2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Présentation de chauffes-eausolaires locaux aujourd'hui    «Généraliser le pass sanitaire pour ramener l'adhésion vaccinale»    Plusieurs RN coupées au trafic routier    Cinq personnes périssent par le monoxyde    Hommage au chercheur et linguiste algérien cheikh M'hamed Safi El Mestaghanemi    Industrie: remise d'autorisations exceptionnelles à 26 projets d'investissement suspendus    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Industrie: créer de nouvelles spécialités pour répondre aux besoins du secteur    Relance industrielle: améliorer l'attractivité de l'investissement et du capital étranger    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    L'Algérie remet un chèque de 100 millions de dollars à l'Etat de Palestine    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Covid-19: la pandémie a fait 5.253.726 morts dans le monde    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Tribunal de Sidi M'hamed: le procès de l'ancien ministre Youcef Yousfi reporté au 20 décembre    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    L'Algérie participe au Sénégal à une Conférence internationale sur le "cadre juridique du climat d'investissement en Afrique"    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Secousse tellurique de magnitude 3,5 à Bejaia    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Le défi de la qualité    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    Les graves accusations de Baâdji    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Haaland peste contre l'arbitrage    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    Le FFS fait son bilan    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    Il y a les vrais, et il y a les faux !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La France officielle se cloisonne
Entre repentance et remboursement
Publié dans L'Expression le 18 - 10 - 2021

Et si les Algériens décidaient de demander le remboursement de leurs dettes au lieu de courir derrière la repentance? L'histoire de la colonisation date en réalité de l'époque napoléonienne, quand la grande armée ne trouvait pas de quoi nourrir ses soldats. Deux négociants, Bacri et Bouchenak, ont joué un rôle capital d'intermédiaires entre Bonaparte, lors de la campagne d'Egypte, de ravitailler le Directoire de blé, et Alger. Le contrat est signé par le dey d'Alger. L'empereur a repoussé le remboursement jusqu'à la fin de la guerre. Louis XVIII a remboursé la moitié de la dette et l'autre partie a été bloquée «dans un cadre juridique», dit-on. En 1827, quand le dey reçoit en audience le consul Pierre Duval et lui demande une réponse, ce dernier rétorque que le roi ne peut lui répondre en ajoutant «des paroles outrageantes pour la religion musulmane», selon les dires du dey qui s'emporte et le frappe au visage de son éventail, provoquant l'«incident diplomatique» qui va marquer l'histoire des deux pays. Pendant les trois années qui ont suivi l'incident, la France préparait la prise d'Alger pour faire main basse sur le trésor d'Alger. Elle tenta d'abord de confier cette mission; la prise d'Alger, à Mohammed Ali qui accepta au début puis fit fausse route à cause du navire de guerre que la France lui avait refusé. Mais en réalité, selon l'enquête de Pierre Péan, qui a retrouvé «les traces très embrouillées de l'or découvert dans les caves de la Casbah, où étaient entassés pêle-mêle des monceaux de quadruples d'Espagne et du Portugal, des mocos, des piastres fortes d'Espagne, des boudjous d'Alger et d'autres monnaies; un butin chiffré à plus de 500 millions de francs de l'époque (l'équivalent de 4 milliards d'euros)», lit-on dans le résumé de son livre Main basse sur Alger. Ce fut la première oeuvre que réalisa le maréchal de Bourmont dès la prise d'Alger; s'emparer d'abord du butin. L'occupation a duré 132 ans de pillage d'un pays aux innombrables richesses qui a réussi à se libérer, par des guerres successives de l'Emir Abdelkader, Ahmed Bey et Boumaâza au début, suivies des insurrections des Ouled Sid Cheikh, de Mokrani, des Zaâtcha, etc. Les Algériens ont subi, pendant cette longue période des atrocités terribles tels les déplacements de populations, l'exploitation à outrance de leurs terres, exils forcés, emprisonnements, massacres de populations, tortures, enfumades de tribus entières, destructions de villages au napalm... Depuis le mandat de feu Jacques Chirac, il y a eu des tentatives de réconciliation mémorielle entre les deux peuples, mais jamais personne n'a parlé de remboursement de nos dettes. Et Macron qui vient in fine nous parler de négation de l'histoire comme si l'Algérie n'a jamais existé avant 1830.
Lors de sa campagne électorale de 2017, Macron a qualifié la colonisation de l'Algérie de «crime contre l'humanité», avant d'oublier ce qu'il a dit lorsqu'il a pris ses fonctions. Il s'est retrouvé face à une réalité qu'il ignorait, et un système qui a ses constantes et ses balises, que personne ne pouvait outrepasser. Le système français date de l'ancienne époque, de la Ve République, de 1958, de De Gaulle, de Papon, de Salan, quand l'opération Challe jouait à la «pacification» en rasant les villages des Aurès, de Kabylie et de l'Oranie. Macron a agi de bonne foi, avant d'être rappelé à l'ordre.
Souvenons-nous de l'initiative de Chirac lorsqu'il a annoncé le «pacte d'amitié et de coopération». Et tout de suite après, le jeune ministre Sarkozy - peu connu à cette époque- a sorti l'affaire de «glorification du colonialisme». Cette sortie a mis le feu aux poudres. Des députés algériens ont présenté un projet de loi demandant à l'ancien colonisateur des excuses officielles, mises vite au tiroir, faute de soutien massif dans un Parlement dirigé au moment des faits par Amar Saâdani.
Puis il y a eu des hauts et des bas, de Sarkozy à Macron, entrecoupés par le mandat du dernier socialiste François Hollande. On revient d'un moment à l'autre vers le volumineux dossier de la repentance ou la réconciliation avec l'ancien occupant, comme si notre destin y était farouchement lié. Dans quelques mois, on fêtera le 60e anniversaire de notre indépendance. Dès lors, commencera l'émancipation définitive du fardeau du colonialisme abject.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.