Le fusil et le burnous    Conseil des ministres: L'Etat paiera plus cher les céréales aux agriculteurs    Spéculation sur les marchandises: La loi dans toute sa rigueur    Convention entre l'USTOMB et le port d'Arzew (EPA): Don d'un bateau-pilote pour la formation des étudiants en Génie maritime    L'indépendance, rien que l'indépendance    Groupe E : Algérie 0 Guinée équatoriale 1 - Amère déconvenue    Groupe A: Cap Vert-Cameroun, aujourd'hui à 17h00: Les «Requins Bleus» vont attaquer    Groupe A: Burkina Faso-Ethiopie, aujourd'hui à 17h00: Les «Etalons» sur du velours    Bechar: Quatre morts dans une collision    Education: Suivi mitigé de la grève des contractuels    Covid-19: Le dispositif de protection reconduit pour 10 jours    La leçon des échecs    De Mistura visite plusieurs infrastructures et établissements sahraouis    Les coopératives oléicoles en gestation    Le spectre du stress hydrique plane    Le piège de la règle du «moins disant»    Prémices d'un tournoi raté    Haaland met le feu à la maison    Le derby de Séville suspendu    4 personnes devant la justice    De mal en pis    Décès à Bamako de l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta    68 élèves contaminés et 3 lycées fermés    Saidal affiche ses ambitions    La récolte du nouveau maïs jaune lancée    Tamazight pour tout le monde    La pièce «Vers l'espoir» éblouit le public    Premier film local en langue amazighe    Le gouvernement portera plainte contre les sanctions imposées par la Cédéao    Accidents de la circulation 12 morts et 254 blessés au cours des dernières 48 heures    Prévenir pour éviter toute mesure de fermeture des établissements    La Safex prévoit l'organisation de 40 manifestations économiques    L'ambassade des Etats-Unis à Alger s'en félicite    L'Ambassadeur algérien reprend ses fonctions    Le HBCL remporte un duel décisif pour le maintien, l'ESS rate le coche à Alger    Des prestations artistiques en clôture des célébrations    Levée d'obstacles sur 679 projets d'investissements sur un total de 877 projets    Exercice du droit syndical: nécessité de s'éloigner définitivement des pratiques politiciennes et du lien organique syndicats-partis    Décès d'Ibrahim Boubacar Keïta: le Président Tebboune présente ses condoléances    "Le multipartisme est visé"    L'examen du projet de loi portant découpage judiciaire au menu    L'explosion d'une bombe artisanale fait 3 blessés    CAN 2021 : Dernière séance d'entrainement pour les Verts avant le match face à la Guinée Equatoriale    Le FLN manquerait une dizaine de wilayas    Sortie du premier volume de la collection Femmes dans l'histoire de l'Algérie    Sisyphe et nous    La sécurisation juridique des musées et collections en question    L'épineux chemin vers Evian éclairé par Olivier Long    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hommage au militant Mohand Ameziane Sail
SIDI-AICH
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 10 - 2021

La dynamique association communale Afus Touadi Mouloud de Tibane, relevant de la daïra de Chemini, a organisé, dans l'après-midi de vendredi passé, une journée-hommage dédiée à une grande personnalité native du village Tawrirt-Mhand-Ouamar de la même municipalité, Mohand Ameziane Sail, considéré comme l'un des premiers intellectuels francophones de toute cette région de la Basse-Kabylie.
Né le 14 octobre 1894 au village Taourirt (Aït-Oughlis) et décédé en avril 1953 à Bobigny (Seine) où il fut enterré dans un cimetière musulman, Mohand Ameziane Sail, un militant anarchiste et indépendantiste durant la colonisation française, est méconnu du grand public.
Pour cette journée-hommage, ses initiateurs ont inauguré une stèle à la mémoire du militant anarchiste et syndicaliste qui a travaillé, à son arrivée en France, comme chauffeur mécanicien, puis réparateur de faïences.
Lors d'une table ronde animée par le Pr Djamil Aïssani, président de l'association Gehimab de l'Université de Béjaïa, avec deux autres enseignants universitaires, Mohand Sadek Akrour et Saïd Chemakh sont longuement revenus sur le riche parcours militant du défunt, ses œuvres et sa pensée. «Mohand Ameziane Sail fut peut-être l'un des premiers intellectuels d'expression française de toute la région, puisqu'il avait publié plusieurs articles de presse dès le début des années 1920», ont indiqué les conférenciers.
La table ronde a été aussi rehaussée par l'intervention par visioconférence à partir du Québec (Canada) de l'universitaire chercheur en sciences politiques, Francis Dupuis-Déri, ayant consacré un ouvrage à l'anarchiste, syndicaliste et indépendantiste algérien Mohand Ameziane Sail.
«Il fut, durant toute sa vie, un infatigable militant antimilitariste, anticolonialiste et anticapitaliste. Insoumis et déserteur pendant la Première Guerre mondiale, il s'engagea, sans hésiter, dans la colonne Durruti lors de la guerre d'Espagne pour combattre les fascistes et participer à la Révolution.
Harcelé par la police, arrêté et emprisonné plusieurs fois, il n'a jamais, pour autant, cessé de contribuer à divers journaux nord-africains et français et d'en assurer la diffusion, d'organiser des comités de lutte et de participer à nombre de meetings et manifestations. Ses textes ciblent spécialement l'oppression coloniale française en Algérie ainsi que le racisme meurtrier et souvent hypocrite de l'administration républicaine, tout en appelant ses camarades algériens et français à se méfier des fausses solutions...», écrit en substance Francis Dupuis-Déri dans un recueil, intitulé L'étrange étranger, regroupant une trentaine de textes du défunt écrit entre 1924 et 1951. Mohand Ameziane Sail fut également l'un des militants indépendantistes pour la libération de toute l'Afrique du Nord de l'occupation et l'exploitation françaises en participant, avec d'autres militants, à la création du premier mouvement l'étoile nord-africaine, selon certains témoignages. «Nous disons à nos dominateurs, l'Algérie nous appartient comme une terre doit appartenir logiquement à ceux qui la travaillent, qui peinent pour la faire produire.
C'est notre sol natal, que de père en fils nous fécondons de notre labeur. Vous êtes venus nous déposséder, nous voler nos biens, et sous prétexte de civilisation, vous nous obligez maintenant, pour ne pas mourir de faim, de trimer comme des forçats, pour votre profit, contre un salaire de famine», écrivait déjà, en 1924, Mohand Ameziane Sail dans l'un de ses textes dénonçant l'occupation française.
Par ailleurs, l'un des initiateurs de la rencontre a annoncé l'inauguration prochaine d'un musée dédié au militant anarchiste dans sa maison natale à Taourirt, dans la commune de Tibane.
A. Kersani


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.