Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Beaucoup de bruit pour rien
Suspension et maintien de la MAE Najla al-Mangoush en Libye
Publié dans L'Expression le 08 - 11 - 2021

Beaucoup de bruit pour rien! Tandis que les regards en Libye sont braqués sur la conférence de presse que devait tenir, hier, la commission électorale nationale en vue d'expliciter le processus électoral et, notamment, les conditions de retrait des cartes d'électeurs, l'information tombée samedi soir sur la «suspension» de la ministre des Affaires étrangères, Najla al-Mangoush, décidée par le Conseil présidentiel qui a «ordonné son interrogatoire» a viré au vaudeville. D'abord, parce que le gouvernement d'union nationale que dirige Abdelhamid Dbeibah a aussitôt rejeté cette mesure, prise en toute hâte en relation avec des propos inadéquats sur l'affaire Lockerbie (explosion d'un avion) et d'un attentat à la bombe, en 1988 - imputés par les autorités britanniques aux dirigeants libyens de l'époque, ainsi qu'à «d'autres déclarations». Mme al-Mangoush avait accordé un entretien à la BBC qui l'a questionnée sur cette vieille affaire.
Dans son communiqué, le gouvernement a rappelé les missions des pouvoirs exécutifs (gouvernement d'unité nationale et Conseil présidentiel), tels qu'elles découlent de la feuille de route adoptée par le Forum de dialogue politique à Genève, affirmant qu'elle n'attribue pas au Conseil de la présidence le droit de nommer, d'annuler la nomination des membres du pouvoir exécutif, de les suspendre ou de les interroger. Il a donc exhorté au respect des procédures administratives appropriées et des prérogatives énumérées dans la Déclaration constitutionnelle et ses annexes. En conclusion, il a invité
Mme al-Mangoush à demeurer à son poste et poursuivre sa mission, excluant de facto la mise en place d'une commission d'enquête conduite par le vice-président du Conseil, Abdallah al-Lafi. Pour sa part, la MAE a réagi, en démentant vigoureusement les propos qui lui ont été attribués sur le présumé auteur de l'attentat, le britannico-libyen Abou Ajila Masoud, affirmant que la question «était sans fondement». Elle n'a, à aucun moment, évoqué cette personne, contrairement aux affirmations de la chaîne britannique BBC. Celle-ci prétend qu'al-Mangoush aurait répondu à la question sur les victimes de la destruction de l'avion de Lockerbie et de l'attentat à la bombe contre le Manchester Arena que les sujets relèvent de la compétence du bureau du procureur général libyen, chargé de les traiter en coordination entre les institutions judiciaires des deux pays.
La ministre a, en outre, argué des résultats positifs enregistrés au lendemain de la conférence sur la stabilité en Libye, première du genre depuis 2011 et de nature à renforcer la position de la Libye sur la scène internationale et régionale, pour mettre en garde contre la diffusion d'informations erronées ou fallacieuses, «un crime puni par la loi». Notons que la BBC a attribué à Mme al-Mangoush un propos surprenant sur un dossier clos bien avant 2011 et pour lequel la Libye a dû verser une importante compensation financière, au détriment du Trésor du peuple libyen.
On voit mal pourquoi la ministre libyenne se serait aventurée à évoquer une «extradition» du responsable présumé de ces attentats, de surcroît vers les Etats-Unis. La date des élections législatives et présidentielle avance à grands pas et les différends ne vont pas manquer de croître en intensité et en complexité, sachant qu'il y a quelques semaines, seulement, le même Conseil présidentiel libyen avait pris une autre «décision» de fin de fonction, à l'encontre du Premier ministre Abdelhamid Dbeibah, lui interdisant de procéder aux nominations et révocations des hauts fonctionnaires en Libye et à l'étranger. Somme toute, le processus politique ne va pas s'arrêter pour si peu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.