Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Offensive diplomatique contre la Cédéao    Plus de 30 personnes renvoyées devant la justice panaméenne    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le match CSC-JSK décalé de 24 heures    Les secrets du président de la FIFA...    Formation accélérée pour l'obtention de la licence CAF C et B    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Dans l'attente de déterminer le mode d'enseignement    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    Zahia Ziouani au micro de Maya ? J'adore ! Vraiment !    La Chine émet une alerte jaune aux tempêtes de neige    Le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Le taux de chômage inférieur à celui de l'avant-pandémie    L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors va investir 23 mds EUR dans l'électrification sur 5 ans    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Une catastrophe environnementale et sanitaire évitée à Oran Est: L'APC d'Oran a décidé de porter plainte contre X    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Brèves Omnisports    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    La Sadeg améliore sa desserte    «Le pays est toujours ciblé»    Pénurie de... soldats!    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Les preuves du complot    Les APC sans majorité absolue débloquées    Lotfi Benbahmed rassure    Le temps de l'efficacité    Messi penserait à un retour au Barça    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    Les avocats mettent fin à leur grève    14 candidats en lice pour un siège de sénateur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une impasse soudanaise
La protestation continue malgré le retour de Hamdok
Publié dans L'Expression le 22 - 11 - 2021

Les forces de sécurité soudanaises ont lancé, hier à Khartoum, des grenades lacrymogènes sur les manifestants hostiles au coup d'Etat militaire, mobilisés au lendemain d'un appel sur les réseaux sociaux à «La Marche du million».
Rassemblés devant le palais présidentiel, les contestataires ont signifié par leur présence le rejet par avance l'accord que le général al Burhane et le Premier ministre Abdallah Hamdok, en passe de réinvestir sa fonction, devaient signer en vue de restaurer le deal interrompu brutalement par le putsch du 25 octobre dernier. D'autres rassemblements ont eu lieu également dans plusieurs villes du pays, signifiant le refus de ce nouvel accord par la rue soudanaise.
Un tel rebondissement était improbable jusqu'à samedi, mais la pression internationale ainsi que les mises en garde de l'Union africaine et des Nations unies semblent avoir contraint les militaires, de sorte que le général al-Burhane a, non seulement levé la résidence surveillée de Hamdok et l'emprisonnement des ministres et dirigeants civils, mais aussi rétabli l'accord de transition conclu entre civils et militaires, au lendemain de la chute de Omar el Béchir. Le partage du pouvoir en 2019 a connu quelques déboires et le fossé entre les deux parties membres du Conseil souverain n'a cessé de se creuser davantage, jusqu'au jour du putsch et c'est pourquoi le nouveau rebondissement aura bien du mal à convaincre la rue qui montre, par sa mobilisation permanente et sa détermination, qu'elle doute des intentions d'al-Burhane et de son second, le général Mohammed Hamdane Daglo.
Avec 40 morts dont des adolescents et des centaines de blessés, les Soudanais n'ont pas hésité, hier, à braver les forces de l'ordre, non seulement dans la capitale mais également à Kassala, dans le nord du Soudan, aux cris de «Non au pouvoir militaire», «Burhane dégage», alors que le pays est sous la mainmise de l'armée depuis 65 ans. L'enjeu concerne la préparation d'une élection cruciale, en 2023, pour le passage du Soudan à une vie démocratique réelle. Si le parti Oumma s'est fortement impliqué, avec des médiateurs, dans la négociation avec les militaires, les Forces de la liberté et du changement (FLC), principal bloc pro-civils au Soudan dont le rôle a été décisif contre le régime El Béchir, restent hostiles au nouvel accord. «Nous réaffirmons clairement qu'il n'y a pas de négociation, ni de partenariat» avec «les putschistes», ont-elles affirmé, appelant à traduire les généraux en justice pour leur répression sanglante des manifestations. Avec les manifestations d'hier, les FLC promettent «un moment épique» contre la donne actuelle, d'autant que les militaires les ont écartées de la nouvelle feuille de route pour la transition.
Or, elles ne sont pas seules car de nombreuses autres organisations ont appelé, elles aussi, à des manifestations monstres contre la répression et ses auteurs, mettant l'accent sur l'exigence d'une remise sur rails de la transition démocratique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.