Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Comme au bon vieux temps
Célébration du Mawlid Ennabawi à annaba
Publié dans L'Expression le 19 - 10 - 2021

Narguant le contexte sanitaire dû à la pandémie du coronavirus, dans lequel intervient, pour la seconde année, la fête du Mawlid Ennabawi, les habitants d'Annaba ont décidé de vivre les moments forts de sa préparation. En effet, comme ce fut par le passé, la naissance du prophète Mohamed (QSSL) est synonyme d'une célébration pluridisciplinaire. Depuis les activités culturelles, concoctées pour la circonstance, jusqu'à la convivialité citoyenne et familiale de la célébration en passant par ses préparatifs, à Annaba, c'est le typique engouement pour cette fête sociale et sociétale.
Les emplettes des ménagères, préparant cet événement religieux, traduisent une célébration ancrée dans le temps et dans l'espace. En dépit de la hausse qui caractérise, depuis plusieurs semaines, les prix de large consommation, cette dernière a atteint, avant le jour J, son apogée. Rien n'est laissé au hasard, tout est soigneusement préparé. Depuis les ingrédients de base pour la préparation du dîner jusqu'aux amuse-gueules en passant par les incontournables pyrotechniques, la célébration se veut cette année grandiose. C'est la grande frénésie dans les marchés et les rues commerçantes de la ville d'Annaba, où vendeurs et acheteurs se confondent dans une atmosphère festive. Evidemment, c'est le Mawlid Ennabawi, fête musulmane commémorant la naissance du prophète Mohamed (QSSL).
La fête doit être célébrée dans la tradition la plus absolue. Chaque famille fait à sa manière et selon ses moyens. Situation qui, au vu de la situation socioéconomique, ne dérange pas pour autant les commerçants, tant légaux qu'informels.
Les uns comme les autres tentent, comme ils peuvent, de tirer profit de cet événement, marqué, le plus souvent, de caprices. Une fois n'est pas coutume, les familles font des écarts sur leur budget afin de donner à cette célébration le sens qui est sien. À priori, les Annabis tentent de rattraper la célébration impactée, l'année dernière, par le confinement partiel à domicile, en raison de la situation sanitaire.
Cette année, avec la levée du confinement partiel à domicile, les restrictions sanitaires sont royalement bafouées. Tout le monde se mêle et s'entremêle sans le moindre respect des mesures de prévention, dont le port de bavette. De même pour les commerces qui, dépassés par le flux des clients, ne sont plus en mesure d'imposer le respect des mesures de protection, la distanciation physique notamment. Ces signes de relâchement préconisent une dégradation de la situation sanitaire, dans cette wilaya, où l'inconscience et l'indifférence citoyennes, sont, depuis plusieurs jours, constatées à perte de vue. Mais bon, on mise sur la protection de Dieu, comme le disent la majorité des gens.
Ces derniers, avides de détente, ont jeté leur dévolu sur les préparatifs de la célébration de la fête du Mawlid Ennabawi. Pour eux, c'est une forme de décompression après plusieurs mois de stress occasionné par la pandémie du coronavirus. Cette fête religieuse est, pour eux, une occasion de retrouvailles entre familles et amis. Mais aussi, une occasion de fraternité et de partage entre les membres d'une société unie par des valeurs sociales et religieuses surtout. Car, selon bon nombre de personnes, cet événement est un rituel durant lequel chacun doit venir en aide à son prochain. Au-delà, la célébration se veut être, le temps d'une journée, un rappel des bienfaits de l'arrivée du prophète Mohamed (QSSL), pour l'humanité et l'influence de ses valeurs morales sur la communauté musulmane. Puisque, la célébration de la naissance du prophète Mohamed ne consiste pas uniquement à fêter le jour de sa naissance, mais surtout à faire un tour d'horizon du parcours historique du Prophète. Un parcours que les imams, dans les mosquées d'Annaba, se font un devoir de rappeler aux fidèles, afin de leur servir d'exemple à suivre dans leur vie quotidienne.
En somme, les habitants de la wilaya d'Annaba, sans aucune divergence, tentent, à travers cet engouement pour cette célébration, de joindre l'agréable à l'utile, à travers la fièvre acheteuse et l'inspiration du référent religieux, de par la vénération du prophète Mohamed (QSSL).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.