Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Koeman tire sur ses joueurs
FC Barcelone
Publié dans L'Expression le 22 - 09 - 2021


Sur la sellette depuis le cinglant revers concédé au Camp Nou face au Bayern Munich en Ligue des Champions (0-3), Ronald Koeman vit des jours difficiles en Catalogne. Publiquement remis en question par Joan Laporta, avant que ce dernier ne fasse machine arrière pour calmer le jeu, le Batave sait que son avenir chez les Culés s'écrit en pointillés. La direction blaugrana a beau avoir démenti l'information, la presse locale maintient que l'entraîneur du Barça a 3 matchs pour sauver sa peau. Et la rencontre d'hier soir, face à Grenade était la première. Si ses protégés jouent les 2 autres rencontres à suivre comme ils ont joué celle d'hier, Koeman ne sera bientôt plus l'entraîneur du club. Menés dès la 2e minute par les Andalous, les partenaires de Memphis Depay ont ramé durant tout le match, avant d'être sauvés, miraculeusement, par un but d'Araujo à la 90e minute. Au classement de la Liga, le Barça compte un match en moins que ses rivaux, mais il pointe au 7e rang avec déjà 5 points de retard sur le Real Madrid. Forcément très attendu par les médias, Ronald Koeman a tenté de se justifier. «Ça dépend aussi du style de joueurs qui nous manque, à savoir des joueurs qui font des différences en individuel. Regardez la liste des joueurs convoqués: nous avons fait ce que nous devions faire. Il n'y a pas de joueurs pour faire du «tiki-taki»», a-t-il déclaré. Le «tiki taki», une petite erreur que tous les médias espagnols ont soulignée. «Il faut jouer avec notre style, mais si le match demande du changement, il faut le faire. [...] Le Barça d'aujourd'hui, n'est plus le Barça d'il y a 8 ans. Nous jouons à notre façon, mais nous n'avons pas de vitesse sur les côtés, parce que Coutinho repique dans l'axe, Demir ne prend pas trop la profondeur... c'est comme ça. Avec Ansu et Dembélé, c'est différent, mais ils ne sont pas là, il faut trouver des alternatives.» Privé de ses deux fusées, mais aussi de Sergio Agüero, Jordi Alba, Pedri et de Martin Braithwaite, Koeman doit, il est vrai, composer avec un effectif décimé pour sauver sa peau. La tension est donc plus que palpable puisque, s'il a refusé de répondre aux questions sur son avenir, le Hollandais a tout de même affiché un certain agacement. «Je vais m'arrêter là parce que j'ai l'impression que je dois me justifier sur tout.»

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.