La commission de la fatwa du ministère des Affaires religieuses condamne les propos provocateurs de Raïssouni contre l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Kick-boxing : l'Algérie décroche trois médailles de bronze    Envoi d'aides humanitaires au Sénégal suite aux inondations dans ce pays    Décès du caricaturiste Benaouda Taouche    Voile / Championnat de Tunisie : l'Algérie présente avec treize athlètes    Karaté / Jeux de la solidarité islamique : l'Algérie en bronze par équipes dames    Feux de forêt : Poursuite des efforts pour l'extinction de 8 incendies    4 éléments de soutien arrêtés par l'ANP    Chebba Djamila à l'ouverture du 12e Festival national de musique actuelle de Guelma    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Ronaldo fait une promesse pour dans quelques semaines    Clôture du 11e Festival culturel chaâbi    Journées nationales du théâtre pour enfants à Boumerdès : 9 équipes en lice pour le Masque d'or    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Solution factice    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Sécurité routière: Hécatombe sur les routes algériennes    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    Toujours un oeil sur Milan Skriniar    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    «Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    L'incontournable accompagnement de l'Etat    «j'irai me promener aux sablettes»    Le diktat des chauffeurs de bus privés    Une aubaine pour Sonatrach    Le Maroc veut-il la guerre?    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    15 pays y prennent part    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    Le ministère la culture la célèbre en août    Sonatrach: installation d'une commission d'enquête suite à l'incendie dans la zone industrielle de Skikda    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La dure bataille de l'émergence
Le Sommet Turquie-Afrique a adopté un Plan d'action 2022-2026
Publié dans L'Expression le 20 - 12 - 2021

Le rendez-vous afro-turc s'est terminé, avant-hier soir, sur une note optimiste. Le sommet a conclu à un Plan d'action couvrant la période 2022-2026. L'engagement personnel du président turc, Recep Tayyip Erdogan, à donner du sens à un partenariat qui monte en puissance dans diverses régions du continent, constitue une promesse ferme, dont les chances qu'elle soit tenue sont substantielles, au regard de l'intégration économique recherchée par les Etats africains. La Zone de libre-échange et de commerce africaine (Zlecaf) est une opportunité en or pour les partenaires de l'Afrique, à l'image de la Turquie et un sérieux atout entre les mains des Africains. D'ailleurs, Ankara ne cache pas son enthousiasme de jouer un rôle majeur dans la réussite de la Zlecaf. Erdogan ne s'en cache pas et espère voir les entreprises de son pays profiter de la disparition à terme des tarifs douaniers intra-africains. Mais pour les dirigeants africains, cela ne se fera pas sans des relations d'égal à égal avec l'Union africaine et les pays africains. Le sommet d'Istanbul, dont la finalité est justement d'établir cette précieuse relation, a mis à plat un partenariat vieux de plus d'une dizaine d'années et tracé un Plan d'action sur plusieurs axes. Pour les Africains, l'intensification des investissements et la promotion de la ressource humaine et de la formation sont une priorité. Les échanges commerciaux et le développement du commerce intéressent certainement plus les Turcs, le Plan d'action est donc destiné à faire la part des choses dans le sens d'une plus grande complémentarité entre les deux parties.
Dans le partenariat multiforme qu'ambitionne Ankara, l'aspect politique n'est pas négligé. Il est même présenté comme l'un des atouts dans le jeu de la Turquie. Erdogan entend se placer comme «le porte-voix» de l'Afrique. Il promet de la défendre dans les différentes rencontres de par le monde. Il le fera sur la base d'une coopération économique étroite et des investissements tous azimuts. Un véritable ami du continent noir. Cette image que promeut l'Etat turc est déjà en marche dans un certain nombre de pays africains. Les «porte-voix» de la Turquie en Afrique existent bel et bien. Ce ne sont pas des présidents, mais d'intéressants projets économiques générateurs de plus-value et sources de devises pour nombre de pays. La force de la Turquie en Afrique pourrait être sa sincérité. En tout cas, l'Algérie qui a fait l'expérience de partenariats avec de nombreux pays, notamment les Etats membres de l'UE, est bien obligée de reconnaître l'efficience des projets lancés par les entreprises turques. Le bilan est on ne peut plus positif et l'ambition est d'aller plus loin encore.
L'approche que propose Ankara en matière de codéveloppement économique est plus intéressante que celles des Occidentaux. Cela est un fait vérifiable en Algérie, en Egypte et dans certains autres pays africains. L'idée est de reproduire l'expérience à travers tous les territoires du continent noir.
Cela passe par le raffermissement d'une vision volontariste qui fait de l'approche multidimensionnelle en direction de l'Afrique, un moyen privilégié pour développer des relations politiques étroites, consolidées «par la multiplication des visites bilatérales au plus haut niveau», estime Erdogan, visiblement, personnellement engagé dans la promotion tous azimuts de la coopération turco-africaine. Le président turc a raison d'opérer une approche novatrice dans son rapport à l'Afrique et booster les opérateurs économiques de son pays.L'enjeu est, en effet, de taille. La raison en est que la Turquie n'est pas le seul pays à s'intéresser à l'Afrique. La Chine, les Etats- Unis, la Russie et l'Union européenne ont tous montré une attention particulière en direction du continent. Dans ce «jeu» économique et géostratégique, les Etats qu'ils soient occidentaux ou orientaux s'appuient sur des pays-relais.
Dans ce registre, l'Algérie coche toutes les cases. Cela lui confère la responsabilité de construire un partenariat intra-africain fort pour éviter que ne se répètent les expériences passées de spoliation des richesses de l'Afrique. Le renforcement de l'axe Alger-Abuja-Pretoria est l'un des objectifs prioritaires d'Alger, dont la diplomatie ne cache pas son activisme en faveur du projet de gazoduc transsaharien. Un projet intégrateur majeur, que doit porter le partenariat entre l'Afrique et le reste du monde. Cela en même temps que le projet du port centre de Cherchell, dont l'impact sur la rentabilisation de la route de l'Unité africaine n'est pas à démontrer. La Chine est, dit-on, sur la ligne de l'Afrique sur cette vision. Il reste à convaincre la Turquie dans l'entreprise d'intégration économique réelle du continent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.