Les procès de Condor et de Hattab reportés    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Ça gaze pour le pétrole !    Tir déplore la sous-facturation pratiquée par certains exportateurs    Enième coup d'Etat militaire    Beldjoud réaffirme le soutien de l'Algérie au Niger dans la formation et la modernisation de l'administration    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Trois gros chocs pour lancer le bal    Simple formalité pour les Algériennes    Le cri d'alarme de Benbouzid    362 associations s'impliquent    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    Projet de Loi de finances 2022: L'Etat renonce aux bénéfices générés par Sonatrach et Sonelgaz    Couverture et qualité de services: Les trois opérateurs de téléphonie mobile mis en garde    CAF - Coupes d'Afrique: Un beau tir groupé des Algériens    JS Kabylie: Une qualification méritée    Véhicules importés: Régularisation exceptionnelle    Une question d'Etat de droit    Huit blessés dans 2 collisions    Infiltrations d'eau dans des maisons    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien ministre Hattab reporté    Cour de Blida: Le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    La continuité des coups d'Etat    Elira qui élira bien le dernier...    La culture se perd    Salah dans l'histoire de la PL    Une cinquantaine d'accords déjà signés    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    Séminaire international sur la cause sahraouie le 28 octobre par visioconférence    Ross impute au Maroc la pleine responsabilité    Algérie télécom gâte Béjaïa    Explosion dans une usine clandestine    Pour quelques gouttes de plus...    Un nouveau procès le 6 janvier prochain    Quand les robes noires...    Un renvoi et ensuite ?    4/4 Pour les Algériens    Le Mali expulse le représentant de la Cédéao    L'ambassadeur d'Algérie à Paris rend visite à L'Expression    Le président Tebboune salue l'initiative    La nouvelle frontière de l'humanité    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Sahara Occidental-pays arabes: Des principes à deux vitesses    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La CMA rejette tout accord avec le groupe Wagner
Le chef de l'EIGS tué au Mali
Publié dans L'Expression le 18 - 09 - 2021

L'ex-rébellion à dominante touareg au Mali a mis en garde, jeudi, la junte contre l'éventuelle conclusion d'un accord avec la société de sécurité privée russe Wagner, l'appelant à reconstituer l'armée plutôt qu'à s'en remettre à des «milices».
La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), signataire en 2015 d'un accord de paix avec le gouvernement et les groupes armés pro-Bamako, dit dans un communiqué avoir appris par «les médias et les réseaux sociaux que le gouvernement du Mali serait sur le point de conclure un accord avec le groupe de mercenaires russes (Wagner)».
«La CMA estime que la priorité pour la stabilité du Mali est d'aller rapidement à la mise sur pied de l'armée reconstituée, conformément aux dispositions de l'Accord pour la paix et la réconciliation», selon le texte.
Cet accord, encore largement inappliqué, prévoit notamment la refondation d'une armée plus représentative de l'ensemble des populations, notamment par l'intégration d'ex-combattants des groupes armés signataires. L'ex-rébellion du nord du pays «rappelle que ce sont les populations civiles déjà meurtries et fragilisées par une décennie de crise qui vont payer le prix de l'utilisation des mercenaires du groupe Wagner connus pour leurs graves violations des droits de l'homme dans les pays où ils sont déployés». De source française proche du dossier, les militaires au pouvoir à Bamako étudient la possibilité de conclure avec Wagner un contrat sur le déploiement d'un millier de paramilitaires russes au Mali moyennant finances, pour former leurs forces armées et assurer la protection des dirigeants.
«La CMA condamne et s'oppose fermement à tout usage des milices quels que soient leur nature et le motif qui les sous-tend et tient entièrement l'Etat malien pour responsable de ce qu'il adviendra s'il s'exécutait malgré tout», ajoute-t-elle.
La France et l'Allemagne, toutes deux présentes militairement au Mali, ont prévenu que cet engagement serait incompatible avec un déploiement des paramilitaires du groupe russe. Malgré la signature de l'accord de paix en 2015 et la présence de forces françaises, internationales et régionales, le Mali est en proie à des violences terroristes et intercommunautaires entremêlées. Ces violences se sont propagées du nord au centre du pays ainsi qu'au Burkina Faso et au Niger voisins. En phase de transition depuis des mois, le Mali s'est engagé auprès de la Cédéao et de l'Union africaine à organiser des élections générales en février 2022 mais les conditions actuelles conduisent les observateurs à s'interroger sur la faisabilité du calendrier adopté en août 2020 pour un délai incompressible de dix-huit mois.
Par ailleurs, les forces françaises ont tué au Mali le chef du groupe jihadiste Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), Adnan Abou Walid al-Sahraoui. «Il s'agit d'un nouveau succès majeur dans le combat que nous menons contre les groupes terroristes au Sahel», a tweeté le président Emmanuel Macron dans la nuit de mercredi à jeudi. Cet été, Paris avait déjà annoncé la mort ou la capture de plusieurs cadres de haut rang de l'EIGS par la force française Barkhane et ses partenaires.
La frappe française qui a tué Adnan Abou Walid al-Sahraoui s'est déroulée «mi-août» à l'issue «d'une manoeuvre de renseignement et grâce à plusieurs opérations de capture de proches d'al-Sahraoui», a précisé la ministre des Armées, Florence Parly lors d'une conférence de presse. L'«émir» circulait comme passager sur une moto qui a été frappée par un drone reaper dans une zone au sud d'Indelimane, au Mali, dans la zone des trois frontières, a détaillé le chef d'état-major Thierry Burkhard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.