Makri agite la menace d'un retrait    Tous les recours rejetés par le tribunal administratif    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    L'inquiétude des patrons    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Alliance Assurances lance une nouvelle offre    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    Stambouli : "Bravo aux joueurs, mais le plus dur reste à faire !"    Rencontre Amara-membres du BF pour désamorcer la crise    PSG : Icardi toujours absent de l'entrainement    Près de 54% de la population cible vaccinée jusqu'à présent    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Sensibilisation au dépistage du cancer du sein    Un collège baptisé au nom de Fatima Bedar à Stains    Nombreux appels à la désescalade    Milan prend la tête après un samedi renversant    Chassé-croisé entre Chelsea et Liverpool, City qui rit et United qui pleure    L'intrigante histoire du consulat américain    Issine ? Connais pas !    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Cherchem    Plus de 79 000 produits pyrotechniques saisis en 2021    Le Cnapeste opte pour une grève cyclique    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    Croissance factice    Incertitudes sur le projet Peugeot    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Un après-midi cauchemardesque    Une loi pour protéger les institutions    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Des dizaines de candidatures éliminées à Bouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Que cherchent les américains à Alger?
Le commandant d'Africom reçu par tebboune pour la deuxieme fois en une année
Publié dans L'Expression le 28 - 09 - 2021

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a reçu, hier, en audience, une forte délégation américaine conduite par le général Stephen Townsend, chef du commandement militaire américain en Afrique (Africom). C'est la deuxième visite en Algérie depuis qu'il a pris le commandement d'Africom en 2019. Cette rencontre a eu lieu en présence du chef d'état-major de l'Armée nationale populaire, le général de corps d'armée Saïd Chanegriha ainsi que le nouveau directeur de cabinet de la présidence de la République, Abdelaziz Khellaf, précise un communiqué de la Présidence. À l'issue de l'audience, le général Stephen Townsend a affirmé que «les Etats-Unis d'Amérique apprécient le rôle de l'Algérie dans la consolidation de la sécurité et de la paix dans la région» tout en émettant le souhait de «les approfondir davantage». Selon le communiqué de la Présidence, les discussions ont porté sur la coopération militaire bilatérale et la situation dans la région, notamment au Sahel.
Le chef de l'Etat et le commander de l'Africom «ont discuté des opportunités pour faire avancer les relations de coopération, dans divers domaines liés à l'activité du leadership américain en Afrique, ainsi que de passer, en revue les derniers développements dans la région, notamment la situation sécuritaire au Sahel et les moyens pour renforcer les capacités des pays de la région, en particulier celles liées à la lutte contre le terrorisme», ajoute la même source. «Les Etats-Unis apprécient le rôle important que joue l'Algérie dans la promotion de la paix, la sécurité et la prospérité dans la région», a déclaré le général Stephen Townsend en marge de ses entretiens avec le président de la République, le chef d'état-major de l'ANP et autres responsables. Dans une vidéo mise en ligne par l'ambassade américaine à Alger, le commander d'Africom, tout en saluant le partenariat algéro-américain, a révélé que sa rencontre, avec le président Tebboune, le général de corps d'armée Chanegriha et d'autres hauts responsables, a porté sur «des questions importantes qui concernent aussi bien l'Algérie que l'Afrique du Nord et le Sahel». Le second rendez-vous, militaire, le responsable américain l'a eu avec le général de corps d'armée, Saïd Chanegriha, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP). Dans un communiqué, le ministère de la Défense nationale a mis en avant «la volonté des deux armées à consolider les relations bilatérales et ont échangé leurs points de vue sur les questions d'intérêt commun», soulignant le fait que «cette visite reflète l'intérêt porté par l'Africom aux questions sécuritaires qui concernent la sous-région et les défis qui en découlent, se rapportant notamment à la stabilité et au développement durable». Mettant à profit cette rencontre, le général de corps d'armée, chef d'état-major de l'ANP, a exprimé ses marques de gratitude à la partie américaine pour les aides médicales fournies à l'ANP dans un contexte particulier caractérisé par la crise sanitaire de la Covid-19». Cette visite intervient, en outre, quelques jours après que l'Algérie a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc en raison de l'animosité et des desseins malveillants affichés par le voisin de l'ouest. Elle intervient, également, au moment où les mercenaires étrangers gagnent en influence dans la région, à l'instar de la société militaire privée russe, déjà très active en Libye. En effet, le Mali aurait fait appel à un millier d'instructeurs russes pour appuyer son armée. Un accord confirmé par Moscou. Pour justifier une telle option, le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga a accusé la France d'un «abandon en plein vol» avec sa décision de retrait de la force Barkhane, justifiant la nécessité pour son pays de «chercher d'autres partenaires», mieux assurer la sécurité de manière autonome. Une décision que désavouent aussi bien les Etats-Unis d'Amérique que la France et d'autres pays européens, impliqués pour certains dans la coalition de forces spéciales Takuba au Mali, qui estime qu' «une telle présence déstabilisera davantage le pays». Mais aussi toute la région sahélo-saharienne.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.