4e Sommet arabe du développement économique et social : Bensalah au Liban    15ème Conférence des MAE à La Valette : M. Messahel met en exergue "l'importance" qu'accorde l'Algérie au Dialogue 5+5    Le prix du panier à 59,63 dollars    Forum national sur le phénomène de la harraga à Alger    Energie : L'Algérie s'attelle à exporter son électricité et prépare activement le projet    Algérie-Etats Unis : Signature de quatre mémorandums d'entente pour un partenariat agricole    Une attaque terroriste tue 16 personnes dont quatre Américains    Ghassan Salamé met en garde contre les fauteurs de troubles    Audience le 1er février pour la libération de l'ancien président ivoirien    "Israël ne cache plus ses opérations contre l'Iran en Syrie"    Coupe du Roi : Le recours de Levante rejeté, Séville-Barça en quarts    Une mère de famille se jette du 4e étage à Draa Erich    Saisie de plus de 7 kg de cannabis traité    Temmar désamorce la bombe sociale    Bilan 2018 du contrôle commercial : Le défaut d'hygiène représente près de la moitié des infractions constatées    Solidarité nationale : Augmenter le taux d'emploi des personnes aux besoins spécifiques dans les PME    Découverte de 23 canons de l'époque ottomane    Elle rouvre après 10 ans de fermeture    Plaidoyer pour l'introduction de la matière architecture amazighe à l'Université    Que décidera Bouteflika ?    Ali Ghederi sera candidat à la présidentielle    Le Mi 9 de Xiaomi attendu pour fin février !    Les réponses de Bedoui...    L'Intersyndicale maintient son appel à une grève nationale    Poutine accueilli par une marée humaine    Le Smartphone pliable de Samsung ne se... pliera pas totalement    Le HMS convoque son Majliss ecchoura    "Il n'y a pas de quota de visas pour les Algériens"    Le Festival du cinéma latinoaméricain d'Alger de janvier à mars 2019    Résultats de la 13e journée    Les postulants conviés à procéder au retrait des formulaires de souscription    Convocation du corps électoral pour l'élection présidentielle    La JS Saoura et Al-Ahly du Caire se neutralisent    FORUM SUR LE PHENOMENE DE "HARRAGA" : 119 corps sans vie repêchés en 2018    POUR DEVENIR UNE ECONOMIE EN MESURE DE CONCURRENCER : L'Algérie a besoin, de plus d'un million d'entreprises    PRESIDENTIELLE : Ali Ghederi annoncera sa candidature    Réouverture de la Librairie Mauguin à Blida : Aujourd'hui, après 10 ans    Elecle président Bouteflika convoque le corps électoral pour le 18 avril 2019    Trois casemates pour terroristes détruites    Les supporters réclament le départ de Hamar    Hommage de la LAA à feu Abdou Seghouani    Le premier tour de manivelle, aujourd'hui    Iwal chante les Aurès et l'espoir    Jeux méditerranéens - 2021: Les préparatifs ont coûté 48 milliards de dinars    Accord UE-Maroc : Rejet de l'extension des préférences tarifaires aux territoires sahraouis    L'Onu confirme l'envoi d'observateurs    Tahrat forfait face à la Gambie    Mercato d'hiver 2018-2019 : Un marché plus ou moins emballé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des rescapés de la guillotine se souviennent
Mémoire
Publié dans Horizons le 18 - 06 - 2014

Jugé sommairement et condamné à mort, Ahmed Zabana sera le premier d'une longue liste d'hommes qui monteront à l'échafaud. Son exécution provoqua, dans l'opinion algérienne, un mouvement de colère qui s'est traduit par une série d'actions anticolonialistes. En 1957, les exécutions vont se succéder. Fernand Iveton, Taleb Abderrahmane, Chafik Mezli et d'autres payeront de leur vie. Leur courage, leurs sacrifices ont été évoqués mardi dernier par leurs compagnons de lutte et des rescapés lors d'une conférence-débat organisée au Centre des activités culturelles