Le Président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGTA    Industrie pharmaceutique: appel à organiser "El Djazaïr Healthcare" dans d'autres pays africains    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohamed Saïl revisité
UN HOMMAGE LUI SERA RENDU DEMAIN VENDREDI À TIBANE
Publié dans L'Expression le 13 - 10 - 2016

«Nous disons à nos dominateurs: l'Algérie nous appartient comme une terre doit appartenir logiquement à ceux qui la travaillent, qui peinent pour la faire produire.»
«C'est notre sol natal, que de pères en fils nous fécondons de notre labeur: vous êtes venus nous déposséder, nous voler nos biens et, sous prétexte de civilisation vous nous obligez maintenant, pour ne pas mourir de faim, à trimer comme des forçats pour votre profit, contre un salaire de famine.» Ce fameux paragraphe est de Mohamed Saïl. Il a été écrit en 1924. C'est à ce grand homme que l'association Taddarth-iw de la petite bourgade de Taourirt, à Tibane, rendra un hommage particulier demain. Natif du même village, Mohamed Saïl, de son nom complet Mohand Amezian ben Ameziane Saïl, a vu le jour le 14 octobre 1894 à Taourirt. Il décède en avril 1953 à Bobigny (Paris). Il était tour à tour chauffeur mécanicien, réparateur de faïences, militant anarchiste et anarcho-syndicaliste et volontaire dans le groupe international de la colonne Durruti durant la guerre d'Espagne. Arezki Saker et Hadjab Ameziane, président de l'association organisatrice se démêlent depuis quelques jours pour une action commémorative, qui n'a de valeur que de rappeler à beaucoup de gens que la vallée de la Soummam et ses hauteurs ont enfanté des hommes que l'Histoire retiendra à jamais.
Une stèle à l'effigie de cet illustre personnage sera inaugurée demain. Elle sera appuyée par une table ronde animée par une pléthore d'hommes de lettres, syndicalistes et universitaires, qui auront l'occasion de visiter le domicile familial de Mohand Ameziane et de se recueillir à sa mémoire. Pour rappel, Mohand Ameziane Sail fut l'un des militants anarchistes et indépendantistes, un militant engagé de la première heure. En 1923, il lance avec Slimane Kiouane, le Comité de défense des indigènes algériens. Durant la Première Guerre mondiale, il est interné pour insoumission puis pour désertion. Entre 1924 et 1926, il écrit en Algérie dans Le Flambeau où il dénonce le colonialisme et le Code de l'indigénat, et appelle les Algériens à l'instruction, à la révolte et à «rejoindre les groupes d'idées avancées». En 1929, il créa le Comité de défense des Algériens contre les provocations du Centenaire. La France s'apprête à célébrer le centenaire de la conquête de l'Algérie (5 juillet 1830). L'ensemble du mouvement anarchiste dénonce le colonialisme: «La civilisation? Progrès? Nous di-sons nous: assassinat!». En 1930,il adhère à la CGT-SR, dans laquelle il crée la Section des indigènes algériens, le mouvement anarchiste reprend sa campagne contre le colonialisme. En janvier 1932, installé à Aulnay-sous-Bois, il est le gérant du journal local L'Eveil social, qui paraît de janvier 1932 à mai 1934 avant de fusionner avec Terre libre. Après le coup d'Etat des 17 et 18 juillet 1936 et le début de la Révolution espagnole, Saïl, alors âgé de 42 ans, rejoint les Brigades internationales. Il devient le responsable du groupe. Le 21 novembre 1936, en mission de reconnaissance, il est blessé au bras par une balle explosive à cent mètres des lignes franquistes. Hospitalisé à Barcelone, il regagne Aulnay en janvier 1937. Mutilé, il doit désormais exercer le métier de réparateur de faïence. Le 17 mars 1937, il participe au meeting organisé à la Mutualité par l'ensemble des organisations de la gauche révolutionnaire, pour protester contre l'interdiction de l'Etoile nord-africaine, conduite par Messali Hadj, et contre la répression des manifestations en Tunisie qui a fait 16 morts. En septembre 1938, il est condamné à 18 mois de prison pour distribution de tracts. Une année plus tard, pour le même motif, il est arrêté et interné. C'est au cours de cette arrestation que sa bibliothèque est saisie, puis dispersée. En 1941, il aurait été détenu au camp de Riom-ès-Montagnes (Cantal). Il aurait par la suite participé à la fabrication de faux papiers pour les compagnons recherchés. Dès la Libération, Saïl reconstitue le groupe d'Aulnay-sous-Bois et essaye de reformer des comités d'anarchistes algériens. Il tient dans Le Libertaire une chronique de la situation en Algérie. En 1951, il est nommé responsable au sein de la commission syndicale aux questions nord-africaines.
Il produit une série d'articles sur «Le calvaire des indigènes algériens». Mohamed Saïl meurt à la fin avril 1953 à l'l'hôpital franco-musulman à Bobigny et est inhumé au cimetière musulman de Bobigny7. Georges Fontenis prononcera son éloge funèbre lors de ses funérailles le 30 avril 1953. Les villageois de Tibane lui rendent hommage ce vendredi pour «mettre toute la lumière sur le parcours de ce grand monsieur que bon nombre de personnes ignorent», explique sur sa page Facebook Hadjab Ameziane, président de l'association Taddarth-iw.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.