Chanegriha préside l'ouverture d'un colloque national sur "l'eau au cœur des conflits internationaux"    Complexe sidérurgique de Bellara: exportation de 100.000 tonnes de produits ferreux en 4 mois    Algérie ferries: ouverture des ventes des titres de transport pour la saison estivale    Position de l'UE sur le Sahara occidental: vaine tentative de Rabat de contourner la légalité internationale    Dimajazz de Constantine: la troupe ONB et Samira Brahmia en clôture    Man City : Grealish prend la défense de Mahrez    Campagne de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale    Boxe/Mondiaux féminins 2022: Khelif et Chaïb en lice lundi    Le Président Tebboune poursuit sa visite d'Etat en Turquie    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Ligue 1 (30e j): l'USMA s'offre le derby face au MCA (1-0)    Covid-19: une bonne hygiène de vie recommandée    PSG : Mbappé a fait son choix    HCLA : la fierté linguistique n'est pas synonyme de renfermement    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    Ligue 1: Un championnat professionnel dites-vous ?    Tebboune en Turquie: Un nouvel élan à la coopération bilatérale    Poutine et la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision    Centre d'enfouissement de Hassi Bounif: Une autonomie financière grâce à la valorisation des déchets    Khenchela: 5 morts et 2 blessés dans une collision    Les plages de la corniche passées au peigne fin: Les constructions illicites, les espaces verts et l'éclairage en ligne de mire    Fluctuations des données    Partenariat: Les raisons de l'abandon du projet « Desertec »    L'école et l'arche sociale mouvante    La culture du vivre-ensemble commence à l'école    Tlemcen: Un «Souk Okadh» avec une touche locale    Brèves Omnisports    La Turquie prête à discuter    Affrontements entre groupes armés à l'ouest de la capitale    Entre l'Eurovision et Marioupol    Le produit national à l'honneur    Coups de théâtre à la cour d'Alger    Un réseau de trafic de psychotropes démantelé    Un test de taille pour l'Exécutif    Le nouveau plan de circulation    «Nous amorçons une nouvelle étape»    L'Algérie assure ses arrières    6 ans de prison pour deux douanières    L'université apporte sa touche    Salah rassurant avant la finale    Chams Eddine Djebassi en concert    Sortie à Alger    Comment valoriser le legs ancestral    Ouargla/Tamanrasset: large affluence du public aux portes ouvertes sur la santé militaire    Chanegriha installe le nouveau DGDSE    A quels scénarios s'attendre ?    Biatour annonce sa candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



123 morts en 4 jours
Combats acharnés entre FDS et Daesh en Syrie
Publié dans L'Expression le 24 - 01 - 2022

Pour le quatrième jour consécutif, des combats entre jihadistes et forces kurdes soutenues par la coalition internationale ont continué de faire rage, hier, en Syrie avec un bilan alourdi à plus de 120 morts. Déclenchés, jeudi soir, par un assaut majeur du groupe jihadiste Etat islamique (EI) contre la prison de Ghwayran (nord-est), l'une des plus grandes abritant des jihadistes en Syrie et gardée par les forces kurdes, les affrontements ont poussé à la fuite des milliers de civils dans un froid glacial. L'assaut a été lancé par quelque 100 combattants de l'EI pour libérer leurs camarades de la prison située à Hassaké, une région faisant parie des territoires contrôlés par les Kurdes en Syrie, pays en guerre depuis 2011. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), «77 jihadistes et
39 combattants kurdes ont été tués» en quatre jours, de même que «sept civils» dans ces combats qui ont lieu dans la prison et aux alentours. Cette attaque est la plus importante revendiquée par l'EI depuis sa défaite en 2019 en Syrie face aux Forces démocratiques syriennes (FDS) dominées par les forces kurdes et soutenues par la coalition internationale antijihadistes dirigée par les Etats-Unis. «Des combats féroces ont éclaté dimanche avant l'aube. Les forces kurdes tentent de reprendre le contrôle de la prison et de neutraliser les jihadistes se trouvant dans les zones environnantes» du centre de détention qui abrite quelque 3 500 jihadistes, a précisé l'OSDH. Les FDS sont soutenues par l'aviation de la coalition internationale.
Le bruit des combats était entendu dans les environs. Des membres des FDS ont été déployés en force dans et autour de la prison, recherchant les jihadistes et appelant via des
haut-parleurs les civils à quitter le secteur. Les jihadistes «entrent dans les maisons et tuent des gens», a indiqué l'un des civils qui fuyait à pied. «C'est un miracle que nous ayons pu sortir vivants», a-t-il dit, transportant un enfant enfoui dans une couverture en laine. «La situation est toujours très mauvaise. Après quatre jours, les combats acharnés continuent.» Selon les autorités kurdes, des milliers de personnes ont quitté leurs maisons près de la prison. Les FDS ont affirmé avoir saisi des ceintures explosives, des armes et des munitions lors de la contre-attaque. Les assaillants ont indiqué s'être emparés d'armes et avoir libéré des «centaines» de jihadistes. Plus de 100 des évadés ont pu être rattrapés par les forces kurdes mais des dizaines seraient encore en fuite, a indiqué l'OSDH.
Dans une vidéo diffusée samedi, l'EI montre une vingtaine d'hommes, dont certains en habit militaire, affirmant qu'il s'agit de kurdes capturés pendant l'assaut.
Commentant la vidéo, les FDS ont affirmé que les captifs étaient des membres du personnel travaillant à la cuisine de la prison.
Selon Nicholas Heras, du Newlines Institute à Washington, «les évasions de prison représentent la meilleure opportunité pour l'EI de retrouver sa force et la prison de Ghwayran est une bonne cible car elle est surpeuplée».Des milliers de jihadistes sont détenus dans les centres de détention dans les vastes territoires du nord et nord-est de Syrie sous contrôle des autorités Kurdes. De nombreuses prisons étaient à l'origine des écoles et sont donc mal adaptées pour garder des détenus sur le long terme. Selon les autorités kurdes, quelque 12 000 jihadistes de plus de 50 nationalités -européennes et autres- sont détenus dans leurs prisons. Elles réclament en vain depuis des années leur rapatriement. Malgré sa défaite, l'EI parvient toujours à mener des attaques meurtrières grâce à des cellules dormantes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.