Cela ne signifie pas qu'il y a absence de relève dans ce genre artistique, mais ces ténors ont marqué de manière exceptionnelle et inédite la scène artistique chaâbie. Ils ont traversé environ un demi-siècle et touché de ce fait plusieurs générations de mélomanes férus de chaâbi, un genre authentique et unique. Boudjemaâ El Ankis nous a quittés en septembre 2015. Il n'a pas cessé de répondre présent à toutes les sollicitations et les invitations qu'il recevait en dépit de son âge avancé et de la fatigue. Il a ainsi fait le déplacement jusqu'à la Maison de la culture Mouloud-Mammeri en mars 2010 où un hommage lui avait été rendu.
La salle de spectacles de la Maison de la culture de Tizi Ouezou était archicomble. Pouvait-il en être autrement quand on connaît la stature de ce grand artiste, lui qui est originaire d'Aît Rahouna dans la daira d'Azzefoun qu'il visitait régulièrement, même à la fin de sa vie. C'était indispensable pour lui. Il était autant attaché à Alger, sa ville adoptive qu'à Azeffoun, sa terre natale.
Un genre authentique et unique
.Et quand, en mars 2011, les organisateurs du festival du film amazigh l'avaientt invité pour honorer de sa présence la cérémonie d'ouverture, Boudjemaâ El Ankis était aussi de la partie car pour lui, Azeffoun représente ce lien affectif et indéfectible qu'il n'a cessé de nourrir et où se ressourcer inlassablement, jusqu'à son décès.
Un maître d'un grand maitre
À l'instar de tous les maîtres de la chanson chaâbie, Boudjemaâ El Ankis avait sa propre technique dans sa façon d'interpréter aussi bien les qacidate que les chansonnettes avec lesquelles il a brillamment débuté sa carrière grâce à l'apport incommensurable du génie incontournable dans ce genre, le regretté Mahboub Bati. Boudjemaâ El Ankis avait également le don de l'improvisation, devenu indispensable pour pas mal de piliers de la chanson chaâbie. Car, comme on le sait bien, dans la majorité des cas, ce sont les mêmes musiques et les mêmes textes qui sont repris par ces ténors. Donc, pour ne pas ennuyer le mélomane, l'improvisation et la création spontanée et continuelle sur scène étaient devenues une condition sine qua non pour tout chanteur qui voulait se distinguer et marquer les esprits. Et, Boudjemaâ El Ankis excellait dans ce domaine. Il suffit de réécouter les chansons les plus célèbres interprétées pratiquement par tous les artistes du chaâbi, chantées par El Ankis, pour constater le génie créateur de ce dernier. Qu'il s'agisse de l'immortelle«El Kaoui», «Youm el djemaâ» ou encore la mythique «El Meknassia» et tant d'autres trésors de la chanson chaâbie, El Ankis les exécutait avec son propre timbre qui ne ressemble à aucun autre à tout point de vue. Ce n'est pas du tout un hasard si Amar Ezzahi a fait d'El Ankis un maître et un repère unique pendant toute sa vie. El Ankis a été le maître d'un grand maître. C'est dire la valeur dont jouissait ce dernier. El Ankis, pour sa part, a eu El Hadj Mhamed El Anka, pour maître. D'où son surnom (El Ankis) lui dont le vrai nom est Mohamed Arezki Boudjemaâ. Il a eu la chance, de voir le jour le 17 juin 1927, à la casbah d'Alger, véritable fief du chaâbi. Ce qui lui a permis d'acquérir, très jeune, les rudiments de cet art qui étaient très en vogue à l'époque grâce à l'apport indéniable d'El Anka, lui aussi enfant de la Casbah (plus exactement Bir Djebah) et d'Azeffoun. El Ankis a côtoyé les monstres sacrés de la chansons chaâbie comme El Anka, El Hadj Mrizek, etc. Ses premiers grands succès, El Ankis les doit à Mahboub Bati qui lui avait composé des chansons sublimes à l'instar de l'inénarrable et magique «Rah el ghali rah» (reprise en 1996, en kabyle, Matoub Lounès dans son album «Assirem») ou encore
«Tchawrou aâliya»,«Ahya Ntiya», mais aussi et surtout «ya lmeqnine ezzine» et «Ya bhar ettouffane» (de Mohamed El Badji). Depuis les premiers succès, El Ankis n'a pas cessé de séduire ses fans et d'être consacré d'année en année jusqu'à devenir un géant de la chanson chaâbie. On ne peut désormais pas parler de chaâbi sans citer El Ankis. Il en est l'une de ses pierres angulaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.