Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les artisans sortent de l'ombre
Ils reviennent À l'économie formelle
Publié dans L'Expression le 04 - 05 - 2022

Après des années de travail passé dans l'ombre de l'informel, les artisans sont de plus en plus nombreux à être versés dans le circuit formel.
La Chambre de l'artisanat et des métiers (CAM), de la capitale, compte actuellement 22 628 artisans. Ce chiffre a été avancé par Fayçal Raki, le chef de service du registre de la CAM d'Alger.
«Le nombre de cartes d'artisans délivré par la CAM d'Alger s'est accru de 18,2%, par rapport à la même période de 2021, avec 780 nouveaux artisans inscrits, affirme le même responsable.
Le nombre d'artisans enregistrés au niveau de la CAM d'Alger est passé, ainsi, de 1148 à 1403, par rapport à celui de l'année dernière. La part du lion revient, cette année, au métier de la confection du pain traditionnel dans la wilaya. «Les artisans activant dans ce métier traditionnel arrivent en tête, avec 109 inscrits, suivis des couturiers spécialisés dans les tenues traditionnelles, avec 79 inscrits», a détaillé le même responsable.
Le nombre croissant des détenteurs de ladite carte, à Alger, est un exemple édifiant qui montre l'intérêt croissant des artisans pour le travail dans la légalité, afin d'évoluer dans leur métier et sortir de la précarité. Cette nouvelle dynamique qui marque ce secteur confronté au défi des importations, ne concerne pas seulement la capitale. Plus de 84.000 emplois ont été, pour rappel, créés entre fin 2020 et mars 2021 dans le secteur de l'artisanat, ce qui avait permis la création de pas moins de 1084170 postes d'emploi à travers le territoire national.
S'il est une chose sur laquelle tout le monde s'accorde, c'est que la pandémie y est pour beaucoup.
Le drame économique vécu par les artisans durant la pandémie, est le choix qui a poussé les artisans à sortir de l'informel. Seuls les artisans détenteurs de ladite carte ont pu bénéficier de l'aide financière de 30000 DA instaurée par l'Etat, destinée à subvenir aux besoins des petits métiers impactés, après l'arrêt de leur activité.
Une bouée de sauvetage lancée à leur adresse par le gouvernement au temps des vaches maigres, un rappel à l'ordre qui sonne le glas pour les artisans, au point de «secouer» ce secteur d'activité, qui était gangrené par l'informel. Pourtant, la procédure n'est pas difficile à suivre. La délivrance d'une carte d'artisan n'est pas conditionnée par la possession d'un diplôme. «Les artisans qui possèdent un savoir-faire, généralement des personnes ayant appris sur le tas ou hérité le métier de leur parents, la CAM, avant de leur attribuer la carte d'artisan, les soumet à l'appréciation de son comité de qualification pour une reconnaissance de leurs acquis professionnels», a expliqué le chef de service du registre de la CAM d'Alger.
«Leur intégration dans le circuit formel permet d'assurer la pérennité de leurs activités et préserver ainsi le patrimoine culturel national», a souligné Mourad Saïdani, le directeur de la même instance.
Outre la couverture sociale et l'éligibilité aux crédits bancaires, les artisans inscrits au niveau des Chambres peuvent bénéficier de la formations dans les domaines ayant trait à la gestion de leurs microentreprises et la commercialisation de leurs produits, a expliqué ledit responsable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.