Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Sit-in annoncé jeudi prochain devant la wilaya: Les souscripteurs du programme AADL 2 renouent avec la contestation    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Fraudeurs sur ordonnance    Algérie-France : c'est du concret!    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Les enseignements d'une révolte    Déluge de questions à l'APN    Benzerti relance les Vert et Rouge    Bougherra en réunion à la LFP    Boufenara, nouvel entraîneur    Souvenirs, souvenirs...    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Une vingtaine de greffes rénales au programme    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le Président Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Un cas psychiatrique!    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La vérité en face
La France va ouvrir ses archives de la guerre d'Algérie
Publié dans L'Expression le 11 - 12 - 2021

C'est un autre pas vers une relation plus apaisée entre l'Algérie et la France qui vient d'être franchie. Les archives, celles qui portent sur la guerre de Libération nationale, un pan de l'histoire tragique liant les deux pays où la France coloniale a montré son visage barbare,à savoir torture, massacres disparition forcée, va être dévoilée. Une vérité que la France veut assumer, regarder en face.
«J'ouvre avec 15 ans d'avance les archives sur les enquêtes judiciaires de gendarmerie et de police qui ont rapport avec la guerre d'Algérie», a annoncé, hier, la ministre française de la Culture, Roselyne Bachelot.
Une mémoire d'outre-tombe longtemps sous scellés, qui va livrer sa terrifiante vérité, toute nue. Elle intervient dans le sillage d'une crise qui tire son origine dans cette question mémorielle non soldée car elle renferme des atrocités qui témoignent d'une colonisation barbare. Evoquer un sujet aussi sensible que celui de la mémoire revient à convoquer l'histoire tragique qui lie les deux pays. Celle d'un long processus qui a conduit à spolier les Algériens de leurs terres, à faire voler en éclats une identité qui reste à reconstruire.
Une reconstruction qui doit passer par la récupération d'archives qui témoignent de 130 années passées sous le joug de l'une des armées les plus puissantes du monde, d'une administration coloniale qui a réduit les Algériens à un statut de seconde zone, d'indigènes. «Je veux que sur cette question - qui est troublante, irritante, où il y a des falsificateurs de l'histoire à l'oeuvre - je veux qu'on puisse la regarder en face.
On ne construit pas un roman national sur un mensonge», a argué la ministre.
«C'est la falsification qui amène toutes les errances, tous les troubles et toutes les haines. À partir du moment où les faits sont sur la table, où ils sont reconnus, où ils sont analysés, c'est à partir de ce moment-là qu'on peut construire une autre histoire, une réconciliation», a-t-elle poursuivi. Il faut souligner que cette annonce intervient dans le sillage de la visite à Alger du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian qui a pour objectif de décrisper les relations entre les deux pays suite aux propos tenus par le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, qui a remis en cause le statut de nation à l'Algérie, allant jusqu'à faire une lecture escamotée de son histoire. La riposte fut à la hauteur de ce «dérapage» volontaire.
L'ambassadeur d'Algérie à Paris a été rappelé et le ciel algérien interdit aux avions militaires français. C'est donc une nouvelle page des relations algéro-françaises qui s'ouvre après ce «geste» fort divulgué par la ministre française de la Culture. «On a des choses à reconstruire avec l'Algérie, elles ne pourront se reconstruire que sur la vérité», a souligné Roselyne Bachelot, qui a dans ses prérogatives la question des archives. Quelles conséquences aura cette décision sur les actes de torture commis par l'armée française en Algérie. «C'est l'intérêt du pays que de le reconnaître», a-t-elle répondu.
Une initiative qui répond aux attentes du conseiller du président de la République, chargé des Archives et de la Mémoire nationale qui avait évoqué la question de la récupération des archives. «Nous sommes obligés de constater que cela traîne» avait déclaré, le 27 octobre 2020, sur les ondes de la Chaîne3 Abdelmadjid Chikhi, «Il y a une résistance viscérale de l'autre côté, comme pour cacher des choses, à vouloir garder un patrimoine à fructifier. Nous sommes victimes de ces résistances, de ces bâtons dans les roues...», avait-t-il souligné. La France a vraisemblablement décidé de répondre aux légitimes requêtes de l'Algérie, restituer son passé colonial qui atteste
d'atrocités trop longtemps refoulées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.