Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le vieux de mon village    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les accords d'Evian et la fin de la guerre
L'Institut d'Etudes politiques de Lyon décrypte l'événement
Publié dans L'Expression le 21 - 03 - 2022

C'était le 16 mars dernier que l'Institut d'Etudes politiques de Lyon en partenariat avec le Forum de solidarité euro-méditerranéenne (Forsem) avait organisé une conférence sur les accords de paix signés le 18 mars 1962 à Evian, dont le cessez-le-feu est entré en vigueur le 19 mars à 12h00, par Krim Belkacem et Louis Joxe, représentant respectivement le Gouvernement Provisoire de la République algérienne (GPRA), mis en place en septembre 1958 au Caire, et le gouvernement français de Michel Debré.
Cette conférence a été animée par le sociologue Lahouari Addi et le juriste affilié à l'université de Lyon, Tahar Khalfoune. Intervenant en premier, Hélène Surrel, directrice de Sciences Po Lyon, a souhaité la bienvenue au public, remercié les deux intervenants et souligné tout l'intérêt du thème à la fois pour l'IEP et le public, avant de passer la parole aux conférenciers.
Tour à tour, ils ont mis l'accent sur l'importance politique de cet évènement historique qui a scellé, officiellement, la fin de la guerre d'Algérie qui a duré plus de 7 ans et d'une longue nuit coloniale de 132 ans. Ils ont rappelé la profondeur historique des liens entre les deux pays, l'Algérie et la France, la nature profondément injuste de la colonisation incarnée par le Code de l'indigénat et le refus de la citoyenneté aux indigènes musulmans, alors que les juifs et les Européens d'Algérie avaient pu y accéder par le décret Crémieux de 1870 pour les premiers et la loi de 1889, introduisant le double droit du sol, pour les seconds.
Aussi, ils ont rappelé que cet accord est l'aboutissement de plusieurs rencontres secrètes sans succès, tant en France qu'en Suisse et en Egypte... à commencer par celle de Melun (25-29 juin 1960), puis de Lucerne le 20 février et de Neuchâtel le 5 mars 1961, d'Evian les (20 mai-13 juin 1961), en passant par les rencontres de Lugrin (20-28 juillet 1961), de Bâle, (28 octobre, puis le 10 novembre rencontres qui connurent des avancées décisives) des Rousses (18 - 25 février 1962) jusqu'à l'ultime rencontre qui a eu lieu de nouveau à Evian du 7 au 18 mars 1962. Toutes ces rencontres ont préparé en quelque sorte l'accord final, et les ultimes négociations n'ont fait en vérité qu'entériner ce qui a été décidé quelques semaines auparavant, lors de la rencontre décisive des Rousses.
Il a été rappelé également que les négociations ne furent sérieusement envisagées qu'à partir du moment où, d'un côté, militairement les redoutables opérations du plan Challe (février 1959 - avril 1961) ont laminé les maquis de l'Armée de Libération nationale (ALN) de l'intérieur. Le Premier ministre, Michel Debré, avait déclaré à l'Assemblée nationale le 20 mars 1962 que «Ce cessez-le-feu ne pouvait pas être recherché tant que notre armée n'avait point assuré, d'une manière indiscutée, l'autorité de la France sur l'ensemble du territoire. Quand cela eut été fait, renouvelant des offres faites dès septembre 1958, le général de Gaulle, et avec lui le gouvernement, ont proposé aux chefs de la rébellion des pourparlers en vue d'un cessez-le-feu.».
Et de l'autre, le FLN a, politiquement, gagné en prestige sur le plan international; le GPRA et ses ministres ont réussi brillamment à internationaliser la question algérienne dans les instances internationales au premier rang l'ONU et à sensibiliser les grandes puissances, comme les Etats- Unis, la Chine, l'Inde, l'ex- URSS... et dont le point de départ de l'action diplomatique du FLN est incontestablement la conférence de Bandung d'avril 1955, en Indonésie, qui a rassemblé pour la première fois les représentants de 29 pays asiatiques et africains qui ont condamné la colonisation et soutenu les combats des peuples en lutte pour l'indépendance. Les conférenciers n'ont pas manqué d'évoquer certaines questions litigieuses qui ont longtemps retardé la conclusion d'un accord de paix, comme la souveraineté de l'Algérie sur le Sahara, le statut juridique des Français d'Algérie et leurs droits patrimoniaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.