Une nouvelle génération des démocrates    «Le parti a atteint amplement ses objectifs»    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    La rupture?    Des blocages partout    «C'est criminel!»    Ramtane Lamamra : «Le séminaire a donné une vision claire de l'avenir»    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Les votes les plus curieux    Hazard de retour en Belgique?    Kjaer absent au moins 6 mois    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    L'Epic mis aux oubliettes    Le coup de maître de la Bmpj    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Hommage aux maîtres artisans disparus    Les mises en garde de Tebboune    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Benbouzid se prononce    7 décès et 185 nouveaux cas en 24 heures    Le Président palestinien aujourd'hui à Alger    Une qualification et des interrogations    L'alliance militaire entre le Maroc et Israël est "malsaine"    Une vision claire de l'avenir    «La bureaucratie est devenue un ennemi juré de la Nation»    Le CNDH appelle à la révision de la loi    L'ancien journaliste du Quotidien El-Moudjahid Rachid Semad n'est plus    Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Renouveau industriel, l'appétit grandissant de l'Algérie    Maroc : Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Plusieurs routes coupées dans certaines wilayas du pays    Du 24 au 31 mars 2022    Plaidoirie pour le tourisme saharien    Coupe arabe Fifa-2021 (Gr D/2e j): l'Algérie et l'Egypte passent en quarts    Coupe de la CAF (2e tour prélim./additionnel): JS Saoura-Heart Of Aok (Ghana) se jouera sans public    Tenue dimanche d'une réunion du Conseil des ministres    Huit délégués du médiateur de la République remerciés    Un autre procès attend Mira Moknache à Akbou    FLN-RND, la guerre de tranchées    Le Festival national de la poésie melhoun revient à Mostaganem    Cherfa exclut tout retour à ce système    Le quota de l'Algérie passera à 972 000 b/j    Les Canaris toujours en confinement à Zéralda    Une exposition sur Charles de Foucauld, avant sa prochaine canonisation à Rome    Dans une conjoncture particulière: Mahmoud Abbas demain à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les choses sérieuses commencent
Elections locales
Publié dans L'Expression le 28 - 10 - 2021

À un mois, jour pour jour, des élections locales anticipées, dernier jalon des réformes politiques que Abdelmadjid Tebboune s'est engagé à mener, toutes les opérations de collecte des signatures, confection des dossiers de candidature, examen, rejet, recours et décisions de justice, ont été clôturées, hier. Les jours à venir seront donc consacrés à la préparation de la campagne électorale qui sera officiellement lancée, lundi 4 novembre. Il faut relever, cependant, que pour le prochain rendez-vous électoral, ni les partis politiques et encore moins les indépendants ne se sont bousculés pour mener une précampagne.
Ces derniers sont restés embourbés dans les démarches administratives en raison, notamment des rejets en masse par l'Autorité nationale indépendante des élections des candidatures présentées. Le nombre exact des dossiers éliminés n'a pas encore été, officiellement, donné mais ce sont des centaines de recours qui ont été présentés par les partis politiques et les listes indépendantes au niveau du Conseil d'Etat. L'opération d'assainissement des listes de candidatures de l'Anie s'est basée sur les dispositions de l'article 184 de la loi électorale qui fait référence, notamment aux liens avec l'argent douteux et les milieux de l'affairisme. Un filtre qui a écarté plusieurs centaines de candidats de la course aux élections locales. Le rejet a touché les anciens élus locaux, ainsi que des entrepreneurs et hommes d'affaires qui se sont présentés sous la bannière du FLN, RND, le front El Moustakbel et bien d'autres formations politiques. D'ailleurs, le FLN, vainqueur des législatives, n'a pas pu présenter des listes dans «plus de 200 communes», dont celles des chefs-lieux de wilayas importantes, comme Annaba et Constantine. Voulant donc barrer la route à l'argent sale, l'Anie s'est montrée intransigeante. Ce qui n'a pas été du goût des partis.
Le MSP de Makri, qui avait même menacé de se retirer, a dénoncé «une vraie boucherie électorale» et une «fraude anticipée», alors que le FFS, évoquant «un grand nombre de cas de refus» dans ses listes APC et APW, a exprimé sa «grande indignation» contre ce qu'il a qualifié de «dépassement et de gestion sécuritaire excessive du processus électoral». Malgré ces dénonciations et critiques, l'opération s'est finalisée après que le Conseil d'Etat a tranché, hier, sur l'ensemble des recours. Place donc à la campagne où les 153000 candidats aux APC et APW auront la dure tâche de convaincre les 24 millions d'Algériens constituant le corps électoral.
Une tâche pas du tout facile, puisque ces derniers ont déjà peiné pour ramasser les signatures de parrainage, leur ouvrant droit à se présenter! Le taux de participation aux derniers rendez-vous électoraux a été faible avec 39,83% pour la présidentielle du 12 décembre 2019, 23,7 lors du référendum sur la Constitution et 23,03 aux législatives du 12 juin dernier. Il semble que les Algériens qui ont mené un Hirak pour vivre dans une Algérie nouvelle, veulent palper le changement, avant de reprendre le chemin des bureaux de vote. Et c'est à travers le renouvellement des institutions que cela peut se produire. D'où l'importance majeure des prochaines élections. Le vote concerne des Assemblées aux prises directes avec les citoyens.
Un aspect qui pourrait influer sur le taux de participation, mais seulement dans le cas où le choix des candidats par les formations politiques a été approprié. Car le citoyen votera pour le candidat qui lui apportera le renouveau et non pas pour celui qui se contentera d'occuper un strapontin le temps d'un mandat. L'autre importance des élections locales anticipées est le fait que ces dernières boucleront un processus lancé depuis décembre 2019 et qui tend à reconstruire les institutions. Un processus qui se veut donc un rétablissement politique devant donner naissance à une «Nouvelle Algérie», telle que promise par l'actuel chef de l'Etat, lors de sa campagne électorale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.