153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les routes de la mort
Publié dans L'Expression le 13 - 09 - 2021

Nos routes tuent toujours et chaque jour encore plus. Après les drames de Constantine, Bordj Badji Mokhtar et Ghardaïa, le mois dernier, qui ont endeuillé près d'une quarantaine de familles, l'hécatombe se poursuit avec une vingtaine de nouvelles victimes à Naâma. Les pouvoirs publics se sont engagés à mettre un terme à ce fléau qui continue de faucher des vies humaines avec des mesures rigoureuses et plus sévères.
Le président Tebboune, lui-même, avait ordonné, lors d'un Conseil des ministres, la prise de mesures juridiques «adéquates» pour la criminalisation du comportement des conducteurs de bus de transport public et scolaire en cas de «faute humaine par négligence, imprudence ou irresponsabilité». Mais cela ne semble toujours pas apporter ses fruits. En 7 mois, l'Algérie a enregistré pas moins de 2000 morts et quelque 20000 blessés dans 14600 accidents, cette année. Ce bilan établi par la Délégation nationale à la sécurité routière renseigne sur l'ampleur des dégâts. Un simple calcul permet d'établir qu'une dizaine de personnes décèdent quotidiennement sur les routes!
En plus des vies tragiquement emportées, il y a le coût de ces sinistres qui s'élève, annuellement, à près de 100 milliards DA.
Le drame est tel que dire qu'il y a urgence à agir, n'a plus de sens. Que faire? Surtout qu'il est bien établi que dans 96% des accidents, le facteur humain est à l'origine. Toutes les mesures préventives et dissuasives prises pour juguler ce phénomène semblent montrer leurs limites. Ni les contrôles des infractions liées à l'excès de vitesse ni les caméras et les radars ne semblent avoir réussi à réduire le nombre d'accidents et à dissuader les conducteurs. Il faut peut-être penser maintenant à une méthode nouvelle, originale, qui éveillera la conscience des chauffards. Car, c'est d'eux qu'il s'agit et ce sont eux qui sont à l'origine des drames de milliers de familles chaque année. Intensifier les actions de sensibilisation au lieu des mesures coercitives afin de consacrer une culture routière est peut-être une solution tout autant que de multiplier les spots publicitaires pour montrer les conséquences des accidents de la route pour les victimes blessées et ce, en comprenant tant les conséquences médicales, fonctionnelles, psychologiques que socio-économiques. Rappeler au conducteur qu'il peut rester cloué à vie sur une chaise ou que sa distraction fera qu'un enfant ne connaîtra jamais son père, ce sont là des images qui frappent l'esprit et qui pourront peut-être faire réfléchir par deux fois chacun de nous, au moment de placer la clé du véhicule dans le contact.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.