L'intrigante histoire du consulat américain    Benbouzid «corrige» l'OMS    Ils maîtrisent la portée des menaces !    Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    BF : la descente aux enfers    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les oubliés de la loi de finances    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    La rengaine du chantage    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    Les douanes sont-elles des passoires?    La renaissance    Une loi pour protéger les institutions    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Des listes passées à la moulinette    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Le petit pas de Macron    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une satisfaction justifiée
Publié dans L'Expression le 28 - 09 - 2021

En effectuant un saut, jeudi dernier, au tribunal de Miliana (cour d'Aïn Defla), nous avons été agréablement surpris par les éloges lancés en direction d'Abderrachid Tabi, le tout nouveau ministre de la Justice, garde des Sceaux, qui a procédé récemment à un mouvement partiel des magistrats. «Pour une fois que nous avons eu droit, en 2019, à une bonne équipe de magistrats, qui sont vite passés à l'action, en dressant l'état de la justice locale, et en éliminant quelque peu les quelques nuisances qui perduraient depuis un bon bout de temps, le travail des collègues, éclaboussant au passage, le prestige de notre ville, nous avons été agréablement très surpris, de la position du nouveau ministre, qui n'est pas venu essuyer le boulot, sagement effectué par son ami et prédécesseur! Nommer le docteur en droit, Azziz, de Relizane au poste de président du tribunal de Miliana, et une procureure de la République, de classe, est en soi une bonne initiative qui honore la justice du coin! Finis les soupirs, protestations et lamentations des justiciables, il sont bel et bien finis!
Les deux chefs du tribunal travaillent en osmose, pour le bien de tous les Milianis qui ont malheureusement, trop souffert, de la longue et fastidieuse, appartenance de cette juridiction à la cour de... Chlef! Quand on connaît l'histoire de Miliana et celle d'autres localités de la même région, il y a de quoi s'arracher les cheveux de désespoir! Heureusement que les justiciables trouvent que la justice locale, potable, même si certains citoyens au parfum de ce qui se passe dans les milieux judiciaires, comme par exemple le laisser - aller constaté à l'encontre d'un magistrat de la région, victime d'un flagrant et insupportable parti pris, même après l'acquittement! Il était procureur de la République en titre, très bien noté, au moment où il a fait les frais de la campagne anti-Kamel el Bouchi, au moment où on battait des mains pour arrêter tout ce qui s'apparentait à des magistrats suspectés d'avoir trempé les phalanges dans le «fiel» du trafic tous azimuts de l'époque!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.