Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Le barrage inexploité    Boumerdès à l'heure d'été    Les voyants sont au vert    44 morts à Ghaza en trois jours    L'empreinte algérienne    Débat public sur «La paix et la sécurité en Afrique»    Le championnat démarre en trombe    Brèves    Inès Ibbou directement dans le tableau final?    13 points agréés pour la vente de manuels scolaires    Les contrôles sécuritaires s'intensifient    Saisie de 6510 capsules de psychotropes    Un combat à mort pour l'indépendance    Sebeiba fait tourner les têtes    Joaquin Phoenix et Lady Gaga à l'affiche    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Tchad: l'accord de paix salué au niveau national et international    La communauté internationale salue la trêve à Ghaza    Tizi-Ouzou/incendies 2021: plus de 14.000 agriculteurs aidés à se remettre sur pied    Manchester United: accord trouvé pour Rabiot, mais...    Maroc: hausse du déficit budgétaire et commercial, l'économie bat de l'aile    L'Algérie est prête à augmenter les quantités d'électricité exportées vers la Tunisie    Jeux de la Solidarité Islamique : Zouina Bouzebra offre la première médaille à l'Algérie    Tennis/Coupe Davis: Hameurlaine, le joueur algérien le plus capé de la compétition    Clôture des travaux de l'UESARIO: le rôle des étudiants dans la lutte pour la libération du Sahara Occidental souligné    Foot: le MCA fête son centenaire dans le sillage du 60e anniversaire de l'indépendance    Professions non commerciales: les contribuables concernés par l'Ifu doivent souscrire la déclaration prévisionnelle avant le 15 août    Mascara: célébration de Achoura dans une ambiance de solidarité et de spiritualité    Man City : Guardiola compare Haaland à Messi    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    Alger: une campagne de sensibilisation au profit des motocyclistes    Ouverture à Alger de la Semaine culturelle et scientifique dédiée aux enfants    Le dernier quart d'heure d'une nébuleuse    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Niger    L'Algérie condamne l'agression des forces sionistes sur Ghaza    Mali: Des mesures encourageantes pour remettre en selle l'accord d'Alger    Extension des réseaux d'électricité et de gaz    Diète touristique    Constantine: Un mort et 18 blessés dans un carambolage    Tamanrasset et El-Oued: 53.100 comprimés psychotropes et 28.000 paquets de cigarettes saisis    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    «Leur libération est tout à fait légale»    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Le voyage et les us et coutumes bouleversés    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»
Elles «préoccupent» Washington et ses alliés
Publié dans L'Expression le 07 - 12 - 2021

Les talibans ont rejeté, dimanche, les informations faisant état d'»exécutions sommaires» d'anciens membres des forces de sécurité afghanes, qui «préoccupent profondément» les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux. «Nous sommes profondément préoccupés par les informations faisant état d'exécutions sommaires et de disparitions forcées d'anciens membres des forces de sécurité afghanes, comme l'ont documenté Human Rights Watch et d'autres», assurent une vingtaine de pays, dont la Grande-Bretagne et le Japon, ainsi que l'Union européenne dans un communiqué publié par le département d'Etat américain. «Nous soulignons que les actions présumées constituent de graves violations des droits humains et contreviennent à l'amnistie annoncée par les talibans», a déclaré le groupe d'alliés, appelant par ailleurs les nouveaux dirigeants afghans à garantir que l'amnistie soit appliquée et «maintenue dans tout le pays et dans tous leurs rangs».
Cette semaine, l'ONG Human Rights Watch avait publié un rapport qui, selon elle, documente «des meurtres ou des disparitions dont ont été victimes 47 anciens membres des Forces nationales de sécurité afghanes qui se sont rendus ou étaient détenus par les forces talibanes entre le 15 août et le 31 octobre». «Parmi les victimes figurent des membres du personnel militaire, des policiers, des agents des services de renseignement et des miliciens», précisait HRW. Les talibans ont rejeté ces accusations, jugées «injustes». «Ces informations ne sont fondées sur aucune preuve. Nous les rejetons», a déclaré le porte-parole du ministère taliban de l'Intérieur, Qari Sayed Khosti, dans un message vidéo envoyé à la presse.
«Il y a eu des cas de meurtres d'anciens membres des forces de sécurité» du gouvernement renversé l'été dernier, «mais à cause de rivalités ou inimitiés personnelles», a-t-il affirmé. «S'ils ont des documents et preuves, ils devraient nous les montrer», a-t-il ajouté à l'adresse des Occidentaux.
Pour Washington et ses alliés, «les cas signalés doivent faire l'objet d'enquêtes rapides et transparentes, les responsables doivent pouvoir rendre des comptes et ces étapes doivent être clairement annoncées pour agir comme moyen de dissuasion immédiat de nouveaux meurtres et disparitions». «Nous continuerons de juger les talibans sur leurs actes», ont-ils aussi rappelé. Le porte-parole du ministère taliban de l'Intérieur a lui rappelé que les talibans avaient, après leur retour au pouvoir, décrété une amnistie générale pour toutes les forces de sécurité de l'ancien régime.
Et qu'en vertu de celle-ci, nombre d'entre eux «vivent tranquillement» dans le pays, alors qu'ils ont «tué des centaines de combattants (talibans) et de civils» au cours des deux dernières décennies de guerre.
Outre les Etats-Unis et l'Union européenne, les signataires du communiqué sont l'Allemagne, l'Australie, la Belgique, la Bulgarie, le Canada, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, le Japon, la Macédoine du Nord, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède, la Suisse et l'Ukraine. Les talibans ont pris le pouvoir en Afghanistan en août, alors que le gouvernement soutenu par les Etats-Unis à Kaboul et l'armée du pays s'effondraient.
Leur retour aux commandes du pays est survenu 20 ans après qu'ils en ont été chassés par les forces américaines mettant fin à leur régime fondamentaliste, leur valant l'opprobre internationale en raison notamment du «traitement brutal des femmes, de l'irrespect des droits humains et de l'interprétation rigoriste de l'islam».
Les dirigeants talibans d'aujourd'hui, désireux d'acquérir une respectabilité internationale, ont promis que leur régime serait différent. Mais, selon HRW, «les dirigeants talibans ont ordonné aux membres des unités de forces de sécurité s'étant rendues de venir s'inscrire pour obtenir une lettre garantissant leur sécurité. Cependant, les forces talibanes ont exploité ces listes de noms pour procéder à la détention et à l'exécution sommaire ou à la disparition forcée de ces personnes quelques jours après leur inscription».
Des responsables américains se sont entretenus avec les autorités afghanes, plus tôt cette semaine, et ont exhorté le mouvement islamiste à donner accès à l'éducation aux femmes et aux filles à travers le pays.
Les Etats-Unis ont également «exprimé leur profonde préoccupation concernant les allégations de violations des droits humains», a déclaré un porte-parole américain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.