Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»
Vers un nouveau système politique en Tunisie?
Publié dans L'Expression le 25 - 09 - 2021

Les «mesures exceptionnelles» décrétées par le président tunisien Kaïs Saïed pour renforcer ses pouvoirs au détriment du gouvernement et du Parlement dessinent les contours d'un nouveau système politique qui suscite l'inquiétude de ses opposants et de la société civile. Dorénavant, le président légifèrera à travers des décrets-lois, sans vote du Parlement dont les activités sont suspendues depuis que M. Saïed s'est octroyé les pleins pouvoirs le 25 juillet et présidera les réunions du Conseil des ministres. Pour le constitutionnaliste tunisien, Chafik Sarsar, on ne peut pas parler de «dissolution du Parlement».
Le président a décidé de «rompre avec la Constitution de 2014», qui avait instauré un régime hybride plutôt parlementaire, explique-t-il. Pour ce professeur, le président a mis en place «une organisation temporaire des pouvoirs pour préparer la transition vers un autre système constitutionnel». Selon M. Sarsar, M. Saïed a instauré une sorte de «nouvelle mini-Constitution».
L'objectif de ses décrets est de supprimer les «déséquilibres de la Constitution de 2014» qui penchait trop en faveur du Parlement, estime l'analyste politique Salah al-Din al-Jourshi.
Le scrutin législatif de novembre 2019 avait abouti à un Parlement émietté qui avait permis au parti d'inspiration islamiste Ennahdha, bête noire de M. Saïed, d'y assumer un rôle pivot.
M. Jourshi a mis en garde contre une possible dérive vers un «régime présidentiel excessif», avec le risque que le président «ne devienne le centre du pouvoir autour duquel tourne l'Etat».
Le politologue français, Vincent Geisser, chercheur à l'institut IREMAM, spécialisé sur le Monde arabe, va plus loin en estimant que «ce décret officialise le tournant présidentialiste, de pouvoir personnel et autoritaire dans lequel la Tunisie est engagée depuis le 25 juillet».
Pour ce chercheur, ces mesures débouchent sur «une marginalisation du Parlement et des partis politiques, avec un pouvoir exécutif centré quasiment exclusivement sur le président et un gouvernement qui n'est qu'un chef d'administration au service du président».
A ses yeux, le président Saïed a «tourné la page de la première phase de démocratisation de la Tunisie». Officiellement, il s'agit de «mesures exceptionnelles» ayant entraîné la suspension de facto de deux chapitres de la Constitution régulant les pouvoirs exécutif et législatif.
Le décret présidentiel annonce aussi l'instauration d'une commission -dont le président décidera la composition- qui assistera le président dans «la préparation des projets d'amendements relatifs aux réformes politiques». M. Saied a laissé entendre qu'il souhaitait amender la Constitution de 2014. «On n'est pas dans une simple gestion provisoire pour remettre de l'ordre dans le pays», estime M. Geisser qui voit plutôt dans les décrets de mercredi, «les jalons d'un nouvel ordre politique, la base de nouvelles institutions». «Dans ce décret, on perçoit le programme politique de Saïed, un nouveau régime politique centré sur le président». M. Jourshi en convient.
«Une part importante du projet commence à se cristalliser de plus en plus», précisant d'«un système présidentiel», dit-il. Ennahdha, par la voix d'un de ses dirigeants, Samir Dilou, a déploré une «transition d'un pouvoir démocratique vers le pouvoir d'un seul homme», tandis qu'un autre responsable Mohammad Al-Goumani, a accusé M. Saïed d'«entraîner la Tunisie vers une zone à hauts risques».
Pour le moment, Kaïs Saïed «bénéficie d'un capital confiance très fort dans la société civile», estime M. Geisser. Il y a «une division entre ceux qui croient voir en lui l'homme fort qui va sauver la Tunisie et les autres». «Ce président a des relais dans les élites, il a l'appui des forces sécuritaires, c'est un président très fort», souligne-t-il.
Depuis la révolution de 2011 qui a renversé le régime Ben Ali, la parole s'est libérée en Tunisie, dans tous les milieux: ONG, syndicats, milieux politiques, société civile. Mais selon M. Geisser, il n'y a «pas de front démocratique uni, les acteurs de la société civile sont divisés et un phénomène de peur a commencé à s'installer».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.