CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un vrai levier de redressement
Le partenariat public-privé remis au gôut du jour
Publié dans L'Expression le 21 - 09 - 2021

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, qui présente, aujourd'hui, son Plan d'action devant les membres du Conseil de la nation, s'est engagé sur plusieurs questions, dont le développement du partenariat public-privé(PPP). D'après certains spécialistes en économie, l'absence d'une loi régissant le PPP est perçue comme un frein au financement des investissements dans les infrastructures d'équipements publics. De ce fait, un projet de loi sur les PPP sera présenté à l'APN, prochainement. Cette orientation, d'après des économistes, «répond au besoin de diversification des sources de financement de l'économie».Elle entre dans le cadre de la rationalisation des dépenses. Elle vise, notamment, la préservation des ressources budgétaires, qui seront réservées à des situations prioritaires, sans autre choix que le financement budgétaire. Attirer des sources de financement alternatives au budget de l'état, maîtriser la réalisation en matière de coût et de délais, semblent être les objectifs assignés à cette option qui se base sur le partage du risque d'investissement entre les partenaires. Il s'agit, en outre, de capter les apports financiers nécessaires pour la réalisation et l'exploitation de grands projets structurants lourds et coûteux en investissements. Dans ce contexte, il sera également question de revoir le Code des marchés publics ainsi que le Code du commerce. Après la levée de la contrainte liée à la règle du 49/51%, les économistes plaident pour l'amélioration du climat des affaires pour attirer les IDE.
En réponse à la question du financement de son Plan d'action, le Premier ministre avait déclaré que ce plan (...)était fondé sur de nouveaux modes de financement de l'économie, dont «l'utilisation du partenariat public-privé, pour financer des projets d'infrastructures économiques structurés...». D'autres moyens ont été, toutefois, évoqués, à savoir «la revitalisation de la Bourse, le renforcement du rôle des banques dans l'accompagnement et le soutien des investissements, l'ouverture du capital des banques publiques, l'ouverture de nouvelles banques privées et la promotion de la finance islamique...». Il est à noter que le PPP a fait l'objet d'une charte signée par l' Ugta, le FCE et le gouvernement, en 2016. À titre de rappel, le défunt président Bouteflika, avait subordonné tout accord d'ouverture de capital d'entreprises publiques économiques, dans le cadre du (PPP), à «son accord préalable». En 2015, l'Algérie avait adopté une réglementation relative aux délégations de services publics au profit du privé. Dans le même sillage, le grand argentier du pays a fait savoir que«l'assainissement financier des entreprises publiques en difficulté a englouti, entre 1991 et le 30 juin 2021, environ 2 790 milliards de dinars». Sur un autre plan connexe, il a indiqué que «les réévaluations des coûts de projets sont estimées à près de 8 908 milliards de dinars, entre 2005 et 2020».
Par ailleurs, pour certains observateurs, «chaque fois que le prix du baril chute sur le marché international, le gouvernement décide de recourir à la relance du processus de privatisation des entreprises». Enfin, pour relancer son économie, l'Algérie, qui dispose de potentialités avérées et réelles, a besoin d'une vision d'avenir, de bonne gouvernance, de stabilité sociale, de temps et de financement du développement. M


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.