L'ex international algérien Faouzi Mansouri est décédé    Tebboune achève sa visite en Turquie: Renforcement des liens entre Alger et Ankara    Publication du «référentiel des prix de l'immobilier»: Fini, les sous-déclarations ?    Hydrocarbures: L'augmentation des prix des carburants pas à l'ordre du jour    Pour ses propos «ridiculement irresponsables»: Belani réplique au représentant du Maroc à l'ONU    Le G5 n'est plus!    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Mondiaux féminins de boxe : Chaib rejoint Khelif en demi-finale    Volley-ball (Nationale Une dames) : Le MC Alger sacré champion    Moula signe la 2e meilleure performance mondiale de l'année    Football - Ligue 2: L'éthique sportive en question    Saison estivale: Lancement d'une opération de contrôle des infrastructures hôtelières    Réhabilitation des stades de plus de 10.000 places    Anesthésistes et réanimateurs: Le syndicat revient à la charge    Urgences médico-chirurgicales de l'hôpital d'Oran: Une unité de Neurologie pour prévenir les séquelles des AVC    Des gens trop polis    El Hadjar tourne en mode recyclage    Des équipements médicaux à exporter    Précarité de la condition féminine    Le rôle prépondérant de l'ANP    Chiellini fait ses adieux aux tifosi    «400 athlètes espagnols seront aux JM»    Sebgag donne le coup de starter    Un rempart pour la République    Une tentative de coup d'Etat déjouée dans la nuit du 11 au 12 mai    Un statu quo des plus précaires    Les nombreux défis de la Première ministre    La sardine entre 250 et 400 dinars    Les «ambitions» d'un ministre    Les sapeurs-pompiers veillent au grain    Le ministre de la Justice réagit    L'Algérie ne reniera jamais ses amis    40 poètes participent    Ce qu'a dit le roi des numides    Mali/Accord de paix: la médiation internationale tient une nouvelle réunion    Le Président Tebboune regagne Alger après une visite d'Etat en Turquie    Le Groupe de Genève appelle l'ONU à examiner les violations marocaines des droits humains au Sahara occidental    Salon "El Djazaïr Healthcare" de Dakar: faire du Sénégal la porte de commercialisation du produit algérien    L'Algérie est engagée à soutenir toutes les causes justes, mue par les nobles valeurs de sa Glorieuse Révolution    Industrie pharmaceutique: 3 médicaments sur 4 sont produits localement    10 ans de prison ferme requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    L'Algérie restera "fidèle" à ceux qui l'avaient soutenue lors de la Révolution nationale    La fuite des sujets d'examen «quasi-impossible»    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Le Directeur de la sécurité routière de Mauritanie visite des services opérationnels de la Sûreté nationale    Un héritage civilisationnel qui refuse de disparaître    Plaidoyer pour la création d'un festival local de musique Diwane    D'autres chats à fouetter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



TAM renoue avec le tourisme
La Covid-19 a diversifié les offres et impacté les prix
Publié dans L'Expression le 25 - 01 - 2022


«Tam» retrouve la joie du tourisme! Appareils photo à la main, habillés de «takakat», visage recouvert de «tagelmust» (chèches), ils écument les rues de Tamanrasset. Les vacanciers font leur grand retour dans la capitale de l'Ahaggar. En effet, la pandémie de Covid-19 a remis au goût du jour la destination Algérie, notamment le Sahara. La fermeture des frontières et les contraintes liées aux voyages font que de plus en plus d'Algériens choisissent d'aller s'offrir un bol d'air au sud du pays. Tamanrasset est l'une des destinations privilégiées de cette année. Seuls, en famille, ou entre amis, ils s'offrent une petite virée au fin fond de l'Algérie pour un dépaysement total. Sabrina, Amine et leurs amis sont un groupe qui ont choisi cette aventure pour aller fêter le Nouvel An berbère, Yennayer 2972. «Le fait qu'il tombe un mercredi, on a décidé de faire le pont pour jeudi, afin de nous offrir un long week-end pour décompresser de la pression du travail et de la capitale», soutiennent-ils avec un large sourire. «On a alors opté pour TAM afin de découvrir la beauté de cette destination et le romantisme de l'Assekrem», ont-ils ajouté. Au début, ils voulaient s'offrir une ou deux nuits à l'hôtel Tahat. «On a vu les photos sur les réseaux sociaux. On a été subjugué par sa beauté mais pour le Nouvel An berbère, il était complet», rapporte ce groupe qui est quand même allé profiter de la belle terrasse du café de cet hôtel. Ils se sont donnés à coeur joie pour prendre des selfies avec les décorations berbères, préparées pour l'occasion par le personnel de cet établissement. Toutefois, pour le séjour ils ont jeté leur dévolu sur l'auberge de jeunes «Caravansérail», avant d'aller bivouaquer dans le Sahara. Ils ne sont pas les seuls à avoir fait ce choix. Faycal, sa femme et ses deux enfants ont aussi décidé de tenter l'aventure du bivouac. «On a toujours rêvé de faire ça. On nous a donné le numéro de Fawzi, un guide local. On a passé une semaine dans le désert avant de finir en beauté notre séjour avec une nuit dans le luxe du Tahat», soutient-il non sans nous montrer fièrement les photos de leur séjour, particulièrement la belle soirée au niveau de l'Assekrem. «C'est le plus beau voyage de ma vie. Regardez les couleurs du ciel, la beauté du coucher du soleil. C'est véritablement le plus beau du monde», soutient celui que le froid de l'Assekrem n'a pas refroidi... «De plus, on apprend beaucoup de choses sur la richesse culturelle et l'histoire de notre pays. On a eu l'occasion de rencontrer des moines et de visiter l'Hermitage du père Charles de Foucauld», réplique son fils de 12 ans avec des yeux qui brillent de bonheur. Fouad est, lui, un habitué des lieux. Avec son groupe de randonneurs «sexagénaire» mais toujours aussi en forme, il vient bivouaquer chaque année à la même période à ce qu'il qualifie de son premier amour, «TAM l'enchanteresse». Il a remarqué qu'il y avait beaucoup plus de monde que les autres années. «C'est un bonheur pour moi de voir les Algériens venir découvrir la beauté de leur pays où lieu d'aller dépenser des millions à l'étranger», soutient cet amoureux de la destination Algérie. «La seule chose que je leur demande, c'est de ne pas dégrader la nature ou les sites historiques», souligne-t-il, invitant ses concitoyens à sauter le pas du «Sahara». Il faut dire que cette année, le Sud a le vent en poupe. Les agences de voyages qui ont grandement été impactéES par la Covid-19 se sont rabattus sur la destination Algérie, afin d'éviter de fermer boutique. Une aubaine pour le tourisme local. Surtout que la grande concurrence a fait baisser les prix, tout en proposant de nouvelles formules. C'est le cas, notamment avec le long week-end de 3 jours, qui permet à moins de 40000DA, un «exil» total en se retrouvant. «C'est comme si j'étais parti de Constantine depuis un mois», avoue Da Mohand qui jure de faire tout le Sahara avant de mourir. Les Algériens découvrent donc leur pays, une contrée aux mille merveilles...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.