L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    "Il faut le protéger ainsi que tous les innocents"    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Le tournant    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des rescapés de la guillotine se souviennent
Mémoire
Publié dans Horizons le 18 - 06 - 2014

Jugé sommairement et condamné à mort, Ahmed Zabana sera le premier d'une longue liste d'hommes qui monteront à l'échafaud. Son exécution provoqua, dans l'opinion algérienne, un mouvement de colère qui s'est traduit par une série d'actions anticolonialistes. En 1957, les exécutions vont se succéder. Fernand Iveton, Taleb Abderrahmane, Chafik Mezli et d'autres payeront de leur vie. Leur courage, leurs sacrifices ont été évoqués mardi dernier par leurs compagnons de lutte et des rescapés lors d'une conférence-débat organisée au Centre des activités culturelles Agha. Animée par Redouane Benani, Salah Mezli, Mohamed Bourahla (des condamnés à mort) et Mohamed Rebah (chercheur en histoire et auteur), cette rencontre a permis de connaître un pan de notre histoire, de rendre hommage à des gens qui ont fait fi de leurs obligations familiales et sacrifié leur jeunesse pour combattre le colonisateur et permettre à notre pays de recouvrer sa liberté. Des familles entières, comme les Melzi, se sont enrolées dans le mouvement. Les trois frères se sont engagés pour libérer le pays du joug colonial. Ils furent tous arrêtés et condamnés à mort. Mais le destin a voulu que seul Chafik soit exécuté. Une mise à mort que son frère Saleh évoque avec une grande émotion. « Nous étions, mon frère et moi, Mohamed Bourenane et Amar Brik dans une même cellule. Le jour de l'exécution, on est venu annoncer deux noms Mezli et Bourenane. Ce dernier s'est levé et s'est dirigé fièrement vers la porte, mon frère le suivra, car on ne savait pas lequel des Mezli était concerné, lorsque je les ai rejoints, on me claqua la porte au nez. Mon frère et Bourenane ont été exécutés ce matin-là » raconte encore ému Saleh Melzi. « A chaque exécution « Tahya El Djazair et Allah Akbar » sont entonnés par les condamnés avant d'être repris par les autres prisonniers. C'est un devoir de parler de tout les Algériens qui sont tombés au champ d'honneur depuis 1830 » tient-il à préciser. La torture, les exactions et le courage des militants ont été évoqués dans les moindres détails. Le rescapé Redouane Benani avait du mal à narrer tant l'émotion été grande. Il avait commencé son travail au côté de Yahya Briki et mené plusieurs opérations jusqu'à l'arrestation du groupe suite à un attentat en 1957. Condamné à mort, il est transféré à Paris avant d'être gracié en 1959 puis libéré en 1962. Benani évoqua également les luttes intestines et les tiraillements entre certaines parties à l'origine de l'occultation de certains condamnés à mort. C'est le cas de Badèche Ben Hamdi qui a exécuté le maire de Boufarik. Badèche est exécuté le 21 juillet 1957 avec Ali Chaklala. En dépit de son sacrifice, il est écarté des honneurs et des écrits. Des habitants de la cité Mahieddine, où il vivait, ont tenu à évoquer ce martyr et voulu comprendre les raisons de sa marginalisation. Ils ont déploré « que sa tombe ainsi que celles des autres martyrs du carré 22 et 23 du cimetière El Alia soit dans un état lamentable ».
Des lettres avant le moment fatal La bravoure et le sang-froid des condamnés à mort restaient inébranlables. Taleb Abderrahmane et Ahmed Zabana ont écrit des lettres à leurs familles. De véritables testaments. Ce dernier est capturé suite à la bataille de Ghar Boudjelida à El Gaada, le 8 novembre 1954 par les troupes françaises après avoir été atteint de deux balles. Il fut prisonnier et conduit d'abord à l'école communale d'El Gaada en attendant de l'acheminer vers l'hôpital avant d'être incarcéré à la prison d'Oran le 3 mai 1955. Le 19 juin 1956, il fut transféré vers la prison Barberousse pour y être guillotiné. La guillotine avec laquelle fut exécuté Ahmed Zabana, qui se trouve au musée central de l'armée, a défié la loi de l'apesanteur puisque le couperet s'est arrêté avant de la relancer une seconde fois. Ahmed Zabana, dont le parcours est immortalisé par le film de Saïd Ould Khelifa, est enterré dans son village natal, à Zahana. Taleb Abderrahmane est capturé par les parachutistes à Blida en avril 1957. Il subit d'atroces tortures, avant d'être transféré à Alger et incarcéré à la prison de Serkadji. Le 24 avril 1958, il sera décapité, à l'âge de 28 ans. Taleb est le 131e chahid exécuté, dont 43 par balles.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.