CAN-2021 (Gr.E) Côte d'Ivoire - Algérie : impératif de gagner    Affaire du groupe Amenhyd: 4 ans de prison ferme pour Sellal et 5 ans à l'encontre de Necib    Côte d'Ivoire - Algérie: le Sud-africain de Freitas Gomes à la place du Gambien Gassama au sifflet    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs Houza et Aousserd    Travaux publics : publication prochaine d'une deuxième partie des cahiers de charges types    Salon international du bâtiment à Annaba: 80 opérateurs exposent leurs produits    Covid-19 : mise en garde contre l'idée que le variant Omicron est bénin    Kamel Nasri lance les travaux de dédoublement du tronçon de la RN 01 Djelfa-Laghouat    Dans un discours au siège du MDN: Les mises en garde de Tebboune    Le crime économique organisé, une menace pour la sécurité mondiale    Commerce: Le ministre demande aux boulangers de «patienter»    Groupe D : Egypte-Soudan, aujourd'hui à 20h00: Victoire obligatoire pour les «Pharaons»    Groupe D : Guinée-Bissau - Nigeria, aujourd'hui à 20h00 - L'outsider sans complexes    Football - Ligue 2: Le RCK champion d'hiver, l'ASMO en chute libre    Quid des nouvelles villes en Algérie ?    A l'exception des plénières déjà programmées: Les activités de l'APN reportées à cause du Covid    Oran: Quatre morts dans la chute d'un monte-charge    Sommes-nous vaccinés contre le vaccin ?    Benfreha: Une dizaine de constructions illicites démolies    Tlemcen: Une stèle pour Benaouda Benzerdjeb    L'éternelle nuit religieuse : l'Horloge bloquée sur minuit    Luis Suarez, un cas difficile à gérer    Umtiti blessé au pied et opéré    L'heure des calculs pour les Verts    Onze morts dans des raids au Yémen    Des critiques aux reproches    Le baril affole le marché    Des Américains en prospection à Oran    Incontournable marché libyen    Panique dans les lycées    Une hausse inquiétante    L'heure est grave    «Le spectre de l'achat des voix plane»    Sept nouveaux manifestants anti-putsch tués    Les facteurs d'une Renaissance nationale    Didouche Mourad revisité à Aghribs    La semaine du film documentaire    L'application de certaines dispositions de la loi relative au chahid et au moudjahid, après enrichissement des textes    Chanegriha : La rencontre avec le président Tebboune au siège du MDN revêt une "symbolique particulière"    Le statu quo !    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Privilèges, affectations et contrariétés !    Une histoire entre colons    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sursaut de dignité au Maroc
Le peuple se soulève dans des dizaines de villes pour dénoncer la normalisation avec Israël
Publié dans L'Expression le 04 - 12 - 2021

La caste minoritaire au pouvoir à Rabat a écarté plusieurs officiers de l'armée marocaine, dont des généraux. Cette information circule avec insistance dans les milieux «autorisés» occidentaux et israéliens. Une purge a ainsi été opérée, se soldant par des dizaines d'arrestations dans les rangs de l'institution militaire. Une vaste opération d'arrestations a permis de «nettoyer» l'armée de beaucoup d'éléments hostiles au rapprochement isrélo-marocain. Le Makhzen a agi, disent des réseaux israéliens spécialisés, sur la base de renseignements fournis par le Mossad. Le logiciel Pegasus a donc servi à «déblayer» le terrain aux accords sécuritaires signés récemment entre Rabat et Tel-Aviv. Il faut dire que ce n'est pas la première fois que le Maroc liquide des officiers contestataires à l'ordre établi dans le royaume. Entre 1970 et 1971, deux tentatives de renverser Hassane II. Le roi avait répondu aux tentatives de coup d'Etat par une répression terrible et le bagne Tazmamart porte encore les traces des 58 officiers incarcérés, dont seulement 28 ont survécu aux conditions inhumaines d'incarcération. Ses accointances avec Israël relevaient à l'époque déjà du secret de Polichinelle. Pour preuve le témoignage, plusieurs années après les faits, d'un officier du Mossad qui a décrit comment
Hassane II avait trahi les Arabes pour offrir la victoire à Israël lors de la guerre des Six-Jours en 1967. Les révélations sur les récentes arrestations opérées dans les rangs de l'armée renseignent sur l'existence, à ce jour, d'une résistance au sein de ce qui reste de l'Etat marocain. Le père et le fils passent pour maîtres lorsqu'il s'agit de mater les sursauts de dignité des élites, à l'image de l'assassinat de l'opposant Mehdi Benbarka. Mais il sera difficile à Mohammed VI de venir à bout d'un sursaut authenmtiquement populaire. Il faut savoir, à ce propos, que la population marocaine ne désarme pas et occupe la rue dans l'écrasante majorité des villes du royaume pour dénoncer la trahison du roi. La colère gronde. Les Marocains savent que le pacte avec Israël est dirigé contre les Algériens, mais aussi contre eux. Ils refusent le fait accompli et le disent haut et fort, avec courage et dignité, en bravant le danger d'une répression féroce des forces de l'ordre. Et celle-ci s'exerce avec méthode et bénéficie du black-out médiatique occidental. En réalité, l'entreprise de normalisation avec l'Etat sioniste fait face à une véritable résistance du peuple. On en veut pour preuve que malgré les charges des policiers, plusieurs sit-in de protestation ont été organisés par le Front marocain de soutien à la Palestine dans 36 villes marocaines. La violence policière n'a pas réussi à faire taire la voix de la société profonde. Cette agitation fait craindre le pire à la France qui, tout en organisant une sorte d'embargo sur l'information dans ce pays, n'en montre pas moins une forte inquiétude devant le délitement de la situation dans le royaume. Dans les sphères françaises, soutiens du Maroc, on n'hésite plus à parler d'un probable effondrement du régime sous la pression de la rue, mais également des coups de boutoir de l'armée sahraouie. Il faut savoir, à ce propos que, si le Maroc parvient à cacher la vérité sur ce qui se passe sur le terrain des opérations militaires, dans les cercles informés, on fait le constat d'une terrible réalité où face à de pertes humaines de plus en plus lourdes dans les rangs de l'armée marocaine, le Makhzen répond par des actions d'une sauvagerie sans égal à l'encontre des civils et militants politiques des territoires occupés. Ces dérives interviennent dans un contexte socio-économique explosif. En effet, affaibli par une crise économique qui a plongé des pans entiers de la société dans l'extrême pauvreté, rongé par une corruption endémique à l'origine d'un malaise social profond et soumis à une terrible pression des barons de la drogue, qui engrangent 20% de la richesse du pays, le Maroc a quasiment perdu tout contrôle sur son destin, depuis la conclusion d'un pacte de défense avec Israël. Ecrasé par le poids d'une dette de 40,5 milliards de dollars et accusant un déficit commercial de l'ordre de 14,81 milliards de dollars sur les huit premiers mois de l'année en cours, le royaume est pieds et poings liés face à l'ogre sioniste qui dicte ses volontés au Makhzen. De fait, la normalisation avec Israël a accentué l'état de délabrement de la scène politique, économique et sociale marocaine. La défiance des Marocains fragilise considérablement l'autorité du roi et l'on entend, dans les manifestations, des slogans remettant en cause la personne de Mohammed VI. Cette réalité n'échappe à personne et encore moins aux élites patriotes du royaume, exclues de la vie publique par les combines d'un personnel politique totalement acquis aux desseins d'Israël dans la région.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.