CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La grande inconnue
Taux de participation au scrutin de novembre
Publié dans L'Expression le 21 - 09 - 2021

Les élections approchent à grands pas et bien malin celui qui nous dirait si le votant se déciderait, dans un sursaut de patriotisme ou de folie, d'aller vers les urnes ou, peut-être, parce que tel ou tel candidat a remué ses entrailles.
Ils faudrait se placer dans le contexte, marqué ces dernières années par la démission caractérisée des votants, pour toutes sortes de raisons, au point où le fait d'aller au bureau de vote est devenu suspect. Où, dans des familles entières, on ne trouverait pas une seule personne qui daigne aller voter.
Il est clair que les locales diffèrent par rapport aux présidentielles, au référendum et aux législatives. Il s'agit, là, de la gestion de leurs communes; c'est-à-dire du choix de celui qui va veiller sur l'hygiène des quartiers, qui va réparer les tuyauteries, qui va fermer les crevasses des routes devant leurs maisons... Ils devront réfléchir par deux fois avant de décider du boycott.
À présent, la majorité des partis, à une ou deux exceptions près, a décidé de participer; pareil pour les indépendants qui ont pris goût à l'élection, après le miracle de juin dernier. Ainsi, côté classe politique, tout le monde s'y met. Côté corps électoral, personne ne sait s'il va bouger ou rester indifférent pour les raisons qu'on vient d'évoquer. Il faudra donc convaincre les votants, avec des preuves irréfutables que ceux qu'ils choisiraient rendraient leur quotidien plus vivable. C'est le véritable enjeu. Mais comment s'y prendre?
Dans un article récent, on a tenté d'expliquer le rôle des réseaux sociaux dans l'opération de vote. Ce phénomène nouveau, qui a envahi tous les ménages, sans aucune exception, est aussi une bénédiction quand on le prend du côté opinion publique. En effet, n'importe quel candidat lambda a le loisir de faire un sacré travail de séduction dans sa localité pour séduire, voire convaincre les gens d'aller voter parce qu'ils le connaissent et qu'il ne manquerait pas de tenir parole une fois élu.
Ainsi, les femmes et les hommes qui seront appelés, demain, à relever le défi dans les APC et APW, devront s'engager en allant droit vers les votants en contractant un engagement solennel. Les choses doivent évoluer à ce niveau; sans cela, les votants ne bougeraient pas, parce que les compromissions d'antan seront toujours d'actualité. Il faudra aller au-delà des bonnes intentions.
Dans un passé tout récent, on se souvient comment nos parents se réveillaient très tôt pour se diriger vers les bureaux de vote. Il y avait derrière tout cela une volonté de répondre à un droit de citoyenneté, voire de devoir national, parce qu'ils étaient privés de donner leur avis pendant des siècles et mis dans des conditions de sous-hommes. Maintenant qu'ils ont la chance d'exprimer leur avis, ils le font. Ce n'est plus le même cas pour les nouvelles générations qui ne voudraient plus aller aux urnes pour voter simplement, mais pour faire un choix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.