Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Projet de loi sur les investissements: «Un signal extrêmement positif», selon le Medef    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    L'exemple de Constantine    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La question sahraouie a fait son entrée à l'Assemblée nationale
Grâce à une initiative du Parti communiste français (PCF)
Publié dans L'Expression le 20 - 01 - 2022


C'est grâce à l'initiative du député communiste de Seine-Maritime, Jean-Paul Lecoq, que la «semaine de contrôle» traditionnellement organisée à l'Assemblée nationale française, a été consacrée à la question du Sahara occidental et plus particulièrement aux actions de la France pour y faire respecter le droit international. En présence de nombreux députés représentant différents courants politiques, il a été fortement question de l'inquiétude face à la dégradation de la situation dans laquelle se trouvent les militantes et les militants sahraouis mais pas seulement puisque les violations des droits de l'homme par les forces d'occupation marocaines n'épargnent nullement le peuple sahraoui dans son ensemble. En témoignent les interventions de Claude Mangin, militante des droits humains et épouse de Naama Asfari prisonnier politique sahraoui, de Gilles Devers, avocat du Front Polisario, et d'Oubi Bouchraya Bachir, représentant du Front Polisario à Bruxelles qui ont répondu aux interrogations des députés et ont ainsi contribué à éclairer les esprits. Cette séance aura donc été une occasion unique en son genre pour les Sahraouis et leurs soutiens pour faire entendre leurs arguments à la majorité présidentielle ainsi qu'au ministre présent. En effet, le refus systématique opposé à l' audition des représentants du peuple sahraoui ou même à l'évocation du sujet en commission des Affaires étrangères a toujours constitué un obstacle infranchissable pour la tenue d'un débat parlementaire éclairé, ce qui aura nourri l'idée, en dépit du droit international, que le Sahara occidental est déjà marocain. Cette audition aura apporté un démenti cinglant en prouvant que la cause sahraouie est bel et bien présente dans d'autres enceintes internationales comme l'Union africaine (UA) ou l'Union européenne (UE) et que si la tendance générale, au sein de l'Assemblée nationale française a sans cesse cherché à l'occulter, elle n'en reste pas moins incontournable au regard des réalités sur le terrain. La séance de deux heures a connu des échanges très riches et révélateurs pour bon nombre de députés de la majorité, sachant que celle-ci maintient une ligne de soutien fort au régime marocain dans sa volonté d'occuper indéfiniment le territoire du peuple sahraoui. Inscrit sur la liste des territoires à décoloniser de l'ONU, le Sahara occidental revendique le droit de son peuple à un référendum sur l'autodétermination que lui reconnaît la communauté internationale, depuis des décennies, d'autant que la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (Minurso) est chargée de son organisation, conformément aux accords de cessez-le-feu de 1991 entre le Front Polisario et le royaume du Maroc. L'occupation illégale marocaine du Sahara occidental est condamnée par les Nations unies ainsi que l'Union africaine mais elle est soutenue par des puissances intéressées qui entravent systématiquement l'exercice de ce droit y compris au sein du Conseil de sécurité de l'ONU.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.