Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Feux de forêt: l'Etat mobilise tous les moyens pour circonscrire les feux et prendre en charge les sinistrés    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Le Premier ministre se rend à El-Tarf    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Décès du caricaturiste Benaouda Taouche    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un pays en zone de turbulences
La MANUL tente de résoudre l'équation politique en Libye
Publié dans L'Expression le 29 - 03 - 2022

Les avis sont unanimes. Las d'une décennie de chaos et de guerre civile qui a gravement affecté le pays, le peuple libyen tout entier n'a plus qu'une idée en tête: le retour aux urnes pour asseoir une autorité unie et légitime qui sera capable d'en finir avec les luttes fratricides et les appétits de pouvoir dont tout le monde sait qu'ils sont la cause principale des entraves actuelles au retour de la paix en Libye. Cette aspiration a été soulignée, hier, par l'émissaire de l'ONU, Stephanie Williams. La représente du secrétaire générale de l'ONU pour la Libye n'a pas cessé de souligner sa confiance dans les forces politiques en présence pour transcender les difficultés actuelles, malgré des divergences persistantes qui se manifestent au sein de l'élite politique comme on a pu le voir avec les deux gouvernements actuels qui revendiquent, chacun, la pleine et réelle souveraineté.
Du coup, les inquiétudes sont grandes sur la viabilité de la trêve conclue voici presque 2 ans par le comité militaire mixte 5+5 à Genève, sous l'égide des Nations unies. «La plupart des Libyens veulent vraiment mettre fin à 11 ans de chaos, de division et de guerre, et le faire de manière pacifique en se rendant aux urnes», a affirmé samedi dernier, à Tunis, Stephanie Williams qui se démène depuis trois mois pour concilier les positions antagonistes des autorités de l'Est et de l'Ouest, le clivage n'étant plus entre ces deux régions turbulentes mais entre des intérêts étroits scellés par des alliances improbables entre le maréchal Haftar et Aguila Saleh avec l'ex- ministre de l'Intérieur, Fathi Bachagha, d'un côté, et Abdelhamid Dbeibeh soutenu par certaines milices basées à Tripoli, d'autre part. En somme, revoilà le scénario des années 1974 qui a débouché sur l'offensive dévastatrice de l'armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée du maréchal Khalifa Haftar contre le GNA de Fayez al-Serraj dont Bachagha était membre et contre Tripoli, en avril 2019. «Il y a une crise autour de l'Exécutif, un bras de fer politique sur qui doit siéger à Tripoli, mais cela peut être résolu», espère Mme Williams. Fathi Bachagha, ancien ministre de l'Intérieur et homme fort de Misrata, a obtenu la «confiance» du Parlement, élu en 2014, et l'appui de Khalifa Haftar. Bachagha veut écarter l'Exécutif en place à Tripoli, issu des accords politiques parrainés par l'ONU lors du forum de dialogue inter libyen (FDPL), présidé par Abdelhamid Dbeibah qui assure ne céder le pouvoir qu'à un gouvernement issu d'élections libres.
Le 10 mars, des milices favorables à Fathi Bachagha se sont déployées aux portes de la capitale, prélude évident à une reprise des affrontements et à la fin du cessez-le-feu. L'Algérie avait aussitôt réagi en appelant à la retenue et en prônant la sagesse pour éviter une nouvelle escalade préjudiciable au peuple libyen frère. Un appel appuyé par ceux du Conseil de sécurité de l'ONU, de l'Union africaine et de la Ligue arabe qui ont unanimement renouvelé leur soutien au processus onusien de sortie de crise, fondé sur le consensus politique, ainsi que sur le nécessaire et incontournable passage par les urnes, pour en finir avec cette instabilité chronique qui désespère le peuple libyen frère. Agissant aux côtés de Mme Williams, le coordonnateur de la mission des Nations unies en Libye (MANUL), Rizdon Zeninga a discuté, dimanche, avec la délégation du Conseil des notables pour la réconciliation en Libye des solutions pour sortir de l'impasse. La délégation des notables a soutenu que les élections prévues «dans les six mois» reste l'unique issue à la crise, tout en préconisant des «solutions conformes aux coutumes et traditions libyennes» pour assurer une réelle réconciliation nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.