Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    La renaissance    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au moins huit militaires tués dans une embuscade
Nord-Est du Nigeria
Publié dans L'Expression le 26 - 09 - 2021


Au moins huit soldats ont été tués et plusieurs autres portés disparus et blessés dans une embuscade attribuée au groupe terroriste de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué vendredi deux sources militaires. Les terroristes ont tiré des roquettes sur un convoi militaire qui circulait entre la ville de Dikwa et Marte, dans l'Etat du Borno, selon ces sources.»Les terroristes ont attaqué (le convoi) avec plusieurs lance-roquettes, tuant huit soldats. Plusieurs autres sont portés disparus», a déclaré un officier militaire. Huit autres soldats ainsi qu'un membre d'une milice pro-gouvernementale engagée dans lutte antiterroriste ont été blessés, selon cette source. Le bilan de l'attaque a été confirmé par une seconde source militaire. Les terroristes ont emporté avec eux deux véhicules militaires et en ont incendié trois autres. Cette attaque est la seconde en moins de deux semaine menée par l'Iswap contre les forces armées nigérianes. Il y a dix jours seulement, au moins 16 soldats et deux miliciens anti-terroristes avaient déjà été tués dans une embuscade, soit l'attaque la plus meurtrière menée depuis le début de l'année. L'Iswap l'avait revendiquée et affirmé avoir tué 25 soldats. Les terroristes avaient fait exploser des bombes en bord de route avant d'ouvrir le feu au moyen de lance-roquettes sur ce convoi militaire qui circulait entre la capitale de l'Etat du Borno Maiduguri et la ville-garnison de Monguno. Ces attaques quasi-quotidiennes ont incité les militaires à effectuer des patrouilles le long de cette route, ont indiqué les sources militaires. Depuis 2019, les soldats ont fermé plusieurs bases de l'armée et se sont installés dans des garnisons plus grandes et mieux protégées, connues sous le nom de «super camps», pour résister aux attaques des terroristes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.