Les relations entre l'Algérie et la Roumanie fondées sur l'amitié et la confiance    L'accord de sécurité entre le Maroc et l'Entité sioniste, "un grand péché"    Sétif: saisie de 32 grammes de cocaïne et arrestation de trois individus    La JSK et la JSS battues    Cour d'Alger: début du procès en appel de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout    Des vents forts sur plusieurs wilayas à partir de dimanche après-midi    Man City : Le grand rêve de Guardiola    Eni cède une partie de ses participations à Snam dans les gazoducs reliant l'Algérie à l'Italie    Les multinationales de production d'énergie doivent quitter "immédiatement" le territoire sahraoui occupé    La Juventus communique sur l'enquète de la police financière    "Une révision profonde des textes en 2022"    "Vous serez relogés après le vote"    Il sera bientôt mis en service    Une secousse tellurique de magnitude 4.0 enregistrée à Bejaia    "Une conjonction entre la pensée et les actes"    Queiroz repêche Hedjazy    La police disperse des manifestants contre le pouvoir à Ouagadougou    L'Ethiopie risque de se diriger vers un génocide    Renforcer la recherche scientifique    Modeste engouement    Faible participation, pas d'incidents    Souriez, nous allons tous mourir !    Sachez que...    3,420 kg de kif saisis    L'Italie et le Portugal versés dans la même voie    ACTUCULT    «Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? (3)    Les enfumades du Dahra    Locales du 27 novembre: mettre le "dernier jalon" pour l'édification institutionnelle de l'Algérie nouvelle    Chômage, prix et impératif civisme    Misserghine et Boutlelis: Une production de 43.000 quintaux d'agrumes attendue    Pour promouvoir la coopération bilatérale: Visite de l'ambassadrice de Finlande à la CCIO    Le culte fécond ou stérile du passé    Depuis le front, Abiy Ahmed promet «d'enterrer l'ennemi»    L'assaillant est un islamiste extrémiste    Les Algériens offusqués    Tebboune plaide le patriotisme économique    Relative affluence    Les élections locales par les chiffres    L'enjeu des locales    L'oeil vigilant de la Présidence    «Ils veulent casser l'équipe nationale»    Accord avec Torres – Barça?    Giroud absent 3 semaines    La caution d'un «pacte»    Un album pour préserver Tabelbala    Vendu 2,66 millions d'euros aux enchères    La classe au bout des doigts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohamed Saïl, l'enfant terrible de Taourith
Un hommage lui a été rendu, vendredi, à Béjaïa
Publié dans L'Expression le 19 - 10 - 2021

Son village natal, Taourith, s'est paré de ses beaux habits pour accueillir les invités, venus témoigner sur cet homme, auteur du fameux paragraphe à l'endroit des colons. «C'est notre sol natal, que de pères en fils nous fécondons de notre labeur: vous êtes venus nous déposséder, nous voler nos biens et, sous prétexte de civilisation vous nous obligez maintenant, pour ne pas mourir de faim, à trimer comme des forçats pour votre profit, contre un salaire de famine.» avait-il écrit. C'était en 1924. La lutte pour l»indépendance du pays n'était qu'à ses premiers balbutiements. C'est ce grand homme que l'association Taddar thiw, à Tibane,lui a rendu un hommage particulier, deuxième du genre.
Natif du même village, Mohamed Saïl, de son nom complet Mohand Amezian ben Ameziane Saïl, est venu au monde le 14 octobre 1894. Il décède en avril 1953 à Bobigny (Paris), une année avant le déclenchement de la guerre de libération 54-62. Ses espoirs de précurseur de lutte pour l'émancipation du peuple algérien ont fini par payer puisque 9 ans après sa mort l'Algérie recouvrait son indépendance.
Djamil Aïssani, président de l'association Géhimab de l'université de Béjaïa, Saïd Chemakh enseignant universitaire de Tizi Ouzou, Sadek Akrok, militant politique et enseignant à l 'université de Béjaïa ont été les invités de Arezki Saker et Meziane Hedjab, initiateur de cet hommage à l'anarchiste, pionnier de la lutte pour la libération des peuples opprimés ; Francis Dupuis Duri, enseignant d'histoire à l'université de Québec et auteur d'un ouvrage sur l'anarchiste et Phillip Bouba, enseignant à l'université de la Guyane, auteur d'une thèse de doctorat sur le mouvement anarchiste en Algérie, réalisée conjointement avec l'université d'Oran et dont un chapitre avait été consacré à Saïl, ont également pris part à cette table ronde en visioconférence.
Tour à tour, les invités de l'association de Taourith, une pléthore d'hommes de lettres, syndicalistes et universitaires, sont intervenus pour parler de ce chauffeur mécanicien, réparateur de faïence, militant anarchiste, anarcho-syndicaliste et volontaire dans le groupe international de la colonne Durruti durant la guerre d'Espagne, que fut Mohamed Saïl.
Des témoignages, qui n'ont de valeur que de rappeler et de mettre plus de lumière sur le parcours de militant de cet illustre personnage que fût Mohand Ameziane Sail, l'un des militants anarchistes et indépendantistes, engagés de la première heure. En 1923, le Comité de défense des indigènes algériens est lancé avec Mohamd Kiouane. Interné pour insoumission puis pour désertion, Saïl avait écrit en Algérie dans Le Flambeau où il dénonce le colonialisme et le Code de l'indigénat, et appelle les Algériens à l'instruction, à la révolte et à «rejoindre les groupes d'idées avancées». En 1929, il créa le Comité de défense des Algériens contre les provocations du Centenaire. En 1930, il adhère à la CGT-SR, dans laquelle il crée la Section des indigènes algériens, le mouvement anarchiste reprend sa campagne contre le colonialisme. En janvier 1932, installé à Aulnay-sous-Bois, il gérera le journal local L'Eveil social, qui paraît de janvier 1932 à mai 1934 avant de fusionner avec Terre libre. Après le coup d'Etat des 17 et 18 juillet 1936 et le début de la Révolution espagnole, Saïl, alors âgé de 42 ans, rejoint les Brigades internationales. Il devient le responsable du groupe.
Le 21 novembre 1936, en mission de reconnaissance, il est blessé au bras par une balle explosive à cent mètres des lignes franquistes. Hospitalisé à Barcelone, il regagne Aulnay en janvier 1937.
Mutilé, il doit désormais exercer le métier de réparateur de faïence. Le 17 mars 1937, il participe au meeting organisé à la Mutualité par l'ensemble des organisations de la gauche révolutionnaire, pour protester contre l'interdiction de l'Etoile nord-africaine, conduite par Messali Hadj, et contre la répression des manifestations en Tunisie qui a fait 16 morts.
En septembre 1938, il est condamné à 18 mois de prison pour distribution de tracts. Dès la Libération, Saïl reconstitue le groupe d'Aulnay-sous-Bois et essaye de reformer des comités d'anarchistes algériens. Il tient dans Le Libertaire une chronique de la situation en Algérie. En 1951, il est nommé responsable au sein de la commission syndicale aux questions nord-africaines. Il produit une série d'articles sur «Le calvaire des indigènes algériens». Mohamed Saïl meurt à la fin avril 1953 à 'l'hôpital franco-musulman à Bobigny et est inhumé au cimetière musulman de Bobigny7.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.