Agha. Animée par Redouane Benani, Salah Mezli, Mohamed Bourahla (des condamnés à mort) et Mohamed Rebah (chercheur en histoire et auteur), cette rencontre a permis de connaître un pan de notre histoire, de rendre hommage à des gens qui ont fait fi de leurs obligations familiales et sacrifié leur jeunesse pour combattre le colonisateur et permettre à notre pays de recouvrer sa liberté. Des familles entières, comme les Melzi, se sont enrolées dans le mouvement. Les trois frères se sont engagés pour libérer le pays du joug colonial. Ils furent tous arrêtés et condamnés à mort. Mais le destin a voulu que seul Chafik soit exécuté. Une mise à mort que son frère Saleh évoque avec une grande émotion. « Nous étions, mon frère et moi, Mohamed Bourenane et Amar Brik dans une même cellule. Le jour de l'exécution, on est venu annoncer deux noms Mezli et Bourenane. Ce dernier s'est levé et s'est dirigé fièrement vers la porte, mon frère le suivra, car on ne savait pas lequel des Mezli était concerné, lorsque je les ai rejoints, on me claqua la porte au nez. Mon frère et Bourenane ont été exécutés ce matin-là » raconte encore ému Saleh Melzi. « A chaque exécution « Tahya El Djazair et Allah Akbar » sont entonnés par les condamnés avant d'être repris par les autres prisonniers. C'est un devoir de parler de tout les Algériens qui sont tombés au champ d'honneur depuis 1830 » tient-il à préciser. La torture, les exactions et le courage des militants ont été évoqués dans les moindres détails. Le rescapé Redouane Benani avait du mal à narrer tant l'émotion été grande. Il avait commencé son travail au côté de Yahya Briki et mené plusieurs opérations jusqu'à l'arrestation du groupe suite à un attentat en 1957. Condamné à mort, il est transféré à Paris avant d'être gracié en 1959 puis libéré en 1962. Benani évoqua également les luttes intestines et les tiraillements entre certaines parties à l'origine de l'occultation de certains condamnés à mort. C'est le cas de Badèche Ben Hamdi qui a exécuté le maire de Boufarik. Badèche est exécuté le 21 juillet 1957 avec Ali Chaklala. En dépit de son sacrifice, il est écarté des honneurs et des écrits. Des habitants de la cité Mahieddine, où il vivait, ont tenu à évoquer ce martyr et voulu comprendre les raisons de sa marginalisation. Ils ont déploré « que sa tombe ainsi que celles des autres martyrs du carré 22 et 23 du cimetière El Alia soit dans un état lamentable ».
Des lettres avant le moment fatal La bravoure et le sang-froid des condamnés à mort restaient inébranlables. Taleb Abderrahmane et Ahmed Zabana ont écrit des lettres à leurs familles. De véritables testaments. Ce dernier est capturé suite à la bataille de Ghar Boudjelida à El Gaada, le 8 novembre 1954 par les troupes françaises après avoir été atteint de deux balles. Il fut prisonnier et conduit d'abord à l'école communale d'El Gaada en attendant de l'acheminer vers l'hôpital avant d'être incarcéré à la prison d'Oran le 3 mai 1955. Le 19 juin 1956, il fut transféré vers la prison Barberousse pour y être guillotiné. La guillotine avec laquelle fut exécuté Ahmed Zabana, qui se trouve au musée central de l'armée, a défié la loi de l'apesanteur puisque le couperet s'est arrêté avant de la relancer une seconde fois. Ahmed Zabana, dont le parcours est immortalisé par le film de Saïd Ould Khelifa, est enterré dans son village natal, à Zahana. Taleb Abderrahmane est capturé par les parachutistes à Blida en avril 1957. Il subit d'atroces tortures, avant d'être transféré à Alger et incarcéré à la prison de Serkadji. Le 24 avril 1958, il sera décapité, à l'âge de 28 ans. Taleb est le 131e chahid exécuté, dont 43 par balles.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.