Contrôle commercial: Plus de 145.000 affaires devant la justice en 2021    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle (DAIP): Plus de 2.500 bénéficiaires titularisés dans leurs postes d'emploi    Diplomatie olympique    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    Suite à un «raz-de-marée» de contaminations dans les universités: Suspension des cours en présentiel jusqu'au 29 janvier    Affaire de l'escroquerie d'étudiants algériens: 11 mis en cause placés en détention    Covid-19 : une urgence nationale    «Dhakhira» Implosée    L'UA adopte le «plan Tebboune»    Pas avant le ramadhan    L'ANP trône sur le Maghreb    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Les Verts se projettent sur le Qatar    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Le nouveau challenge de Nasri    N'est pas influenceur qui veut!    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Bouslimani affiche ses intentions    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Mohamed Chafaa n'est plus    Algérie : Le Roy explique le fiasco    Oran: décès du moudjahid et chef d'entreprise Cherif Athmane    Diplomate sahraoui: l'occupant marocain essuie un nouveau revers    Crise malienne: l'Union africaine salue et soutient l'initiative du Président Tebboune    19 joueurs de l'EN ont quitté Douala pour rejoindre leurs clubs    Abderrezak Sebgag: "L'élimination de la sélection algérienne ne diminue en rien de sa valeur"    Maroc : craintes d'une aggravation de l'endettement des ménages    Libye: début de réunification de la banque centrale    Le décret exécutif fixant les missions de la CRTF publié dans le Journal officiel    Le wali d'Alger prend des mesures préventives contre la propagation du Coronavirus    Covid-19 : l'affluence sur le dépistage pourrait briser la chaîne de transmission du virus    L'Hôpital militaire universitaire d'Oran unique à l'échelle nationale et arabe à pratiquer la chirurgie mini invasive    Le Mali veut réviser ses accords de défense avec la France    Khalida Toumi, une femme à bout...    503 dossiers de candidature déposés    Le procès en appel de Hamel reporté au 9 février    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Plus de 80 auteurs maintenus au concours littéraire Mohammed-Dib dans sa 8e édition    La pièce Habibi : une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genre    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Il y a soixante huit ans naissait la Révolution algérienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès
Présidentielle française
Publié dans L'Expression le 01 - 12 - 2021

C'est une journée décisive pour la droite française, à cinq mois de l'élection présidentielle, avec d'une part la désignation du candidat du parti Les Républicains, et, d'autre part, la candidature annoncée hier du polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, qui auront un fort impact sur le premier tour. Avec une gauche éclatée et une extrême droite puissante d'après les sondages, le choix des militants de la droite classique permettra de voir les probables lignes de force de la présidentielle, et d'ajuster la campagne du président français Emmanuel Macron en vue de sa réélection.
Le parti Les Républicains (LR), héritier du mouvement gaulliste de l'après-guerre qui fut le principal parti de gouvernement de la Ve République, ouvre son congrès aujourd'hui pour élire samedi celui ou celle qui le représentera à la présidentielle de 2022 (dont le premier tour est le 10 avril), au terme d'une campagne interne fortement marquée par les thèmes de l'extrême droite comme l'immigration, l'autorité ou la sécurité. Concomitamment, le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour, phénomène de cet automne, qui mène une pré-campagne électorale, a officialisé hier sa candidature. «C'est une semaine importante car on commencera à voir se dessiner le vrai portrait de la présidentielle», analyse Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol). Selon lui, si Les Républicains se choisissent un représentant très marqué à droite, comme Eric Ciotti, cette nouvelle concurrence pour la cheffe du parti d'extrême droite Rassemblement national, Marine Le Pen, et Eric Zemmour, viendrait favoriser Emmanuel Macron.
Tel ne serait pas le cas s'ils optent pour un candidat plus centriste, tels que Xavier Bertrand, Valérie Pécresse ou Michel Barnier. Ce dernier, sur une ligne de sérieux et d'apaisement, espère que sa fidélité à LR et sa stature internationale - en qualité d'ancien négociateur du Brexit à Bruxelles - paieront. Favori des sondages nationaux, Xavier Bertrand mise sur le triptyque autorité-territoires-travail pour gommer son éloignement du parti. Valérie Pécresse, qui a elle aussi quitté le parti après la défaite cinglante aux élections européennes de 2019, promet avec pugnacité l'«ordre», régalien et économique, programme précis à l'appui.
La ligne dure d'Eric Ciotti pourrait, elle, séduire les plus radicaux chez LR, tandis que Philippe Juvin promet une droite des services publics.
D'après un sondage publié dimanche, M. Bertrand est celui qui obtiendrait le meilleur score au 1er tour (13%), devant M. Barnier et Mme Pécresse qui seraient, eux, à 10%, des scores qui permettraient théoriquement d'espérer, avec une bonne dynamique de campagne, accrocher in fine une qualification pour le second tour. Dans le même sondage, Emmanuel Macron arrive en tête avec 25%, devant Marine Le Pen, autour de 19%, et Eric Zemmour, entre 14 et 15%, selon les hypothèses.
Pour Emmanuel Macron, «c'est plus compliqué s'il y a une candidature de droite modérée qui peut revendiquer une expérience ministérielle et régionale, ou européenne, parce que c'est l'idée d'une possibilité d'une alternance sans aventure», estime M. Reynié.
L'issue serait ainsi beaucoup plus incertaine pour le président, contrairement à une configuration qui l'opposerait à un candidat d'extrême droite, au second tour.
L'autre élément important de la semaine vient justement de l'extrême droite, avec la candidature d'Eric Zemmour, confirmée avant un meeting à Paris, dimanche. Omniprésent dans le débat, depuis la rentrée de septembre, le polémiste a vu sa cote gonfler, jusqu'à provoquer des interrogations sur la présence de Marine Le Pen au second tour, longtemps acquise. Mais l'ancien journaliste, condamné à deux reprises pour provocation à la haine raciale, a vu quelques nuages poindre à l'horizon. Il n'a pas de parti pour le soutenir et son organisation, comme ses récentes déclarations, suscitent des critiques en interne. Côté financement de campagne, la tache semble ardue depuis la décision, la semaine dernière, de Charles Gave, un important soutien financier, de prendre ses distances avec le candidat putatif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.