Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rencontre entre talibans et représentants de l'UE et de Washington
Afghanistan
Publié dans L'Expression le 13 - 10 - 2021

Les dirigeants talibans ont rencontré des responsables de l'Union européenne (UE) et des Etats-Unis hier à Doha, le nouveau régime afghan cherchant à rompre son isolement diplomatique. «Nous avons des réunions positives avec des représentants d'autres pays», a déclaré Amir Khan Muttaqi, ministre taliban par intérim des Affaires étrangères, lors d'une conférence dans la capitale qatarie. «Nous voulons des relations positives avec le monde entier. Nous croyons en des relations internationales équilibrées. Nous pensons qu'une telle relation équilibrée peut sauver l'Afghanistan de l'instabilité», a ajouté le responsable, selon une traduction en direct de son discours, du pachtoune vers l'anglais. Cette rencontre a à Doha inclue des représentants des Etats-Unis, a précisé la porte-parole de l'UE Nabila Massrali, sans préciser le nombre ni les fonctions des délégués européens. «Il s'agit d'un échange informel, au niveau technique. Il ne constitue pas une reconnaissance du ''gouvernement par intérim''», a-t-elle ajouté. Selon elle, cet échange doit «permettre aux Etats-Unis et aux Européens d'aborder des problèmes» tels que la liberté de déplacement pour les personnes désirant quitter l'Afghanistan, l'accès à l'aide humanitaire, les droits des femmes et empêcher l'Afghanistan de devenir un sanctuaire pour les groupes «terroristes». L'UE cherche avant tout à prévenir un «effondrement» de l'Afghanistan, a déclaré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell à l'issue d'une réunion ministérielle. «Nous ne pouvons pas nous contenter de regarder et d'attendre. Nous devons agir, et rapidement», a-t-il ajouté. Le nouveau régime islamiste, arrivé au pouvoir en Afghanistan en août, n'a été reconnu par aucun pays. Mais face à l'imminence d'une grave crise humanitaire dans ce pays entièrement dépendant de l'aide internationale après vingt ans de guerre, les manoeuvres diplomatiques se multiplient.
Samedi à Doha, les talibans ont rencontré des responsables américains pour les premières discussions directes avec Washington depuis leur prise du pouvoir. Leur chef de la diplomatie a appelé les Etats-Unis à établir de «bonnes relations» et à ne pas «affaiblir l'actuel gouvernement en Afghanistan». Après avoir accueilli pendant des années les pourparlers entre les talibans et les Etats-Unis, le Qatar continue de jouer un rôle de médiateur incontournable entre le mouvement islamiste et les chancelleries occidentales. La semaine dernière, de hauts responsables talibans ont reçu à Kaboul l'envoyé britannique pour l'Afghanistan, Simon Gass. Et un porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères a indiqué qu'une délégation de son pays avait rencontré lundi de «hauts représentants talibans à Doha». Les questions de sécurité, de menaces terroristes et des droits humains ont été abordées «dans une atmosphère professionnelle», a-t-il ajouté.
Amir Khan Muttaqi a ailleurs assuré que les talibans étaient capables d'avoir le «contrôle» sur le défi posé par le groupe Etat islamique, qui a récemment multiplié les attentats en Afghanistan. «Nous avons beaucoup de résultats positifs (...) toutes leurs tentatives ont été neutralisées à 98% et nous sommes bien préparés pour l'avenir», a avancé le ministre taliban. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont demandé lundi à leurs ressortissants d'éviter les hôtels de Kaboul, s'alarmant d'une menace sécuritaire, sans en préciser la teneur. Amir Khan Muttaqi s'est par ailleurs engagé à empêcher que des attaques terroristes contre des pays étrangers soient fomentées depuis le sol afghan. Les Etats-Unis ont envahi le pays en 2001 et fait chuter le régime des talibans, en réponse aux attentats du 11 septembre planifiés par Al-Qaïda depuis l'Afghanistan, alors contrôlé par les talibans. Les troupes américaines se sont retirées le 30 août, au terme d'un accord avec les talibans, revenus au pouvoir mi-août. Depuis, le mouvement islamiste montre patte blanche dans l'espoir de nouer des relations avec les puissances étrangères, notamment occidentales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.