Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : "On s'attend à un match difficile"    OMS : Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Aouchem, acte 2    Lamamra : L'alliance maroco-israélienne, une jonction entre deux expansionnismes territoriaux    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Poursuite des travaux du séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    Le PT fustige le gouvernement    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Derouaz : "Nous avons apporté les éclaircissements    "Le Hirak continue à faire son effet sur la conscience collective"    Libye : la présidentielle en équation    La stabilité des prix du pétrole en jeu    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Déclin du RND et recul du MSP    Le lourd défi des nouveaux élus    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    «Contre les inégalités et la discrimination»    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Explosion dans une usine clandestine
Oran
Publié dans L'Expression le 26 - 10 - 2021


Une usine de fabrication de gâteaux clandestine, qui a exercé pendant un bon bout de temps, a été implantée dans la commune de Gdyel, localité située dans la partie est de la wilaya d'Oran. Son secret a été dévoilé par une catastrophe l'ayant frappé de plein fouet, une explosion, survenue à l'intérieur de ladite unité, qui a coûté la vie à une employée et causé des brûlures de différentes gravités à huit autres de ses camarades, d'où l'enquête ouverte, l'identification du patron, un trentenaire venu d'Alger, ayant pris la fuite dès la déflagration sans pour autant juger utile de porter assistance aux personnes qu'il a mises en danger en ouvrant clandestinement son unité. L'affaire vient d'être jugée par la cour d'appel d'Oran. Dans son plaidoyer, l'avocat général n'a pas été «clément» en prononçant son réquisitoire. Il a réclamé le maintien de la première sentence infligée à l'encontre du mis en cause : 6 ans de prison ferme. Le mis en cause a été poursuivi pour des chefs d'inculpation liés à l'exercice d'une activité commerciale clandestine, l'exposition au danger, de la vie de tierces personnes, en commercialisant des produits alimentaires dangereux, fuite et non-assistance à personnes en danger pendant le drame, l'explosion qui a frappé son unité de fabrication. Le mis en cause, ainsi que ses collaborateurs, ont été arrêtés au mois de juillet de l'année en cours, suite à la tragédie ayant secoué la localité paisible de Gdyel. À cette date, les enquêteurs ont ouvert plusieurs fronts d'investigations, axés essentiellement sur les circonstances ayant été à l'origine du drame. Aux fins de tirer au clair cette affaire, les mêmes enquêteurs ont réussi à situer les responsabilités de tous les mis en cause, notamment le patron qui, en plus d'exercer clandestinement dans un secteur à hauts risques, employait plusieurs personnes, principalement des femmes. S'impliquant davantage dans cette affaire, l'inspection du travail a été catégorique et l'a accablé, dans le rapport qu'elle a remis aux policiers, qui fait état de la non-déclaration des employés à la sécurité sociale, en plus de la non assurance contre les risques du métier. Autrement dit, le patron agissait en «violation totale du Code du travail». Ce n'est pas tout. Le dossier s'est appuyé sur le rapport détaillé établi par la police scientifique, qui indique qu'aucune mesure sécuritaire n'a été mise en place pour sécuriser les lieux. D'ailleurs, ajoute le rapport, la déflagration a été provoquée par une fuite de gaz, au niveau de l'évaporateur principal, ne répondant à aucune condition de sécurité. Les employés, pour ainsi dire, étaient livrés à eux-mêmes, en exerçant un métier sans aucune protection jusqu'au jour du drame, en plus du laisser-aller total manifesté à leur égard par leur patron. D'ailleurs, les rescapés de cette tragédie ont, dans leurs témoignages, accablé leur patron, l'accusant de les avoir abandonnés dès les premières minutes qui ont suivi l'explosion, en prenant la fuite.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.