Le Président Tebboune regagne Alger après une visite de travail en Egypte    Visite du Président Tebboune en Egypte : activer les mécanismes de concertation et de coordination    Faki: "l'UA et ses partenaires se mobiliseront pour soutenir le Mali" dans sa transition    Les concessionnaires s'impatientent, ils font appel à Tebboune    L'Algérie condamne    Real : Une date pour le retour de Benzema    Annulation des procédures de suspension et de retrait à compter du 1er février    «Le variant Omicron représente 60 % des contaminations»    JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    La CAF sanctionne la FAF d'une amende de 5 000 dollars    Les pharmacies d'officine désormais ouvertes jusqu'à minuit    CAN: Mahrez répond aux critiques après l'élimination de l'Algérie    Un jeune de 24 ans succombe au monoxyde de carbone    L'Algérie participe avec plus de 600 ouvrages    L'Algérie envoie une deuxième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Ligue 1 : Le live des matches de la 15e journée    Une députée britannique affirme avoir été évincée du gouvernement car musulmane    Ce n'était pas mission impossible pour les Aigles de Carthage    Des chutes de neige sur les reliefs de l'Ouest à partir de demain mercredi    Le Brent à plus de 87 dollars    Les notaires en colère    Le sélectionneur se plaint des conditions d'hébergement    Bruits de bottes aux portes de Kiev    Les horaires de distribution réaménagés    Plus de 60 000 m2 pour abriter la première mini-zone d'activités    Vers le dénouement !    Sellal écope de 5 ans de prison ferme et Metidji de 8 ans    Plusieurs arrêtés de fermeture signés par le wali de Jijel    Le gouvernement admet la gravité de la situation    Danger sur les non-vaccinés    La police recrute dans les nouvelles wilayas    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Un homme apparemment déséquilibré fait 3 blessés dans un tram à Tunis    Victoire de l'ASMO devant le MC Saïda    Un malheureux «chibani» à la croisée des chemins    Numérisation de 40 œuvres    Quarante millions d'entraîneurs pour aider Belmadi    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    L'enjeu céréalier    Eloge de l'amitié    «Les Algériens découvrent leur Sahara»    Comment avoir les ripoux?    Les Emirats interceptent deux nouveaux missiles houthis    Des juges qui ont le vertige...    TAM renoue avec le tourisme    «Fouroulou était chacun de nous»    Ce patrimoine qu'on nous envie    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La rupture?
Dépendance à la rente pétro-gazière
Publié dans L'Expression le 05 - 12 - 2021

Le secteur des hydrocarbures assure l'essentiel des revenus du pays et demeure incontestablement la colonne vertébrale de son économie. Aucun autre secteur n'est encore en mesure de lui disputer ce statut. Un scénario dans lequel il s'est enlisé et bien malin celui qui pourrait en prévoir la date de sortie. Et si l'on prend en considération les cours actuels du baril de pétrole, on ne peut que prendre la mesure d'un tel challenge et les énormes risques de voir l'économie nationale être prise en otage par les humeurs incontrôlées et déroutantes d'un marché au caractère plutôt versatile. L'économie algérienne n'est pas encore en mesure de s'émanciper de sa principale mamelle: le pétrole. Que s'est-il donc passé pour que le décollage tant attendu n'ait pas montré le moindre signe de frémissement? Les responsables chargés de lui donner l'impulsion nécessaire se sont succédé à la tête de secteurs stratégiques (industrie, agriculture, pêche, tourisme...) précédés de solides références sans qu'aucun d'entre eux n'ait obtenu de performances significatives. L'économie algérienne a volé de crise en crise (pomme de terre, huile, poudre de lait, filière avicole, pêche, tourisme...) et quand bien même les citoyens arriveraient à goûter à des moments de répit, ils ne seraient que de courte durée. Le phénomène ressurgit, récurrent comme ces maladies incurables qu'aucun traitement n'arrive à endiguer. Spéculation, dérégulation des marchés, sécheresse...les causes de cet échec ont été diagnostiquées, passées au peigne fin sans qu'on ne leur administre le remède adéquat. Le mal est profond. Il a pris racine dès les premières années de l'indépendance. Choix d'un mode de gestion socialiste qui a caractérisé les économies planifiées, le cap fut mis sur la révolution agraire et les usines livrées clés en main. On a redoublé d'initiatives sauf d'imagination. Des projets certes, ambitieux, mais qui n'eurent d'égale que leur théorie ainsi qu'une paternité avortée promise à un unique destin: celui des fonds de tiroirs de leurs concepteurs. L'Algérie de 2020 a-t-elle rompu avec les vieux réflexes de cette période? Cela semble en prendre le chemin, mais les attentes ne sont pas à la hauteur des ambitions, encore moins au rendez-vous des espérances. L'industrie a raté la marche de la construction d'un secteur de l'automobile à la hauteur des ambitions du pays, qualifié de bras armé du Plan de relance économique, le secteur minier, l'exploitation du gisement de fer de Ghar Djebilet en particulier, connaît un retard indéniable... Deux rencontres phares ont été organisées pour sortir l'économie nationale de sa dépendance aux hydrocarbures. Un Plan de relance en août 2020 et une Conférence nationale sur la start-up au début du mois d'octobre de la même année. Force est de constater que le secteur hors hydrocarbures demeure à l'état embryonnaire. Un tiers seulement des recommandations de la Conférence nationale sur le Plan de relance pour une économie nouvelle, tenue en août 2020, a été réalisé, a fait constater le Conseil national économique, social et environnemental (Cnese) dans un rapport publié en juin 2021. Tout comme il reste à régler la question du foncier industriel, objet de convoitises, qui bloque des projets indispensables à la relance économique et se doter d'un Code des investissements qui rendrait le marché national plus attractif.
La Conférence nationale de l'industrie tombe à point nommé pour gommer tous les errements qui ont contrarié l'émergence d'une économie productrice de richesses. «Entraver la réalisation de projets prêts au lancement pour des raisons bureaucratiques est un crime contre l'économie perpétré par des personnes qui défendent des intérêts douteux avec des calculs politiciens», a averti, hier, le président de la République. Abdelmadjid Tebboune ne tolérera certainement aucun impair.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.