L'Algérie et l'Egypte conviennent de renforcer le partenariat et le jumelage interuniversitaire    Covid-19: suspension des cours dans les structures d'enseignement coranique pour 10 jours    Coronavirus: 400 cas du variant Omicron enregistrés en Algérie    EN: le constat sans appel de Belmadi    Suspension des cours dans les structures d'enseignement coranique pour 10 jours    L'impunité dont jouit l'occupant marocain aggrave la souffrance des Sahraouis    Coronavirus: 1.552 nouveaux cas, 656 guérisons et 10 décès    Le respect des mesures barrières et la vaccination, armes efficaces contre la propagation de la Covid-19    L'Otan est en train d'envahir l'Ukraine, selon Moscou    La CAPC exprime son "entière satisfaction"    Les opérateurs demandent la révision de la loi    Ghorbal et Etchiali retenus pas la FIFA    Le RCK et la JSBM champions d'hiver    Infondées et irrecevables dans la forme    LE PRIX DU PETROLE EN HAUSSE CONTINUE    Khalida Toumi, une femme à bout...    Le Mali veut réviser ses accords de défense avec la France    Plusieurs personnes arrêtées    Un «système de dissuasion» à Melilla et Ceuta pour contrer les menaces du Maroc    CAN 2021 : Fin de la préparation pour le choc face à la Côte d'Ivoire. Place au match !    Voile : l'équipe nationale de Bic-Techno en stage à Alger    Nabil Sadou, premier libéré    Le procès en appel de Hamel reporté au 9 février    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    503 dossiers de candidature déposés    Débat ouvert sur la situation au Moyen-Orient et en Palestine    Une bande de malfaiteurs spécialisée dans le vol de pièces détachées démantelée    Plus de 80 auteurs maintenus au concours littéraire Mohammed-Dib dans sa 8e édition    La pièce Habibi : une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genre    Ouverture des Journées du chant andalou en hommage à Abderrezak Fakhardji    La politique contre la ville ?    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Covid-19 chez les enfants: Près de 170 cas dépistés en 1 mois    Les familles exclues du relogement du bidonville «Es-Sebkha»: La daïra d'Es-Senia publie les résultats des recours    Tlemcen: Le cri d'alarme d'un chef de service et les assurances du DG du CHU    La CNAS lance une campagne de sensibilisation: 15.000 déclarations annuelles sur les salaires déposées depuis le début de l'année    L'argent, il faut qu'il nous serve, qu'il serve l'économie. Pour cela, il est urgent de le remettre à sa place !    Bethioua, Mers El-Hadjadj, Aïn El-Bia et Misserghine: Quatre mini-zones d'activités en cours de réalisation    Les êtres qui montrent le chemin    Isabelle Eberhardt: Après une vie courte et émouvante, c'est une ironie du sort que de mourir noyée dans le désert    2022 : l'année de la révolte des peuples opprimés ?    Journée d'étude sur la relation entre la justice et la presse    La grève des avocats paralyse les tribunaux    L'OTAN vante les mérites de l'Algérie    Les arguments du ministère    Fatsah Chibane ressuscité    «Insurrection de 1871 : le Centenaire oublié»    Si Mohand u Mhand subjugue le public d'Akbou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Elections inédites au Qatar
Aucune candidate n'a été élue
Publié dans L'Expression le 04 - 10 - 2021

Les Qataris ont voté? samedi? pour élire la majorité des membres de leur organe législatif, un scrutin inédit au cours duquel aucune femme n'a été élue et qui ne devrait pas changer l'équilibre du pouvoir, dans ce riche pays du Golfe gouverné par une famille régnante et où les partis politiques restent interdits. Les électeurs étaient invités à choisir 30 des 45 membres du Majlis al-Choura, un organe consultatif sans grand pouvoir. Jusqu'alors, tous les membres de ce conseil étaient nommés par l'émir Tamim ben Hamad Al-Thani.
La totalité des 30 sièges à pourvoir ont été remportés par des candidats masculins, selon le ministère de l'Intérieur. Aucune des 28 femmes autorisées à se présenter n'a été élue. L'émir du Qatar, à qui il revient de désigner les 15 autres membres du Majlis al-Choura, peut encore toutefois réduire ce déséquilibre en nommant des femmes. On ignore toutefois quand il annoncera ces nominations, et quand le conseil tiendra sa réunion inaugurale. Le taux de participation a été de 63,5%, selon des chiffres officiels, soit beaucoup plus que lors des élections municipales de 2019 où moins d'un électeur sur dix avait voté. «Au début de la journée, j'ai entendu beaucoup de gens dire qu'ils ne voteraient pas, estimant que cela n'apporterait aucun changement, mais on a vu beaucoup de votants», a indiqué un membre du comité d'organisation des élections à Doha, Sultane Abdallah al-Kouwari. Selon l'agence gouvernementale Qatar New Agency, un total de 233 candidats se sont présentés. Tous ont dû recevoir pour cela l'autorisation du ministère de l'Intérieur. Mais selon la télévision d'Etat, 101 de ces candidats ont jeté l'éponge le jour-même du vote pour soutenir d'autres prétendants au poste dans leur circonscription. «Quand les candidats réalisent qu'ils n'ont aucune chance de gagner un siège, ils décident d'appuyer d'autres candidats», note Andreas Krieg, professeur au King's College London. La tenue de ce premier scrutin législatif au suffrage universel direct, prévu par la Constitution de 2004 mais reporté à plusieurs reprises, a eu lieu au moment où le pays est scruté à l'international. A un an de la Coupe du monde de football au Qatar, les autorités estiment que l'organisation de ces élections «va attirer une attention positive» sur le pays, affirme Luciano Zaccara, spécialiste du Golfe à l'université du Qatar.
Le Majlis al-Choura pourra proposer des lois, approuver le budget ou encore révoquer des ministres, prérogatives qu'il n'avait pas avant. Mais le tout-puissant émir aura un droit de véto. Si quelques rassemblements politiques ont eu lieu, les candidats ont tous évité pendant la campagne d'aborder la politique étrangère de leur pays ou le statut de la monarchie, préférant se focaliser sur les enjeux sociétaux comme la santé, l'éducation ou les droits des citoyens.
La majorité des 2,5 millions d'habitants du Qatar, premier producteur et exportateur mondial de gaz naturel liquéfié, sont étrangers et n'ont donc pas pu voter. Parmi les 330.000 Qataris, seuls les descendants d'habitants déjà citoyens du pays en 1930 ont le droit de voter et de se présenter comme candidats, disqualifiant d'office des familles naturalisées depuis. Des membres de l'importante tribu al-Mourra ont ainsi été exclus de ces élections, suscitant des débats animés sur les réseaux sociaux.
Les candidats se présentent dans les circonscriptions en fonction d'où vivait leur famille ou leur tribu dans les années 1930. A Al-Khor, une ville au nord de Doha, 13 candidats étaient en lice dans l'une des circonscriptions où la concurrence était la plus forte. Selon des sources diplomatiques, des votes avaient déjà eu lieu en interne pour déterminer qui élire dans les circonscriptions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.