L'Algérie et l'Egypte conviennent de renforcer le partenariat et le jumelage interuniversitaire    Covid-19: suspension des cours dans les structures d'enseignement coranique pour 10 jours    Coronavirus: 400 cas du variant Omicron enregistrés en Algérie    EN: le constat sans appel de Belmadi    Suspension des cours dans les structures d'enseignement coranique pour 10 jours    L'impunité dont jouit l'occupant marocain aggrave la souffrance des Sahraouis    Coronavirus: 1.552 nouveaux cas, 656 guérisons et 10 décès    Le respect des mesures barrières et la vaccination, armes efficaces contre la propagation de la Covid-19    L'Otan est en train d'envahir l'Ukraine, selon Moscou    La CAPC exprime son "entière satisfaction"    Les opérateurs demandent la révision de la loi    Ghorbal et Etchiali retenus pas la FIFA    Le RCK et la JSBM champions d'hiver    Infondées et irrecevables dans la forme    LE PRIX DU PETROLE EN HAUSSE CONTINUE    Khalida Toumi, une femme à bout...    Le Mali veut réviser ses accords de défense avec la France    Plusieurs personnes arrêtées    Un «système de dissuasion» à Melilla et Ceuta pour contrer les menaces du Maroc    CAN 2021 : Fin de la préparation pour le choc face à la Côte d'Ivoire. Place au match !    Voile : l'équipe nationale de Bic-Techno en stage à Alger    Nabil Sadou, premier libéré    Le procès en appel de Hamel reporté au 9 février    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    503 dossiers de candidature déposés    Débat ouvert sur la situation au Moyen-Orient et en Palestine    Une bande de malfaiteurs spécialisée dans le vol de pièces détachées démantelée    Plus de 80 auteurs maintenus au concours littéraire Mohammed-Dib dans sa 8e édition    La pièce Habibi : une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genre    Ouverture des Journées du chant andalou en hommage à Abderrezak Fakhardji    La politique contre la ville ?    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Covid-19 chez les enfants: Près de 170 cas dépistés en 1 mois    Les familles exclues du relogement du bidonville «Es-Sebkha»: La daïra d'Es-Senia publie les résultats des recours    Tlemcen: Le cri d'alarme d'un chef de service et les assurances du DG du CHU    La CNAS lance une campagne de sensibilisation: 15.000 déclarations annuelles sur les salaires déposées depuis le début de l'année    L'argent, il faut qu'il nous serve, qu'il serve l'économie. Pour cela, il est urgent de le remettre à sa place !    Bethioua, Mers El-Hadjadj, Aïn El-Bia et Misserghine: Quatre mini-zones d'activités en cours de réalisation    Les êtres qui montrent le chemin    Isabelle Eberhardt: Après une vie courte et émouvante, c'est une ironie du sort que de mourir noyée dans le désert    2022 : l'année de la révolte des peuples opprimés ?    Journée d'étude sur la relation entre la justice et la presse    La grève des avocats paralyse les tribunaux    L'OTAN vante les mérites de l'Algérie    Les arguments du ministère    Fatsah Chibane ressuscité    «Insurrection de 1871 : le Centenaire oublié»    Si Mohand u Mhand subjugue le public d'Akbou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les priorités de la diplomatie algérienne
Décolonisation et émancipation du continent
Publié dans L'Expression le 13 - 09 - 2021

Les périples du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger ont ceci de particulier qu'ils témoignent d'un agenda imposant pour la diplomatie algérienne, désormais sur plusieurs fronts, avec une détermination égale. La réunion de la session ordinaire du Conseil de la Ligue arabe à peine achevée, Lamamra était déjà à Kinshasa où il a été reçu par le président Tshisekedi, président en exercice de l'Union africaine, ainsi que les plus hautes personnalités de la RDC dont son homologue congolais. Le lendemain, c'est à Brazzaville qu'il a débarqué pour être aussitôt reçu par le président Denis Sassou Nguesso qui avait transmis, début 2021, le témoin de la présidence de l'UA à son voisin mais préside toujours le Haut comité de l'UA pour la Libye. Ces deux visites revêtent, on s'en doute, une importance capitale dans la mesure où il s'agit de procéder à des consultations approfondies sur les dossiers régionaux et internationaux actuels, tout en se projetant sur les importants rendez-vous de l'Assemblée générale des Nations unies ainsi que du Conseil exécutif de l'Union africaine. S'agissant de ce dernier, il est certain que les arguments de la diplomatie algérienne qui a rejeté aussitôt la surprenante décision d'accueillir l'entité sioniste comme membre observateur de l'UA auront été pleinement entendus, dans le fond et dans les formes, sachant que tous les interlocuteurs du MAE Ramtane Lamamra dont, au premier plan, les présidents Tshisekedi et Nguesso, ont apporté leur «plein appui aux efforts déployés par l'Algérie pour la promotion de la paix, de la réconciliation et de la stabilité en Afrique, en général, et dans la région sahélo-saharienne, en particulier», tout en rendant hommage à «l'engagement constant de l'Algérie en faveur de la préservation du partenariat entre l'Afrique et le monde arabe.
Partant de là, on comprend que ces visites au caractère hautement stratégique ont permis de renforcer l'action de l'Algérie en sa qualité de Coordonnateur de l'Union Africaine sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique, des propositions concrètes ayant été présentées au président de l'organisation panafricaine à l'heure où le fléau a pris des proportions alarmantes dans différentes régions du continent et notamment la région sahélo-saharienne. Forts des liens historiques qui existent, depuis des décennies, entre la RDC et le Congo-Brazzaville, d'une part, et l'Algérie, d'autre part, ne serait-ce qu'en vertu de leur combat commun pour la décolonisation et l'émancipation de l'Afrique dans sa globalité, il aura été, très logiquement, question des défis posés par l'occupation illégale du Sahara occidental, l'accélération du processus de sortie de crise de la Libye, avec l'exigence du retrait de toutes les forces étrangères avant la tenue des prochaines élections, ainsi que la question centrale du soutien à la cause palestinienne, pierre angulaire des liens traditionnels entre l'Afrique et les pays arabes. Sur toutes ces questions, le discours et la méthode de la diplomatie algérienne ont atteint leur plénitude et augurent de résultats tangibles.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.