CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



El Watan au coeur d'une polémique
Une erreur de traitement de la photo de la «Une», très largement commentée
Publié dans L'Expression le 21 - 09 - 2021


La photos de «Une» du quotidien El Watan, d'hier, a suscité la polémique sur les réseaux sociaux et même au-delà. Illustrant un reportage consacré à l'enterrement de l'ancien président Bouteflika, la photo en question a été «photoshopée» de sorte que le minaret de la Grande mosquée d'Alger disparaisse. La direction du journal a publié, en fin de matinée, sur son site Internet un erratum invoquant «un malheureux traitement technique au niveau du service PAO» et s'excusant auprès des lecteurs. La photo originale, avec le minaret, a été rétablie dans l'édition électronique du quotidien. Mais le coup était parti et les réseaux sociaux ont gonflé «l'erreur» pour la transformer en un acte délibéré. Effacer de la «Une» d'un quotidien le minaret de la Grande Mosquée le jour même de l'enterrement de Bouteflika, ne pouvait pas relever de la coïncidence, selon des Internautes qui ont publié la même photo, mais avec minaret, histoire de prouver la «manipulation». Il n'en fallait pas plus pour provoquer un «soulèvement» sur les réseaux sociaux. Les explications d'El Watan sont ainsi rejetées d'un revers de la main, notamment par Abderezak Makri. Le président du MSP n'y est pas allé avec le dos de la cuillère. Sur sa page Facebook il a dénoncé une «haine envers les symboles de la religion musulmane». «Je n'ai jamais imaginé que leur haine et leur rancune pouvaient atteindre un tel degré», écrit-il. Des commentaires du même acabit ont inondé les réseaux sociaux. Une véritable bagarre verbale s'est engagée entre les accusateurs et les défenseurs du quotidien. Cette affaire a pris une tournure plus «officielle», lorsque le ministre de la Communication Ammar Belhimer a dénoncé «un comportement étrange et injustifié», dans un post sur son compte Twitter et considéré le traitement de l'image comme «une infractions aux lois» qui régissent la Grande mosquée d'Alger, une atteinte «à ce grand repère religieux» et une «déviation» des règles du professionnalisme et de la déontologie. Le ministre qui a fait référence à «des plans méthodiques pour altérer» l'image et les «valeurs sacrées» de l'Algérie, a condamné «clairement ces comportements négatifs», tout en rappelant que «notre pays fait face à une attaque cybernétique». Le ministre de la Communication réitère son appel «au journal El Watan et à l'ensemble des journalistes et des professionnels de l'information à faire preuve du professionnalisme voulu et à respecter les règles de la responsabilité individuelle et juridique et celles de l'éthique et de la déontologie de la profession», a réagi Ammar Belhimer, dont le département ministériel se réserve d'intenter des poursuites judiciaires contre le quotidien El Watan.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.