Incertitudes    Après des propos jugés attentatoires aux chouhada: Ouyahia se défend et accuse    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Grève à Air Algérie: Les mécaniciens insistent et la direction menace    Aménagement du jardin du Ravin Blanc « El Cantera »: Des millions de dinars en fumée... A qui la faute ?    Mise en service d'une nouvelle ligne électrique    Un appel ayant visé à provoquer la «fitna»    Relizane: Une usine Ford à Sidi Khettab    Equipe nationale: Début de stage dans une ambiance détendue    GC Mascara: Des conflits qui mettent le Ghali en danger    IRB Oued Taria: Le club de football disparaît    Des comprimés psychotropes saisis, 4 individus arrêtés    Djelfa: Trois morts et trois blessés dans un accident de la route    Skikda: Un mort et un blessé grave dans une collision    L'armistice vu par un indigène    Pour booster la coopération algéro-grecque: Une commission interministérielle mixte et un forum des hommes d'affaires, en 2019    Concernant le volet postal : Signature de 3 conventions entre le secteur des Télécommunications et celui de l'Habitat    "Il n'y a pas que Cevital qui est ciblée"    La nouvelle aérogare de l'aéroport d'Oran sera réceptionné en mars 2019    Copa Libertadores : Boca résiste à River (2-2) dans une Bombonera en fusion    LFP : Medouar reconnaît avoir commis des erreurs    Attal buteur, Mahrez passeur, Feghouli de nouveau titulaire    Abdelkader Bouazghi depuis Bordj-Bou-Arreridj : " La réconciliation nationale a été un cadre de forte mobilisation pour mener à bien le programme ...    Sécurité et lutte antiterroriste: L'Algérie et l'UE, des "partenaires naturels"    Conférence internationale sur la Libye à Palerme : Ouyahia représentera le Président Bouteflika    La tutelle rassure    Nuit d'horreur à Constantine !    1 casemate pour terroristes et 3 bombes artisanales détruites    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    SENATORIALES A ORAN : Duel entre deux candidats au parti FLN    BATNA : 16 cas de rougeole dépistés en 72 heures    Droit, Ethique, Morale….    L'Algérien Walid Bidani passe à côté    Un restaurant pour abriter un congrès !    à J-6 de Togo-Algérie Belmadi dévoile une liste de 25 joueurs, une première pour Chita et Meziane    Essor d'une police des livres    Béatification à Oran des moines tués durant la décennie noire: Une cérémonie sous le signe de «la communion avec tous les Algériens»    Le président Abbas affirme que la victoire de la Palestine est «inévitable»    «La date est prévue le 15 janvier 2019»    Sahara occidental : Des eurodéputés dénoncent la partialité du rapport de Patricia Lalonde    L'Algérie participe à la conférence de Palerme sur la Libye    Le chef de la DCSA remplacé    Le cauchemar prend fin    Centenaire de l'armistice : Ouyahia participe à Paris à la cérémonie de commémoration    Décès : Le journaliste Merzak Meneceur n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des rescapés de la guillotine se souviennent
Mémoire
Publié dans Horizons le 18 - 06 - 2014

Jugé sommairement et condamné à mort, Ahmed Zabana sera le premier d'une longue liste d'hommes qui monteront à l'échafaud. Son exécution provoqua, dans l'opinion algérienne, un mouvement de colère qui s'est traduit par une série d'actions anticolonialistes. En 1957, les exécutions vont se succéder. Fernand Iveton, Taleb Abderrahmane, Chafik Mezli et d'autres payeront de leur vie. Leur courage, leurs sacrifices ont été évoqués mardi dernier par leurs compagnons de lutte et des rescapés lors d'une conférence-débat organisée au Centre des activités culturelles Agha. Animée par Redouane Benani, Salah Mezli, Mohamed Bourahla (des condamnés à mort) et Mohamed Rebah (chercheur en histoire et auteur), cette rencontre a permis de connaître un pan de notre histoire, de rendre hommage à des gens qui ont fait fi de leurs obligations familiales et sacrifié leur jeunesse pour combattre le colonisateur et permettre à notre pays de recouvrer sa liberté. Des familles entières, comme les Melzi, se sont enrolées dans le mouvement. Les trois frères se sont engagés pour libérer le pays du joug colonial. Ils furent tous arrêtés et condamnés à mort. Mais le destin a voulu que seul Chafik soit exécuté. Une mise à mort que son frère Saleh évoque avec une grande émotion. « Nous étions, mon frère et moi, Mohamed Bourenane et Amar Brik dans une même cellule. Le jour de l'exécution, on est venu annoncer deux noms Mezli et Bourenane. Ce dernier s'est levé et s'est dirigé fièrement vers la porte, mon frère le suivra, car on ne savait pas lequel des Mezli était concerné, lorsque je les ai rejoints, on me claqua la porte au nez. Mon frère et Bourenane ont été exécutés ce matin-là » raconte encore ému Saleh Melzi. « A chaque exécution « Tahya El Djazair et Allah Akbar » sont entonnés par les condamnés avant d'être repris par les autres prisonniers. C'est un devoir de parler de tout les Algériens qui sont tombés au champ d'honneur depuis 1830 » tient-il à préciser. La torture, les exactions et le courage des militants ont été évoqués dans les moindres détails. Le rescapé Redouane Benani avait du mal à narrer tant l'émotion été grande. Il avait commencé son travail au côté de Yahya Briki et mené plusieurs opérations jusqu'à l'arrestation du groupe suite à un attentat en 1957. Condamné à mort, il est transféré à Paris avant d'être gracié en 1959 puis libéré en 1962. Benani évoqua également les luttes intestines et les tiraillements entre certaines parties à l'origine de l'occultation de certains condamnés à mort. C'est le cas de Badèche Ben Hamdi qui a exécuté le maire de Boufarik. Badèche est exécuté le 21 juillet 1957 avec Ali Chaklala. En dépit de son sacrifice, il est écarté des honneurs et des écrits. Des habitants de la cité Mahieddine, où il vivait, ont tenu à évoquer ce martyr et voulu comprendre les raisons de sa marginalisation. Ils ont déploré « que sa tombe ainsi que celles des autres martyrs du carré 22 et 23 du cimetière El Alia soit dans un état lamentable ».
Des lettres avant le moment fatal La bravoure et le sang-froid des condamnés à mort restaient inébranlables. Taleb Abderrahmane et Ahmed Zabana ont écrit des lettres à leurs familles. De véritables testaments. Ce dernier est capturé suite à la bataille de Ghar Boudjelida à El Gaada, le 8 novembre 1954 par les troupes françaises après avoir été atteint de deux balles. Il fut prisonnier et conduit d'abord à l'école communale d'El Gaada en attendant de l'acheminer vers l'hôpital avant d'être incarcéré à la prison d'Oran le 3 mai 1955. Le 19 juin 1956, il fut transféré vers la prison Barberousse pour y être guillotiné. La guillotine avec laquelle fut exécuté Ahmed Zabana, qui se trouve au musée central de l'armée, a défié la loi de l'apesanteur puisque le couperet s'est arrêté avant de la relancer une seconde fois. Ahmed Zabana, dont le parcours est immortalisé par le film de Saïd Ould Khelifa, est enterré dans son village natal, à Zahana. Taleb Abderrahmane est capturé par les parachutistes à Blida en avril 1957. Il subit d'atroces tortures, avant d'être transféré à Alger et incarcéré à la prison de Serkadji. Le 24 avril 1958, il sera décapité, à l'âge de 28 ans. Taleb est le 131e chahid exécuté, dont 43 par balles.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.