CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les dernières heures au pouvoir
La contestation populaire monte, l'Armée prend position
Publié dans L'Expression le 19 - 09 - 2021

Le 2 avril 2019. l'Algérie fait face depuis près d'un mois et demi à des manifestations populaires qui réclament la démission du président en poste, Abdelaziz Bouteflika. L' élection prévue le
18 avril 2019 a été annulée. Bouteflika a retiré sa candidature à un 5e mandat, tout en nommant un gouvernement de transition. Mais rien n'y fait, la rue continue unanimement à demander sa démission. La tension est palpable dans la capitale, qui est sous haute surveillance policière. En ce premier mardi d'avril, les étudiants font une nouvelle démonstration de force en marchant par centaines de milliers pour réclamer le départ du chef de l'Etat. Dans les coulisses, on tente de trouver rapidement une solution politique pour sortir de la crise. Une rumeur circulait avec insistance sur sa capitulation prochaine. Surtout que 3 jours avant, Gaïd Salah s'était «rangé» du côté du Mouvement populaire. Il avait appelé à «la nécessité de mettre en application les articles 7, 8 et 102 de la Constitution et qu'aucune autre solution en dehors du cadre constitutionnel ne peut être envisagée». Mais le «clan» Bouteflika s'accrochait encore au pouvoir. Dans l'après-midi, une information met le pays en ébullition. Le vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire est en train de présider une réunion au siège de l'état-major de l'ANP, avec les commandants des Forces armées, les commandants des Régions militaires, le secrétaire général du ministère de la Défense nationale et les chefs des deux Départements de l'état-major de l'ANP. Il y prononce le fameux discours qui sonnera la fin de 20 ans de règne de Bouteflika à la tête du pays. «Nous estimons qu'il n'y a plus lieu de perdre davantage de temps et qu'il faut appliquer immédiatement la solution constitutionnelle proposée, à savoir la mise en application des articles 7, 8 et 102 et entamer le processus garantissant la gestion des affaires de l'Etat dans le cadre de la légitimité constitutionnelle. Aussi notre décision est claire et irrévocable», lance le patron de l'armée. Confiné dans sa résidence médicalisée de Zéralda, Abdelaziz Bouteflika, dont des bruits sur sa prétendue mort faisaient le tour des réseaux sociaux, apprend la triste nouvelle à la télévision, comme le reste de ses compatriotes. Le soir même, les choses s'accélèrent. L'agence de presse officielle (APS) annonce dans une dépêche que «le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a notifié officiellement au président du Conseil constitutionnel sa décision de mettre fin à son mandat en qualité de président de la République». La nouvelle fait vite le tour du monde. Les médias du monde entier ne parlent que de ça. La Télévision nationale, elle, reprend en boucle la nouvelle au même titre que le discours du chef de l'Armée. Il est un peu plus de 22h quand tous les programmes, des télévisons publiques et privées, sont arrêtés. «Abdelaziz Bouteflika va démissionner». À 22h 23mn, on voit les premières images du président, disparu des regards depuis plusieurs semaines. Il est entouré du président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaïz et du président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, qui doit assurer l'intérim jusqu'à l'élection d'un nouveau président. Les Algériens y découvrent un vieil homme assis sur son fauteuil roulant, habillé en décontracté avec une djellaba traditionnelle. On croirait qu'on venait de l'arracher de son lit! Toujours en vie, il relit sa lettre de démission avant de la remettre difficilement au président du Conseil constitutionnel. Une lettre qui fait office d'émouvant adieu au peuple algérien.
«Cette décision que je prends en mon âme et conscience est destinée à contribuer à l'apaisement des coeurs et des esprits de mes compatriotes pour leur permettre de projeter ensemble l'Algérie vers l'avenir meilleur auquel ils aspirent légitimement», écrit-il.
«Cette décision procède de mon souci d'éviter que les excès verbaux qui marquent malencontreusement, l'actualité ne dégénèrent en dérapages potentiellement dangereux pour la protection des personnes et des biens qui relève des prérogatives essentielles de l'Etat», ajoute-t-il avant de conclure en souhaitant le meilleur au peuple algérien. Ce sont là les derniers mots d'un président après plus de deux décennies de pouvoir..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.