Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fantasmagorie d'une rencontre déchue
Avant-première de «Winna» à la Cinémathèque algérienne
Publié dans L'Expression le 06 - 12 - 2021

La semaine du court métrage se poursuit au niveau de la cinémathèque d'Alger, sise à la rue Larbi Ben- M'hidi. Samedi dernier, c'était le tour du très beau et à la fois énigmatique court métrage «Winna», (l'autre en tamazight) d'Arezki Larbi, d'être présenté en avant-première. Un premier film et de surcroit «expérimental» réalisé par l'artiste peintre, lu-même scénariste, qui a adapté une de ses nouvelles, issues d'un recueil de nouvelles sorti en 1991, sous l'intitulé de «L'amour qui n'existe pas».
Un film où il n' y a pas beaucoup de dialogues, mais dont l'accent est beaucoup plus porté sur le décor, les accessoires et par ricochet sur l'atmosphère qui s'en dégage.
En effet, le film s'ouvre sur un jeune homme qui dort. Il est réveillé par une voix féminine qui veut le rencontrer dans un café à Bouzeguene. Le jeune homme met du temps avant de sortir.
La caméra insiste sur son visage, ses mimiques, sur ses instants de préparation, mais elle fait souvent des travelings sur l'intérieur de cette maison qui respire l'art et la culture, truffée qu'elle est, de vieux tableaux, de bibelots y compris des documents en lien avec le cinéma amazigh...Sur une des photos accrochées au mur, on aperçoit d'ailleurs, le jeune homme alias Arezki Larbi.
En effet, le réalisateur a choisi bizarrement de donner son nom à son personnage. À ses côtés, sur le mur, on aperçoit également la photo d'une femme comme sortie d'une autre époque...Mais on devinera à la fin qui elle est. Ou pas!
Mohia en filigrane
Or, nous sommes bel et bien dans le monde contemporain comme en témoigne, par exemple, le portable que tiendra le personnage, dans sa main au tout début du film..Aussi, avant d'arriver au café, nous voyons ce dernier traverser la rue, s'arrêter par moments pour prendre des photos...Puis, arrivé enfin au fameux café!Nous sommes transposés d'un coup dans un ancien temps.
Le café est appelé Sarah Bernhardt au nom de cette fameuse actrice française, considérée comme une des plus grandes tragédiennes françaises du xixe siècle. Arezki Larbi s'assoit à une table où le nom de Kateb Yacine y fait référence. Ce célèbre écrivain venait-il s'asseoir là-bas en vrai? On ne le sait pas.
À côté de sa table, un homme habillé à l'ancienne, est complètement absorbé par son cahier sur lequel il écrit frénétiquement... Il est campé par le journaliste et artiste Farid Louma, ancien chanteur du groupe de rock T34.
Un autre homme assis à gauche d'Arezki Larbi fait tourner inlassablement sa cuillère dans sa tasse de café. Jusque-là, bien que la mise en scène reste insolite, tout va bien.
Les choses vont à nouveau basculer quand Arezki Larbi verra son double entrer au café, s'asseoir. Puis de refaire les mêmes gestes que lui: commander un café, prendre un livre et lire...
Entre le passé et le réel
Et quand viendra la femme du téléphone, merveilleusement bien interprétée par Amira Hilda -ravissante dans son costume d'époque- il s'en ira avec elle...
À ce moment-là, l'homme à la cuillère d'a côté se met à ricaner et se moquer d'Arezki Larbi, avant de se mettre à observer son double, à son tour....
Le film se referme comme il s'est ouvert, c'est-à-dire avec un gros plan sur les deux portraits accrochés au mur et là...
La photo de la femme apparait brusquement sous ses vrais traits...Ou quand le réel se confond avec l'imaginaire, ou le passé avec le présent. Tout compte fait, posons-nous la question: «Et si, tout ceci n'était-ce au fond qu'un rêve ou un phantasme? Celui de ce jeune homme qui est toujours endormi?
Un scénario fabriqué par lui-même à force de fréquenter peut-être ce lieu ayant appartenu à une femme aussi bien célèbre qu'inaccessible? Si l'on ne peut répondre par «oui» à cent pour cent, en revanche, ce dispositif scénographique
«théâtralisé», décliné dans sa version«fantasmagorique» devait être une aubaine pour le réalisateur, qui, sur le plan formel, nous a donné à voir, des tableaux cinématographiques esthétiquement fort appréciables. Pendant le débat, le réalisateur affirmera qu'il était imprégné de l'esprit de Mohia et son théatre dans sa façon de faire... De notre côté, on sort de ce film avec cette nette envie d'aller explorer ce café qui existe à Bouira et qui, d'après les descriptions, semble être une vraie caverne d'Ali Baba!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.