Décès du moudjahid et Général-major à la retraite, Ali Bouhedja    Le Président Tebboune présente ses condoléances suite au décès du moudjahid et Général-major à la retraite Ali Bouhedja    Industrie pharmaceutique: clôture du Salon algérien de l'Industrie pharmaceutique à Dakar    Industrie pétrochimique: atteindre 5 milliards de dollars d'exportations à moyen terme    Le projet de la loi relative à l'investissement contribuera "à drainer des investissements"    Le Président Tebboune félicite la boxeuse Imane Khelif    Judo/ 43e Championnats d'Afrique : 31 pays confirment leur présence au rendez-vous d'Oran    La Fédération du Sénégal répond sèchement à la fédération française dans l'affaire Idrissa Gueye    Mahrez inaugure un stade à son nom à Sarcelles    Ghlamallah appelle depuis Kazan à relancer le rôle du Groupe de vision stratégique "Russie et Monde islamique"    Conseil de Sécurité : le Représentant Permanent de l'Algérie participe au débat ouvert sur la sécurité alimentaire et les conflits    La 17e édition de "Andaloussiates El Djazaïr" s'ouvre à Alger    Tenue de la 3e session du Comité de concertation politique algéro-saoudien    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Saint-Etienne : Boudebouz écarté par son entraineur ?    Maroc: appel à une participation massive à la marche du 29 mai contre la cherté et la répression    Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Les bases de la transition énergétique    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    Pourquoi les prix ont baissé    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    La Sonelgaz se met de la partie    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Le message fort du président Tebboune    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    Un nouvel ancrage à l'activité économique    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Héroïsme et sacrifice d'un condamné à mort
Hommage à Arezki Azzouz, dit Arezki u Chelhav
Publié dans L'Expression le 18 - 01 - 2022

Si l'héroïne Zoulikha Oudai, cette femme «sans sépulture» a eu ce coup du hasard d'être immortalisée par la géante de la littérature, Assia Djebar, beaucoup d'autres, et pas des moins méritants, par une sorte d'injustice de l'Histoire, gisent sous l'ombre de la méconnaissance et de l'oubli. Certains n'ont laissé que leurs noms et leur héroïsme, comme rempart pour ne pas se faire mâcher par la dent de l'Histoire avant d'être engloutis par le néant et l'action du temps.
Leurs portraits se résument à ce que le destin leur a servi; c'est-à-dire de la bravoure, de l'héroïsme et enfin le sacrifice suprême. Pas même une effigie pour permettre à nos mémoires fluettes de garder les traits de leurs visages et à nos coeurs rêches de pleurer les larmes de leurs tragédies. Arezki Azzouz, dit Arezki u Chelhav est de ceux qui ne devraient pas se perdre dans le labyrinthe de nos omissions et de notre négligence, car il fut suffisamment empli par le destin pour ne pas jouir, aujourd'hui, d'une gloire méritée.
Comme un privilège accordé dès le début au hasard du temps, il naquit (présumé) en 1924. Chassé par la misère comme tous ses compatriotes, il part en France au début des années quarante, mais vite il déchantera et rentrera au pays en 1948. Militant MTLD, il s'engage spontanément dans l'engrenage du Mouvement national, qui était alors dans sa phase finale des préparatifs pour le déclenchement de l'action armée. Il côtoie beaucoup de militants dans la région de Mizrana, tels que Sboui Arezki, Zanoun Saïd, Amrouni Ahmed, avant de rejoindre les premiers groupes armés de cette région, en compagnie du chahid Hakoum Med Saïd, dit Moh Saïd El Mouloud. Il échappa à plusieurs attentats mais garda son côté humaniste en tentant de sauver un enfant et sa mère lors de leur exécution pour présomption d'accointances avec l'armée coloniale.
En 1957, il sera muté à Sidi Ali Bounab, avec le grade de sergent-chef, pour partir ensuite avec le groupe du premier convoi vers la Tunisie pour acheminer des armes. Ce premier voyage fut sans trop de complications, racontèrent ses compagnons Amar Amrani et Guersbousbène, dit Said u Arezki de Tigzirt. Il sera blessé lors du deuxième et sera transféré à l'intérieur des terres tunisiennes, en traversant la ligne Morice pour recevoir des soins, avant de rentrer après guérison jusqu'à son fief, Sidi Ali Bounab. Blessé lors d'une rageuse bataille où toute sa compagnie est décimée, il sera arrêté et transféré à Tizi Ouzou le 2 avril 1959. Au troisième jour, à 2 heures du matin, il sera orienté vers le camp des parachutistes OVA à Tigzirt. Trois jours plus tard, il sera de nouveau transféré à la prison de Barberousse, actuellement appelée Serkadji, à Alger. Jugé et condamné à mort par le tribunal militaire le 23 décembre 1959, il sera exécuté à la guillotine le 16 mai 1960 à 4h du matin, à quelques jours seulement de la suspension de ses exécutions ignominieuses, indignes d'un pays civilisé, par le général De Gaulle.
Arezki Azzouz portait le numéro 9051 et le hasard avait voulu qu'il serait dans la cellule où quelques années auparavant, Ahmed Zabana, le premier exécuté, avait passé ses derniers moments. Aujourd'hui il repose dans le cimetière des condamnés à mort des Eucalyptus à El Harrach.
Arezki u Chelhav assuma son destin en homme, cherchant toujours à faire triompher la justice. Il ne voulait rien d'autre au bout de ses épreuves que l'indépendance du pays. À l'instar de beaucoup d'autres héros de la guerre de Libération nationale, il est l'exemple de bravoure, de sacrifice que les nouvelles générations ne doivent jamais oublier si l'on veut perpétuer la loyauté et le sens du devoir envers la nation.


Lounès Ghezali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.