OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Man City : Mendy passe devant la justice    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Le Premier ministre reçu par le Président Erdogan à Konya en Turquie    Le Premier ministre assiste à la cérémonie d'ouverture des Jeux de la Solidarité islamique à Konya en Turquie    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    10 morts lors d'une attaque terroriste    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    Un plan d'urgence pour développer ces filières    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Batna: création de deux forêts récréatives    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: 6 ans de prison ferme contre Oussama Rezagui    Invasion militaire sioniste à Naplouse: 3 martyrs et plus de 40 blessés    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Boumerdès à l'heure d'été    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Le barrage inexploité    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«L'étude des mémoires est un nouveau champ de recherche»
Tramor Quemeneur, spécialiste de la colonisation, à l'Expression
Publié dans L'Expression le 23 - 03 - 2022

L'Expression: En matière de recherche universitaire, du monde de l'édition, des médias, des colloques et débats...etc. Quelle est la place réservée en France aux questions de mémoires et d'histoires communes entre l'Algérie et la France, ces dernières années? A-t-on facilité l'accès aux archives et aux moyens à la disposition de chercheurs, de journalistes... etc.?
Tramor Quemeneur: Le travail historique a éclos sur la guerre d'indépendance algérienne au cours des années 1980, avec notamment la thèse de Benjamin Stora, mais aussi d'autres historiens comme Guy Pervillé. Ce travail historique a commencé à se renforcer au cours des années 1990 et surtout 2000, avec une nouvelle génération de chercheuses et chercheurs, dont Sylvie Thénault, Raphaëlle Branche... En ce qui me concerne, j'ai soutenu ma thèse sur les désobéissances de soldats français dans la guerre d'Algérie (insoumissions, désertions, refus d'obéissance) en 2007.
Les travaux ont continué à se multiplier dans les années 2010, en bénéficiant de l'ouverture des archives. Mais parallèlement, se sont développés des travaux sur l'étude des mémoires de la guerre d'Algérie: comment les mémoires ont-elles été véhiculées dans nos sociétés depuis l'indépendance. Ici, Benjamin Stora a une nouvelle fois réalisé un travail précurseur avec son livre La gangrène et l'oubli, datant de 1991. Depuis, certaines recherches ont concerné la production artistique (romans, films, théâtre, arts plastiques) et sa réception dans nos sociétés. Qu'est-ce que l'art dit de notre histoire franco-algérienne, de la colonisation, de la guerre d'indépendance? Enfin, plus récemment, un nouveau champ de la recherche s'est ouvert: c'est celui de la transmission. J'avais participé à un programme de recherche européen sur les post-mémoires de la colonisation en 2016-2017 dans lequel j'analysais les mémoires que les descendants de ceux qui avaient vécu la guerre d'indépendance (appelés, Algériens, pieds-noirs, harkis...) portaient sur ce conflit qu'ils n'avaient pas connu puisqu'ils étaient nés après.
Vous voulez dire que cette transmission des mémoires existe au sein de la société?
Nous observons, en effet, une mémoire qui est portée par ces descendants et qui est héritée des parents, même dans les non-dits. Raphaëlle Branche vient de publier un livre sur cette transmission chez les appelés (Papa, qu'as-tu fait en Algérie) et Paul Max Morin sort aussi le livre tiré de sa thèse (Les jeunes et la guerre d'Algérie). L'étude de la mémoire, ou plutôt des mémoires, est donc un nouveau champ de recherche très important, à l'intersection de l'histoire, de la sociologie, de la psychologie et de l'histoire de l'art.
Ces recherches sur la mémoire sont moins tributaires des problèmes d'accès aux archives (quoique le recours aux archives peut être intéressant sur certains objets très contemporains qui concerne les mémoires).
Plus globalement, d'importants progrès ont été réalisés en France sur la question des archives: il existe une très grande ouverture depuis 2012: les archives dites sensibles, qui concernaient la protection de la vie privée ou la sûreté de l'Etat devenaient consultables 50 ans après la fin de la guerre d'Algérie. L'Instruction gouvernementale interministérielle (IGI) n°1300 a demandé de déclassifier tous les documents classés «secret-défense» avant de pouvoir les communiquer, ce qui a considérablement entravé les possibilités de consultation. Mais depuis 2021, l'accès est à nouveau largement ouvert. C'était une des préconisations du Rapport Stora. Nous avons donc de grandes facilités de consultation des archives, qui sont accessibles gratuitement sur simple demande. Ce qui fait le plus défaut maintenant, ce sont les étudiants pour travailler sur ces sujets et encore plus d'enseignants-chercheurs et d'institutions pour encadrer ces étudiants. Puissions-nous avoir les conditions nécessaires pour mettre en valeur notre histoire commune, dans toute sa dureté mais aussi dans toute sa complexité!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.