Le procès Hamel reporté au 17 novembre    Un scrutin miné ?    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Rejet de 77 dossiers de candidature    Des candidats exclus font appel    Renforcement de la coopération policière entre les pays africains    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Retour du public dès demain sous conditions    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Des rejets «excessifs et arbitraires»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme
Tribunal de Dar El Beida
Publié dans L'Expression le 25 - 09 - 2021

Le tribunal criminel de Dar El Beida a rendu son verdict, tard dans la soirée de mercredi dernier, dans le procès d'Ali Ghediri, condamnant l'ancien général-major à la retraite, à une peine de 4 ans de prison ferme, pour le chef d'inculpation de «participation en temps de paix à une entreprise visant à fragiliser le moral de l'Armée nationale populaire». Une peine de 10 ans de réclusion a également été prononcée à l'encontre de Hocine Gasmi, comparaissant dans la même affaire et poursuivi pour «faux et usage de faux», «usurpation d'identité» et «intelligence avec l'étranger». En sus de la prison, ce dernier a été privé de «ses droits civiques». Plus tôt dans la journée, le représentant du parquet avait requis une peine de 7 ans de prison ferme à l'encontre de Ali Ghediri et 20 ans à l'encontre de Hocine Gasmi, arguant de «la gravité» des faits reprochés aux accusés et exprimant son souhait que ces peines «sévères» puissent «servir d'exemple» à l'avenir. À l'annonce de la sentence du tribunal criminel, la défense d'Ali Ghediri, considérant le jugement sévère, a annoncé son intention d'interjeter appel auprès de la Cour suprême. Les avocats du candidat à la présidentielle avortée du 18 avril 2019, considèrent que les faits reprochés à leur client sont «infondés» en raison de «son sens patriotique et son abnégation» au service du pays, durant toute sa carrière militaire au sein de l'ANP. Défilant à la barre, tour à tour, les robes noires qui avaient tous plaidé l'acquittement pour Ali Ghediri, ont tenté de démonter le délit de «fragilisation du moral de l'ANP» insistant sur le fait qu'un tel chef d'inculpation n'est pas «matériellement explicite» dans l'article de loi.
Me Miloud Brahimi s'est interrogé: «De quelle entreprise, pour laquelle est accusé l'ancien général-major de participation, s'agit-il exactement?» faisant savoir que son mandant «n'a fait qu'exprimer une opinion concernant la situation prévalant dans le pays», ce qui est «un droit garanti par la Constitution pour tout citoyen», a relevé Me Zoubida Assoul. Allant dans ce sens, Me Mustapha Bouchachi a tenu à expliquer que «Ali Ghediri n'a enfreint aucune obligation de réserve ni divulgué une quelconque information d'ordre de secret professionnel». D'autres avocats n'ont pas manqué de plaider pour la dissociation du dossier du général à la retraite de celui de Gasmi, le second prévenu. Ali Ghediri, pour rappel, a été disculpé d'être «complice dans la communication des informations à des agents étrangers portant atteinte à l'économie nationale». En détention depuis juin 2019, Ghediri a clamé son innocence lors de son procès, aspirant à quitter la prison, mais le tribunal a prononcé son verdict et il devra attendre son procès en appel pour espérer voir sa peine réduite.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.