Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



7 ans requis contre Ali Ghediri
Son procès s'est ouvert, hier, au tribunal de Dar El Beida
Publié dans L'Expression le 23 - 09 - 2021

Le procureur de la République près le tribunal criminel de Dar El Beida, a requis, hier, une peine de 7 ans de prison ferme à l'encontre de Ali Ghediri et 20 ans de réclusion pour Hocine Guasmi. Il a justifié les peines requises par «la gravité des faits reprochés» aux accusés, exprimant son souhait que ces peines «sévères» puissent «servir d'exemples». La peine requise va refroidir Ali Ghediri qui, le matin, semblait nourrir l'espoir de quitter enfin sa prison. Vêtu d'un costume gris et d'une chemise bleue ciel, quelques kilos en moins, le général à la retraite semble bien se porter. Assis au box des accusés, il attend depuis
832 jours son procès, comme il le dira par la suite à la barre, et est impatient de répondre à l'unique charge retenue contre lui, à savoir la «participation en connaissance de cause à une entreprise de démoralisation de l'armée ayant pour objet de nuire à la défense nationale». Mais il devra attendre son tour car, dans le procès Ghediri, il y a un autre inculpé. Il s'agit de Guasmi Hocine, président du parti «Manbar Djazaïr El Ghad» sous un faux nom de Gousmia Hocine. Ce dernier est accusé de communication d'informations à des agents étrangers, portant atteinte à l'économie nationale, mais aussi d'usurpation d'identité et de faux et usage de faux. Il a pris contact avec Ghediri et a participé à la collecte des signatures pour la candidature du général à la retraite à la présidentielle avortée du 18 avril 2019, mais a, aussi, été l'intermédiaire pour lui présenter le défunt Yazid Zerhouni. En dehors de quelques échanges téléphoniques et des rencontres entre les deux hommes, aucun autre lien n'a été établi lors des interrogatoires par le juge.
Fauses pièces d'identité
Et à suivre le procès, l'impression qu'il s'agit de deux dossiers distincts se dégage. En fait, Ali Ghediri avait été accusé aussi de complicité dans l'atteinte à l'économie nationale avant que la chambre d'accusation ne prononce un non-lieu. Guasmi va passer donc en premier à la barre et le juge ne trouvera pas de difficultés à établir les faits. L'homme, accusé plusieurs fois, dans les années 70 et 80, pour usurpation d'identité, a encore une fois recouru à cet artifice pour créer un parti politique. Même si Guasmi va tenter de nier, le juge va lui rappeler les fausses pièces d'identité saisies, mais, encore mieux, les vidéos qui le montraient sortir de la présidence après avoir été invité aux consultations sur la révision de la Constitution (2014). «C'est quand même osé de choisir faire de la politique et d'approcher de hautes personnalités avec une fausse identité», va lui faire remarquer le juge, qui tout au long des questions-réponses, dévoilera les huit parcelles de terrains octroyées à Guasmi, ses 25 entreprises écrans, mais aussi ses liens étroits avec les ambassades de pays étrangers. Il insistera sur sa relation avec une fonctionnaire de l'ambassade d'Israël en France. Guasmi nie et dit être un investisseur qui voulait lancer des projets en coopération, via ses connaissances dans les ambassades, même pour la fonctionnaire israélienne dont le père a une usine de pois-chiche à Tel-Aviv! Revenant sur sa relation avec Ghediri, Guasmi dit l'avoir rencontré par pur hasard et qu'il avait décidé de l'aider pour la collecte des signatures. Le juge va lui demander s'il l'a aidé pour rencontrer Yazid Zerhouni. Là, l'accusé va faire des révélations fracassantes: «cC'est cette visite qui a été source de tous nos problèmes(...) j'ai été enlevé et Wassini Bouaza m'a dit ''On veut Ghediri et Toufik. Donne-nous des informations et on te relâche''».
Ghediri explique au juge
Le juge va appeler Ali Ghediri à la barre. Il commence par lui poser des questions sur sa longue carrière de 42 ans au sein de l'armée, revient ensuite sur sa relation avec Guasmi et la rencontre de Zerhouni. Ghediri explique au juge «je ne connaissais pas Guesmi, il m'a appelé et a insisté pour qu'on se rencontre. Ce qui m'a intéressé chez lui, ce sont les nombreux contacts qu'il avait et j'avais besoin d'appuis étant donné que je me préparais pour une bataille électorale». Le magistrat va interroger Ghediri sur les raisons qui l'ont poussé à penser à se présenter à la présidentielle, sur ses écrits publiés dans la presse et l'obligation de réserve. Le général retraité explique que la loi de 2016 portant sur l'obligation de réserve, il l'avait lui-même préparée mais elle n'avait pas d'effet rétroactif puisqu'il avait quitté en 2015 et que si droit de réserve il devait respecter, c'est celui de ne pas divulguer les secrets de l'armée, ce qu'il ne ferait pas au prix de sa vie. Il revient enfin sur l'objet de l'accusation à savoir un entretien de Ghediri du 18 décembre 2018 et dans lequel l'accusé avait déclaré que «l'armée était le seul rempart face au risque de la fraude en raison de la déliquescence des autres institutions». Ghediri défend à nouveau son point de vue, affirmant que son simple avis ne faisait obligation à personne, «dans un pays où l'APN est cadenassée, ne peut-on pas estimer que les institutions ont échoué? Il y avait des manoeu-vres pour qu'il y ait autre chose que la tenue d'une élection présidentielle. Je ne faisais que défendre le cadre constitutionnel». Ali Ghediri ne quittera pas la barre avant de rappeler qu'il est petit-fils de chahid, fis de moudjahid et que ses frères et ses enfants sont actifs au sein de l'armée. «Je suis innocent» va répéter par trois fois Ghediri avant de rejoindre sa place. Hier, et après le réquisitoire du procureur, une vingtaine d'avocats ont défilé devant le tribunal criminel pour défendre les deux accusés. Le verdict est attendu tard dans la soirée ou aujourd'hui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.