Micro-entreprises: Tebboune ordonne l'organisation d'un salon international début 2022    Tebboune valorise l'amélioration du débit internet réalisée depuis 2020    Le Cameroun dans l'incertitude    Ligue 1 (6e journée) : L'O Médéa nouveau leader    Real : Benzema donne de ses nouvelles    Championnat d'Afrique de karaté : 10 Algériens en finales et 13 médailles décrochées    Des vents forts sur des wilayas côtières de l'Est du pays lundi    Crisis Group: Washington doit intégrer dans son discours le droit des Sahraouis à l'autodétermination    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Coupe arabe 2021 de la Fifa: L'Egypte et l'Algérie ont réalisé de belle prestations    Affaire Fethi Ghares : Procès reporté au 12 décembre    Est-ce la fin des mesures de rétention contre le Liban ?    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Pourquoi ça bloque    Le difficile démarrage    Sit-in des bénéficiaires des logements AADL    Le président Tebboune préside aujourd'hui une réunion    Le Ballon d'Or 2020 finalement attribué à Lewandowski ?    "Notre participation a été un succès"    La construction de logements en plein boom    Ce qui va changer pour voyager en France    Plus de 240 enfants handicapés accueillis par les établissements spécialisés    Le moudjahid Hadj Ziane Mohamedi n'est plus    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    Unifier les efforts pour lutter contre le terrorisme    Les Canaris s'entraînent enfin à... l'ESHRA    Résultats    Démantèlement d'une bande de trafiquants de psychotropes    Plus de 390 tonnes de produits alimentaires saisis dans un dépôt non déclaré    Repêchage du corps emporté par les eaux pluviales à Mediouna    La légende Saïd Mekbel    Le coup d'envoi demain à Boumerdès    Avant-première de Sœurs de Yamina Benguigui à Tunis    L'attaque dans le centre du Mali, une atteinte grave aux droits de l'Homme    Fiesta «flamenca»    Visite d'une délégation de diplomates et ministres africains et arabes    La colère de Tebboune    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    Des bombes livrées en 2016 à l'Arabie et aux Emirats par la France    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    Une nouvelle génération des démocrates    La rupture?    Des blocages partout    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Plus de 1.200 objets issus du film mis en vente    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Et de «9» pour le baril
Le Brent, référence du pétrole algérien, à plus de 85 dollars
Publié dans L'Expression le 24 - 10 - 2021

Le baril maintient la cadence et confirme sa bonne santé. L'or noir a terminé la semaine qui s'est achevée le 22 octobre, sur une 9e hausse hebdomadaire d'affilée. Le prix du baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en décembre, a engrangé 92 cents par rapport à la clôture de jeudi et s'affiche à 85,53 dollars à Londres, tandis qu'à New York, le baril de West Texas Intermediate, pour le même mois, s'est apprécié de 1,26 dollar ou 1,52% à 83,76 dollars. Il faut souligner que le Brent avait atteint, jeudi, en cours de séance asiatique, 86,10 dollars, une première depuis octobre 2018, avant de faire marche arrière.
Le pétrole américain avait connu une dynamique semblable. Il est monté jusqu'à 84,25 dollars. Un record depuis le mois d'octobre 2014. Il est à noter que le baril de Brent de la mer du Nord, référence du pétrole algérien, aura engrangé quelque 20 dollars en pratiquement 2 mois, jour pour jour. Il est passé d'un peu plus de 65 dollars, le 21 août 2021, à plus de 85 dollars, le 22 octobre 2021. Cette embellie n'a cependant pas été un fleuve tranquille. Une embellie qui semblait pourtant compromise: le baril avait débuté la semaine qui a commencé le 18 octobre, du mauvais pied. Celui du Brent de la mer du Nord a, notamment, perdu 53 cents pour afficher 84,33 dollars. Les prises de bénéfices étaient à l'origine de ce fléchissement. «Avec toutes ces hausses récentes, on a certainement assist,é lundi, à des prises de profits», avait indiqué Phil Flynn, de Price Futures Group qui a aussi relevé l'évolution décevante de la production industrielle aux Etats-Unis, qui a douché les ardeurs des investisseurs.
La production de la première économie mondiale a chuté, en septembre, de 1,3%, à cause, notamment de la production automobile qui souffre toujours de la pénurie mondiale de semi-conducteurs.
Ce chiffre a surpris les analystes et a jeté un froid sur les perspectives de la demande en énergie, est-il souligné. Le tassement de la croissance économique chinoise annoncé lundi, de 4,9% sur un an, au 3e trimestre, contre 7,9% le trimestre précédent, n'a, par contre, que très peu influencé le marché. Il faut souligner que l'empire du Milieu est le premier importateur mondial d'or noir. Ces turbulences n'empêcheront, cependant, pas le baril de relancer sa marche en avant.
Le baril de la mer du Nord, pour livraison en décembre, coté à Londres, engrangera, dès le lendemain, 75 cents, pour terminer à 85,08 dollars. Tous les regards étaient désormais focalisés sur la publication, le 20 octobre, de l'état des stocks américains de brut. Les professionnels les attendaient en hausse pour la 4e semaine consécutive.
Les pronostics allaient bon train. Les réserves à Cushing (Oklahoma), principal point de stockage et de livraison pour le WTI, sont inférieures de 43% à leur niveau de l'an dernier, à la même époque et de 21% comparé à 2019, écrivait Robert Yawger, responsable des contrats à terme sur l'énergie. «Ce qui va mettre les prix sous pression», ajoutait l'analyste. Verdict: les réserves commerciales de pétrole brut aux Etats-Unis ont légèrement diminué, pour la première fois en cinq semaines.
Les stocks de brut ont baissé de 0,4 million de barils durant la semaine achevée le 15 octobre, selon les chiffres publiés le 20 octobre par l'Agence américaine d'information sur l'énergie, alors que les analystes s'attendaient à une hausse de 2 millions de barils. Les réserves d'essence ont fondu de 5,4 millions de barils quand elles étaient attendues en repli de seulement 950000 barils.
À cette diminution, se sont greffées des réserves stratégiques américaines, en net repli, (-1,7 million de barils) qui ont ragaillardi les cours de l'or noir.
Le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en décembre, s'est apprécié de 18% à 85,22 dollars, tandis qu'à New York, le baril de West Texas Intermediate, pour le mois de novembre, dont c'était le dernier jour de cotation, gagnait 0,27% à 83,18 dollars. Une euphorie qui allait se confirmer les jours suivants. Le baril alignera une 9ème semaine de hausse consécutive.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.