Coronavirus: 191 nouveaux cas, 156 guérisons et 6 décès    Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : "On s'attend à un match difficile"    OMS : Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Aouchem, acte 2    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Poursuite des travaux du séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique    Lamamra : L'alliance maroco-israélienne, une jonction entre deux expansionnismes territoriaux    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    "Le Hirak continue à faire son effet sur la conscience collective"    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Libye : la présidentielle en équation    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Déclin du RND et recul du MSP    Le PT fustige le gouvernement    Le lourd défi des nouveaux élus    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    «Contre les inégalités et la discrimination»    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ces petites choses si importantes!
Quand l'autorité publique passe devant l'essentiel
Publié dans L'Expression le 24 - 10 - 2021

Hier matin, au marché des fruits et légumes d'Hussein Dey, la pomme de terre s'est vendue à 50 dinars le kilo. Mieux, les clients ont eu droit à un sac de 5 kg. Mais on ne sait si la démarche du gouvernement de casser les prix des patates va réussir.
Rappelons qu'il s'agit de stocks saisis, notamment à Relizane et d'autres endroits, où les spéculateurs voulaient profiter de la pénurie pour s'enrichir. Ainsi, comme promis, le prix de la patate est descendu de moitié. Les jours à venir vont confirmer ou infirmer les capacités des autorités à contenir ce phénomène de spéculation qui, rappelons-le, fait l'objet de tout un programme au gouvernement et d'une loi dissuasive qui combattrait les spéculateurs par de lourdes peines. Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, semble avoir gagné une bataille, mais on ne sait s'il va remporter la guerre contre la spéculation.
L'autre phénomène visible à l'oeil nu concerne les poubelles ou la salubrité publique. Dans plusieurs endroits de la capitale et ses environs, on constate que les peaux de moutons sont entassées tout près des poubelles et n'ont pas été ramassées, depuis le dernier Aïd, comme s'il s'agissait de produits qui n'entrent pas dans le cadre de la salubrité publique. Visiblement, ni les maires ni les responsables de l'environnement n'ont dû s'en apercevoir.
Là aussi, la ministre de l'Environnement, Samia Moualfi, est interpellée pour donner un coup de pied dans la fourmilière. Parce qu'il serait inadmissible que des déchets de cette nature restent aussi longtemps, près de 6 mois, dans les quartiers populaires sans que personne ne donne l'ordre de les ramasser.
Lors d'une virée à la plage de Bouharoun (Zéralda), on a été stupéfait par l'entassement des ordures à quelques pas de la mer; il y avait même des chiens et des moutons morts qui dégageaient une puanteur nauséabonde que les vacanciers ne pouvaient supporter. Là aussi, personne n'a rien vu.
Les poubelles grossissent à l'échelle nationale au point où l'on se dit que nous vivons dans un pays sale. Pourtant, il y a des centaines de milliers de jeunes qui sortent des universités et qui sont en mesure de créer de petites entreprises de traitement de déchets, si les autorités leur donnaient un petit coup de pouce.
Il y a, en vérité, comme une démission de l'autorité publique quand il s'agit d'entreprise privée. Il n'y a pas le suivi nécessaire avec les facilités utiles, comme les aides publiques ou d'autres encouragements fiscaux ou l'achat du matériel pour créer ce genre d'entreprises utiles pour l'environnement et le bien-être du citoyen.
Dans tous les pays, le traitement des déchets est devenu ordinaire. Partout où l'on se déplace, dans les habitations, les marchés, les administrations, les ordures sont jetées dans des cages souterraines puis récupérées en bas de l'étage et envoyées, de nuit, vers les usines où se fait le tri puis le traitement des déchets parce qu'il y a dans le tas des éléments très toxiques qui peuvent avoir des répercussions sur la santé des citoyens.
À l'approche des élections locales, on estime que la campagne devrait s'orienter dans ce sens, c'est-à-dire comment débarrasser le panorama de cette laideur. Les maires sont appelés, dans ce nouveau millénaire à répondre sérieusement aux questions d'environnement. Quand on crée des cités pour contenir les gens qui ne sont pas bien lotis c'est une très bonne chose mais quand ils sont logés au-dessus d'une poubelle on se dit qu'ils étaient mieux lotis là où ils étaient; malgré la promiscuité, ils n'ouvraient pas leur fenêtre sur les ordures.
Sans exagération aucune, on peut dire qu'on vit dans un pays sale. Il suffit de regarder à droite et à gauche pour mesurer l'immensité de cette déchéance, même si le chauffard qui vous précède ne crache pas ou ne jette pas ses ordures dans la nature. Il y a lieu d'entamer une grande campagne de sensibilisation parce que l'un des préceptes de base de l'islam est l'hygiène. Soyons donc propres et attentifs à notre environnement!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.